Sha Wujing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Ogre des Sables (homonymie).
Sha Wujing
Personnage de fiction apparaissant dans
Le Voyage en Occident

Représentation de Sha Seng dans l'opéra de Beijing
Représentation de Sha Seng dans l'opéra de Beijing

Origine Chine
Sexe Masculin
Espèce Ogre des Sables
Caractéristique(s) animal légendaire
Entourage Xuanzang (moine bouddhiste), Sun Wukong (Singe), Zhu Bajie (Sanglier/Cochon) et Longwang Sanjun (Dragon)
Ennemi(s) gui (fantômes et monstres chinois)

Créé par Wu Cheng'en
Roman(s) Le Voyage en Occident

Sha Wujing (chinois simplifié : 沙悟净 ; chinois traditionnel : 沙悟淨 ; pinyin : Shā Wùjìng ; Wade : Sha Wu Ching (E.F.E.O.) : Cha Ou Tsing ; en japonais : 沙悟淨 ; japonais rômaji : Sha Gojô ; Viet-Nam : Sa Tang Sable Conscient de la Pureté ou Sha Hesheng ; chinois : 沙和尚 ; pinyin : Shā Héshàng ; Wade : Sha He Shang (E.F.E.O.) : Cha Houo Chang ; japonais : 沙和尚  ; romaji : Sha Washô Sable le Saint-Moine) est un des trois adjoints de Xuanzang dans le roman classique chinois Le Voyage en Occident. Il est, en Chine, le plus communément appelé Shā sēng (沙僧, signifiant « le bonze Shā » [1]).

Premier personnage que rencontre la Bodhisattva (觀音 Guanyin) à la recherche de compagnons pour escorter (三藏 Sanzang) lors de son voyage jusqu'en Inde, il deviendra le 4ème et dernier disciple du moine dans le roman. Chargé de porter les bagages tout au long de l'aventure, c'est aussi un grand allié de (孫悟空 Sun Wukong), (龍王三君 Longwang Sanjun) et (豬八戒 Zhu Bajie). (沙和尚 Sha Heshang est une ancienne créature marine, aussi quand leurs adversaires se cachent dans l'eau, seuls (豬八戒 Zhu Bajie) et lui interviennent pour les en déloger, (孫悟空 Sun Wukong) n'étant pas très à l'aise dans l'élément liquide.

Histoire[modifier | modifier le code]

[2]Au départ, Officier du Ciel en tant que (簾大將 Juanlian Dajiang) Général du Rideau Céleste , mais parce qu'il brisa un vase en cristal lors du Banquet annuel des Pêches, il fut puni de plusieurs coups de fouet et banni sur terre sous la forme d'un Ogre des Sables Mouvants nommé simplement (沙 Sha) Sable[3].Jadis homme imposant et de belle allure dans son armure d'or, sa déchéance en fera un être ignoble à la longue crinière rousse, aux yeux de feu et à la peau indigo, portant un collier de 9 crânes de morts. Condamné à rester sur terre[4],il subissait des attaques d'épées venues du ciel, jusqu'à ce que la bodhisattva (觀音 Guanyin) vienne à son secours et lui demande de protéger le moine (三藏 Sanzang) lors de son voyage vers l'Inde en quête des textes sacrés du Bouddha[5].D'abord adversaire de (孫悟空 Sun Wukong) et (猪八戒 Zhu Bajie) qui tentent de traverser sa rivière des sables Liusha He, il devient lui aussi un disciple sous le nom de [6](沙悟净 Sha Wujing) Conscient de la Pureté ; ce qui fait de lui le troisième Conscient de... (三悟 San Wu). Il deviendra [7](沙和尚 Sha Heshang) le Saint/Moine des Sables lorsque son nouveau Maître le convertira et deviendra [8](金身羅漢 Jinshen Luohan le Saint Arhat au Corps d'Or titre donné par Bouddha en récompense de son dévouement pendant son long périple jusqu'en Inde. C'est le disciple dont on fait le moins d'éloge dans le roman, pourtant, égal à (猪八戒 Zhu Bajie), il assiste souvent courageusement ses "frères" contre les dangers qui les menacent. Pendant le voyage, c'est lui qui sera chargé de porter les bagages ; (猪八戒 Zhu Bajie) aime à le titiller comme le fait pour lui, (孫悟空 Sun Wukong), mais dans l'ensemble, les 3 disciples s'entendent et se respectent.

