Shakti (film, 2002)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Shakti.

Shakti

Réalisation Krishna Vamshi
Scénario Prakash Raj
Acteurs principaux
Sociétés de production Boney Kapoor, Sridevi
Pays d’origine Inde
Genre Romance, drame
Durée 177 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Shakti (devanagari : शक्ती, nastaliq: شکتی, litt. « Force ») est un film indien réalisé par Krishna Vamshi sorti en 2002.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Nandini et Shekhar vivent au Canada. Ils sont amis de longue date. Sur les conseils de son oncle, Nandini accepte d’épouser Shekhar. Ils sont heureux et ils ont un petit garçon, Raja. Shekhar apprend par les informations télévisées que de violents troubles ont lieu en Inde dans la région dont il est originaire. Il décide de s’y rendre et Nandini découvre à ce moment-là que son mari a de la famille en Inde. Ils partent tous les trois pour l’Inde. C’est la première fois que Nandini découvre ce pays.

Arrivée au sein de la famille de son mari, Nandini est choquée par le comportement de son beau-père Narasimha. C’est un vrai mafieux qui dirige sa famille et sa communauté comme un despote. Il a de nombreux ennemis. Son fils ainé d’ailleurs est mort assassiné. Il n’accorde que peu d’attention à sa belle-fille, mais il est ravi d’avoir un petit-fils.

Nandini, très mal à l’aise dans cet environnement où les femmes sont ignorées, souhaite rentrer au Canada. Shekhar le lui promet, seulement après avoir tenté de ramener la paix. Mais il est lui-même assassiné. Nandini folle de douleur décide de repartir. Mais Narasimha refuse et la séquestre. Il veut élever Raja comme doit l’être un vrai guerrier qui vengera sa famille.

Nandini tente plusieurs fois de s’échapper, mais elle est rattrapée et rouée de coups. Une nuit, sa belle-mère et ses belle-sœurs l’aident à s’enfuir. Alors commence pour Nandini et son fils un long périple à travers le pays pour retrouver la liberté.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Shakti est un remake de Anthahpuram, film déjà réalisé par Krishna Vamshi en 1998. Il s'inspire également du livre autobiographique de Betty Mahmoody Jamais sans ma fille (1987).
  • La chanson Ishq Kamina est interprétée par Sonu Nigam.
  • Avant de confier le premier rôle à Karisma Kapoor, les producteurs avaient tout d'abord pensé à Sridevi, elle fut remplacée quand elle a appris qu'elle était enceinte.

Lors de sa sortie en France le film obtient des critiques variées[2]. Certaines sont positives trouvant le film drôle, coloré, captivant malgré sa violence et sa cruauté et soulignant la qualité de certaines scènes [3]'[4]'[5]'[6]. D'autres, au contraire, sont désapprobatrices n'y voyant qu'un phénomène de mode, déplorant les ruptures de rythme introduites par les chansons, la niaiserie des scènes romantiques, le mélange des genres et la piètre qualité de la réalisation[7]'[8]'[9]'[10]'[11].

Box office[modifier | modifier le code]

Le film fut un échec au box office indien et ne rapporta que 250 640 000 de roupie[12], néanmoins l’interprétation de Karisma Kapoor et Nana Patekar fut saluée par la critique.

En France le film a réalisé 11 417 entrées et rapporté 90 143 euros[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Filmfare Awards 2003 : Nomination au prix de la meilleure actrice pour Karisma Kapoor et du meilleur « méchant » pour Nana Patekar.
  • Screen Weekly Awards 2003 : Nomination au prix de la meilleure actrice pour Karisma Kapoor.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. C'est également le titre sous lequel le film a été exploité dans les pays anglophones.
  2. a et b Commeaucinema.com
  3. « Outré, drôle, cruel et coloré. » (Sandra Benedetti, Ciné Live n°103, page 58)
  4. « Certes largement inspiré du best-seller Jamais sans ma fille, il reste sans contexte plus captivant (…). » (L'express n°2873, page 42)
  5. « Habile, il (Krishna Vamshi) compense la violence psychologique par quelques scènes burlesques où l’angoisse laisse place à l’espoir. » (Ophélie Wiel, Télérama)
  6. « La mise en scène offre parfois de réelles beautés, telle cette tornade qui enveloppe la mère et l’enfant en fuite. » (Positif n°547, page 44)
  7. « C’est un phénomène culturel, point barre. » (Audrey Zeppegno, Score n°21, page 135)
  8. « Les digressions chantées et dansées émoussent régulièrement le drame. Quant au farcesque outsider surjoué par la star Shahrukh Khan (…) qui terrasse les féroces guerriers en trois mouvements de kung-fu, il est franchement lourd et hors sujet. » (Emily Barnett, Les Inrocks n°556, page 51)
  9. « C’est le grand fourre-tout. » (Ph. P., TéléCinéObs)
  10. « Mêlant une intrigue politique forte à des moments romantiques niais (…). » (I.D., Première n°354, page 44.)
  11. « Cette triste histoire est contée à la mode indienne (…) et d’une façon grossière, avec des zooms avant et des ralentis qui voudraient être lyriques. » (Thomas Sotinel, Le Monde)
  12. http://ibosnetwork.com/asp/filmbodetails.asp?id=Shakti+The+Power