Shafi'isme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le chaféisme, parfois orthographié shafiisme ou chafiisme, est l'une des quatre écoles (madhhab) de jurisprudence (fiqh) de l'islam sunnite. Elle est fondée sur l'enseignement de l'imam Al-Chafii (767-820) et de ses suiveurs. Ce madhhab est répandu en Égypte, Érythrée, Indonésie, Thaïlande, Inde du sud, Suriname, aux Comores, aux Philippines, au Yémen et est le madhhab d'État au Brunei Darussalam[1] et en Malaisie[réf. nécessaire].

Formation du madhhab[modifier | modifier le code]

L'imam Al-Chafii combina en quelque sorte le fiqh du Hejaz (madhhab maliki) avec celui d'Irak (madhhab hanafi) et créa ainsi son propre madhhab (école de pensée). Il rassembla les règles en dictant à ses élèves dans un livre nommé Al-Hujja (l'évidence). Cette rédaction se fit en Irak en 810 et certains de ses élèves apprirent son livre et le propagèrent, tels que l'imam Ahmad bin Hanbal et Abu Thawr.

Il se rendit ensuite en Égypte pour étudier sous l'imam Al-Layth ibn Sad, mais ce dernier décéda peu avant son arrivée ; il put néanmoins étudier son madhhab de par ses élèves qui y étaient toujours présents.

En Égypte il assimila donc le fiqh de l'imam al-Layth et fit rédiger son al-Madhhab al-Jadîd le nouveau madhhab, par opposition à al-Madhhab al-Qadîm qu'il avait en Irak) à ses étudiants dans un livre qu'il nomme Al-Umm. En effet ce voyage en Égypte le confronta à de différentes méthodes d'analyse de hadith et de raisonnements qui induisirent des changements nombreux de ses avis qu'il avait eu en Irak.

Sources et méthodologie[modifier | modifier le code]

Les sources sont, par ordre d'importance :

  1. Le Coran : c'est la source première et l'imam Al-Chafii l'utilisa sans restriction aucune.
  2. La Sounnah : Al-Chafii n'utilisait que les hadiths qui étaient scrupuleusement sahih (authentiques), et rejeta les conditions fixées par Abou Hanifa ou Mâlik en la matière. Al-Chafii est aussi reconnu pour sa contribution aux critiques de hadiths.
  3. Le consensus des compagnons (Ijma') : Al-Chafii le considérait comme la troisième source de loi islamique, pourtant il émit des doutes sur des cas rapportés de ijma' si bien qu'il ne l'acceptait que quand il était fermement établi.
  4. L'opinion individuelle d'un compagnon : si des sahabas diffèrent sur un point, on se réfère à l'opinion qui convient la plus aux sources premières, rejoignant ici Abou Hanifa.
  5. Le raisonnement par analogie (Qiyas) : considérée comme méthode valide dans la déduction de lois, il considérait néanmoins sa propre opinion inférieure aux preuves établies par l'opinion d'un compagnon.
  6. L'Istishab (recherche de connexion entre des situations) : Al-Chafii rejeta les principes d'istihsaan d'Abu Hanifa et d'istislâh de l'imam Mâlik considérés comme forme de bid'ah (innovation), puisque selon lui ces méthodes étaient fondées sur un raisonnement humain dans des domaines où des lois étaient établies des sources mentionnées plus haut. Cependant confronté à des problèmes similaires Al-Châfi'î dut recourir à un principe similaire à l'istihsân et à l'istislâh, qu'il nomma istis'hâb. Signifiant littéralement "rechercher un lien", il cherche à renvoyer un ensemble de circonstances postérieures à des circonstances antérieures. Ceci est fondé sur la supposition que des lois de fiqh appliquées en certaines conditions restent valides tant qu'il n'est pas établi clairement que ces conditions ont changé. Si par exemple quelqu'un est absent un si long moment qu'on pense qu'il est peut-être mort, alors par istishab toutes les lois seront appliquées comme s'il était certain qu'il est en vie.



Savants et juristes chaféites célèbres[modifier | modifier le code]

Savants et juristes chaféites contemporains[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • M. Yahia, Shafi'i et les deux sources de la loi islamique, 2009, turnhout: Brepols Publishers, (ISBN 978-2-503-53181-6)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf Article 3.1 de la constitution "The religion of brunei darussalam shall be the Muslim Religion according to the Shafeite sect of that religion." http://www.worldstatesmen.org/Brunei1984.PDF

Liens externes[modifier | modifier le code]