  • Wu Cheng En Xiyouji la Pérégrination vers l'Ouest (éditions de la Pléïade, 1991) sur les origines de l'Ogre des Sables : Livre II, Chap. VIII, p. 156 ; sa conversion p. 160 ; sa rencontre : Livre V, Chap. XXII, p. 420 et sa première ordination : Livre V, Chap. XXIII, p. 436 ; son rôle en tant que disciple : Livres V à XX, Chap. XXIII à C, p. 437 à 967.
  • Père Henri Doré Recherches sur les Superstitions en Chine, le Panthéon Chinois (éditions You Feng, 1995) Vol. 3, Art. XLIX, p. 350

Attributs[modifier | modifier le code]

[3]Jadis homme imposant et de belle allure dans son armure d'or, sa déchéance en fera un être ignoble : longue crinière rousse, aux yeux étincelants, peau bleue-indigo, portant un collier de 9 crânes de morts, bouche large comme une bassine de sang et les dents comme un râtelier clouté [9];il mesurerait 2 toises et serait large de 3 coudées (soient 20 pieds, environ 6m et 1m50 de large)[4].Condamné à rester sur terre, il subissait des attaques d'épées venues du ciel, jusqu'à ce que la bodhisattva (觀音 Guanyin) vienne à son secours et lui demande de protéger le moine (三藏 Sanzang) lors de son voyage vers l'Inde en quête des textes sacrés du Bouddha[5].D'abord adversaire de (孫悟空 Sun Wukong) et (豬八戒 Zhu Bajie) qui tentent de traverser sa rivière des sables Liusha He, il devient lui aussi un disciple sous le nom de [6](沙悟净 Sha Wujing) Conscient de la Pureté ; ce qui fait de lui le troisième Conscient de... (三悟 San Wu). Il deviendra [7](沙和尚Sha Hesheng) le Saint/Moine des Sables lorsque son nouveau Maître le convertira et deviendra [8](金身羅漢 Jinshen Luohan le Saint Arhat au Corps d'Or titre donné par Bouddha en récompense de son dévouement pendant son long périple jusqu'en Inde. C'est le disciple dont on fait le moins d'éloge dans le roman, pourtant, égal à (豬八戒 Zhu Bajie) il assiste souvent courageusement ses "frères" contre les dangers qui les menacent. Pendant le voyage, c'est lui qui sera chargé de porter les bagages ; (豬八戒 Zhu Bajie) aime à le titiller comme le fait pour lui, (孫悟空 Sun Wukong), mais dans l'ensemble, les 3 disciples s'entendent et se respectent.

Tandis que (豬八戒 Zhu Bajie) possède un rateau à 9 dents et que (孫悟空 Sun Wukong) manie sa "trique"[10],(沙悟净 Sha Wujing) possède une crosse très solide, forgée par les dieux et remis par (玉帝 Yudi) l'Empereur de Jade en personne quand il fut nommé "Capitaine", capable de rétrécir et de s'allonger à volonté, qu'il appelle Bâton Terrasseur de Démons ; l'imagerie populaire la représente souvent comme une lance à deux côtés, l'un en forme de croissant, l'autre en hachoir.

  • Wu Cheng'en Xiyouji la Pérégrination Vers l'Ouest (éditions de la Pléïade 1991, 2 volumes) Livre II, chapitre VIII, p. 156 et Livre V, chapitre XXII, p. 420.

En Chine[modifier | modifier le code]

  • Dans son Saint (Dashenwang), l'auteur Hongkongais, Kooh Fuk Lung fait de Sha Wujing, qu'il appelle Sha Baonan, un guerrier redoutable long, mince et musclé, muni d'une énorme faux.

Au Japon[modifier | modifier le code]

Dans son manga, Dragon Ball, Akira Toriyama faisait de son personnage Yamcha le pendant de Sha Wujing, un voleur vivant dans le désert (du sable donc) qui détroussait les malheureux, terrorisé par les filles.

Dans son manga, Gensômaden Saiyuki, Kazuya Minekura représente ce personnage comme un grand benêt style hippie des années 70 avec de grands yeux et cheveux couleur sang, qui fume un peu trop nommé Sha Gojo et qui se dispute tout le temps avec Sun Wukong.

Œuvres récentes[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

  • 4 films des Shaw Brothers (SB) (cantonais sous-titré anglais) : The Monkey Goes West (1966), Princess Iron Fan (1966), The Cave of Silken Web (1966), The Land of Many Perfumes (1966) tous réédités en Cd-Vidéo en 2003
  • Xiyouji Journey to the West (Tay Du Ky) : série télévisée (1986) (cantonais sous-titré anglais)(actuellement visible sur Youtube) série originale vietnamienne.
  • Tay Du Ky : série télévisée (1996) (vietnamien sous-titré chinois) (actuellement sur Youtube)
  • Le Roi singe (1994), de Jeffrey Lau et Stephen Chow.
  • Monkey Magic : série télévisée (japonais sous-titrée anglais) (1998-1999)
  • Tay Du Ky : série télévisée (2000) (vietnamien sous-titré chinois) (actuellement sur Youtube)
  • L'Empire du roi-singe (2001)
  • A Chinese Tall Story (Chin Din Dai Sing) Cd-Vidéo (2005)
  • Saiyuuki (Saiyûki) de Shingo Katori (dvd japonais sous-titré anglais) (2006)

