Shōtarō Ishinomori

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Shōtarō Onodera)
Aller à : navigation, rechercher
Shōtarō Onodera (Shōtarō Ishinomori)
小野寺 章太郎
Nationalité Drapeau du Japon Japonaise
Naissance 25 janvier 193828 janvier 1998
Mangaka
Employeur Kōdansha
Maître Osamu Tezuka

Shōtarō Ishinomori (石ノ森 章太郎, Ishinomori Shōtarō?) était un dessinateur de manga japonais, de son vrai nom Shōtarō Onodera (小野寺 章太郎, Onodera Shōtarō?). Il est né le 25 janvier 1938 dans le bourg d'Ishinomori (石森町, Ishinomori-chō?) du district de Tome dans la préfecture de Miyagi, au Japon[1] ; il est mort le 28 janvier 1998 d'une insuffisance cardiaque.

Il écrivait initialement son « nom » 石森, qui pouvait se lire Ishimori. Afin d'éviter toute confusion, il changea l'écriture de son pseudonyme en 1984 en .

Biographie[modifier | modifier le code]

Shōtarō Ishinomori était un des membres principaux du Tokiwasō, un appartement où de grands auteurs de manga se retrouvaient pour « penser » ensemble.

Il a été formé par Osamu Tezuka (son style de dessin est d'ailleurs assez proche de ce dernier) et est le créateur de Cyborg 009 (サイボーグ009, Saibōgu 009?), Skull Man, Kikaider (en), Kamen Rider et des deux premières séries sentai Go Ranger et JAKQ. Ces deux derniers titres furent adaptés en séries télévisées tokusatsu qui remportèrent un énorme succès. C'est lui qui insuffle un nouveau genre de programmes de télévision au Japon, avec un héros en costume qui se transforme, avec beaucoup d'effets spéciaux.

Ishimori est l'auteur du premier tokusatsu ayant popularisé le genre en France, San Ku Kaï (宇宙からのメッセージ・銀河大戦, Uchu kara no messeji - Ginga taisen?).

Son œuvre s'inscrit majoritairement dans la pensée qui domine la littérature japonaise de la deuxième moitié du XXe siècle : un pays ravagé et brisé par une puissance destructrice, le traumatisme des bombardements atomiques restant très présent dans les mentalités[2].

Le Musée Ishinomori de manga, ouvert en 2001 à Ishinomaki, est consacré à son œuvre[3].

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

Manga[modifier | modifier le code]

  • Cyborg 009 (サイボーグ009, Saibōgu zero-zero-nain?), 1964 (Glénat, coll. Vintage, 2010)
  • Nikyū tenshi (二級天使?), 1965
  • Mutant Sabu (ミュータント・サブ, Myūtanto Sabu?), 1965
  • Sabu et Ichi (佐武と市捕物控, Sabu to Ichi Torimono Hikae?), 1966-1972 (Le vent du nord est comme le hennissement d'un cheval noir, Takemoto-Kesselring, 1979 ; Sabu et Ichi, Kana, coll. Sensei, 2011-2012)
  • The Skull Man (スカルマン, Sukaruman?), 1970, one shot
  • Kamen Rider (仮面ライダー, Kamen raidā?), 1971 (Isan Manga, 2013)[4]
  • Le Voyage de Ryu (リュウの道, Ryū no Michi?), 1969 (Glénat, coll. Vintage, 2011)
  • Genshi shōnen Ryū (原始少年リュウ?), 1971
  • Yapou, bétail humain (劇画家畜人ヤプー, Kachikujin yapū?), 1971
  • Jinsō ningen Kikaider (人造人間キカイダー, Jinsō ningen Kikaidā?), 1972
  • Inazuman (イナズマン?), 1973
  • Kuzuryū (九頭竜?), 1974 (Kana, coll. Sensei, 2011)
  • Himitsu sentai Gorenger gokko (ひみつ戦隊ゴレンジャーごっこ, Himitsu sentai Gorenjā gokko?), 1975, suite en manga de l'anime Himitsu Sentai Gorenger
  • Gilgamesh (ギルガメッシュ, Girugamesshu?), 1976
  • Hôtel, 1984
  • Manga Nihon keizai nyūmon (マンガ日本経済入門?, « Les Secrets de l'économie japonaise en manga »), 1986
  • Manga chōdendō kōza (マンガ超電導講座?, « Cours sur la supraconductivité en manga »), 1988
  • Hokusai (北斎?), 1987 (Kana, coll. Sensei, 2010), one shot
  • Zelda no densetsu (ゼルダの伝説, Zeruda no densetsu?), 1993, manga tiré du jeu vidéo The Legend of Zelda: A Link to the Past
  • Miyamoto Musashi (宮本 武蔵?), 2002 (Kana, coll. Sensei, 2008)

Anime[modifier | modifier le code]

  • Cyborg 009, 1966, 1967, 1968, 1979, 1980, 2008
  • Kaizoku Ouji, 1966
  • Rainbow Sentai Robin, 1966-67
  • Sabu to Ichi Torimono Hikae, 1968-69
  • Nolan (原始少年リュウ, Genshi shounen Ryuu?), 1971-72
  • Sarutobi Ecchan, 1971-72
  • Tonari no Tamageta-kun, 1974-75
  • Hyoga Senshi Gaislugger, 1977
  • Genma Taisen, Harmagedon, 1983
  • Chikkun Takkun, 1984
  • Kaitei 3-man Mile, Bulles Sous les Mers, 1985
  • Hoshi no ko Chobin, Chobin, 1989
  • Miracle Giants Domu-kun, 1989-90
  • Kamen Rider SD Kaiki?! Kumo Otoko, 1993
  • Kikaider, 2000-01
  • Kikaider 01, 2001
  • Kikaider contre Inazuman, 2002
  • Genma Taisen - Shinwa Zenya no Shou, Ghenma Wars - Harmagedon - à l'aube de la légende, 2003
  • Gilgamesh, 2003
  • Zero Zero Nine One, 2006, 2007
  • The Skull Man, 2007

Série et Film Live[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Mangattan Museum (2012) à Ishinomaki (Japon), consacré aux œuvres de Shōtarō Ishinomori

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Shotaro ISHINOMORI sur l'Encyclopédie de Anime News Network
  2. Marion Duvernois et Guido Furci, « Portrait du mangaka Shôtarô Ishinomori » sur L’Intermède, le 4 septembre 2011
  3. « ISHINOMORI Shotarô », sur http://www.manga-news.com (consulté le 10 mars 2014)
  4. http://isan-manga.com/actualites/kamen-rider-en-juin-chez-isan-manga//

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ja+en+de+fr) Masanao Amano, Manga Design, Cologne, Taschen, coll. « Mi »,‎ 15 mai 2004, 19,6 cm × 24,9 cm, broché, 576 p. (ISBN 978-3-8228-2591-4, présentation en ligne), p. 72-75
    édition multilingue (1 livre + 1 DVD) : allemand (trad. originale Ulrike Roeckelein), anglais (trad. John McDonald & Tamami Sanbommatsu) et français (trad. Marc Combes)