Dessins-animés et films d'animation[modifier | modifier le code]

Il a inspiré de nombreux dessins animés, comme :

  • La Princesse à l'éventail de fer : le troisième long métrage chinois en noir et blanc, en 1941.
  • La série animée japonaise Dragon Ball (anime), par Akira Toriyama, dérivée du manga du même nom, qui est une très libre adaptation du Voyage en occident mais basée sur les arts martiaux, le combat, l'affrontement avec des ennemis surpuissants.
  • La série animée japonaise Gensômaden Saiyuki (西遊記 romaji : Saiyuki, le voyage extrême)
  • La télévision centrale chinoise (CCTV) a également sorti une série animée plus fidèle au roman, intitulée Xiyouji (西遊記), des Shaw Brothers dont les vidéos sont librement disponibles en streaming sur baidu (cf liens externes).
  • Xiyouji : série animée de 52 épisodes retraçant les aventures du roman (assez fidèle) (vidéos disponibles sur Youtube et depuis peu la version anglaise sous-titrée des 2 premiers épisodes).

À noter aussi une adaptation libre de la légende dans le manga Love Hina par Ken Akamatsu et la série animée du même nom, dans le chapitre 37 (Volume 5).

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • Dragon Ball (manga) de Akira Toriyama
  • Le Roi des Singes Vole les Fruits Célestes de Mei Ying (les Livres du Dauphin, 1990)
  • Le singe de Silverio Pisu et Milo Manara
  • Gensomaden Saiyuki (manga) de Kazuya Minekura
  • Patariro Saiyuki (manga de Mineo Maya) (série arrêtée à 6 tomes hélas)
  • La Pérégrination vers l'Ouest de Tsai Chih Chung et Rebecca Peyrelon-Wang (éditions You Feng, 2007)
  • La Légende du Roi Singe de Tsai Chih Chung et Rebecca Peyrelon-Wang (éditions You Feng, 2007)
  • Saint (Dashengwang) de Khoo Fuk Lung : série de manhua habile mélange du Xiyouji et du Fengshen Yanyi, où le personnage Sha Baonan est inspiré de Sha Wujing.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Xiyouji sur la Nintendo NES (1994), un jeu de plateau et de baston basé sur le roman
  • Saiyuki Journey West : un jeu de stratégie et d'aventure retraçant la trame du roman originel (Playstation, Koei 2001)
  • Monkey Magic : jeu de plateau chronométré (sans sauvegarde) sur DS (2007)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (voir zh:)
  2. Wu Cheng'en, Xiyouji (éditions de la Pléïade, 1991) Vol. 1, Livre II, Chap. VIII, p. 159, note 1
  3. a et b Wu Cheng'en, Xiyouji (éditions de la Pléïade, 1991) Vol. 1, Livre II, Chap. VIII, p. 156 et Livre V, Chap. XXII, p. 420
  4. a et b Wu Cheng'en, Xiyouji (éditions de la Pléïade, 1991) Vol. 1, Livre II, Chap. VIII, p. 159
  5. a et b Wu Cheng'en, Xiyouji (éditions de la Pléïade, 1991) Vol. 1, Livre V, Chap. XXII, p. 420
  6. a et b Wu Cheng'en, Xiyouji (éditions de la Pléïade, 1991) Vol. 1, Livre II, Chap. VIII, p. 160, note 3
  7. a et b Wu Cheng'en, Xiyouji (éditions de la Pléïade, 1991) Vol. 1, Livre V, Chap. XXIII, p. 436
  8. a et b Wu Cheng'en, Xiyouji (éditions de la Pléïade, 1991) Vol. 1, Livre XX, Chap. C, p. 966 et 967
  9. Wu Cheng'en, Xiyouji (éditions de la Pléïade, 1991) Vol. 1, Livre VI, Chap. XXIX, p. 564
  10. Wu Cheng'en, Xiyouji (éditions de la Pléïade, 1991) Vol. 1, Livre V, Chap. XXII, p. 429

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Wou Tch'eng-en le Singe Pélerin ou le Pèlerinage d'Occident (éditions Payot, 1951, 1980 et 1992)
  • Wou Tch'eng Ngen Si Yeou Ki ou le Voyage en Occident (éditions du Seuil, 1957, 2 tomes)
  • Wu Cheng'en Xiyouji la Pérégrination Vers l'Ouest (éditions de la Pléiade 1991, 2 volumes)
  • Père Henri Doré Recherches sur les Superstitions en Chine, le Panthéon Chinois (éditions You Feng, 1995) Vol. 3
  • Pascal Fauliot l'Epopée du Roi Singe (éditions Casterman Epopée, 2008)