Shō Iku

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Shō Iku
尚育
Portrait royal officiel de Shō Iku, peint par Mō Chōki en 1852
Portrait royal officiel de Shō Iku, peint par Mō Chōki en 1852
Titre
Roi de Ryūkyū
1835 – 1847
Prédécesseur Shō Kō
Successeur Shō Tai
Biographie
Dynastie Deuxième dynastie Shō
Date de naissance 1813
Date de décès 1847
Père Shō Kō
Enfant(s) Shō Tai

Shō Iku (尚 育?, 1813–1847) est souverain du royaume de Ryūkyū de 1835 à 1847.

Il est le fils ainé de Shō Kō. Selon le Chūzan Seifu (中山世譜), il est nommé sessei (摂政) en 1828, à la place de son père défaillant, affecté par une maladie mentale. Shō Kō meurt en 1835 et Shō Iku lui succède sur le trône.

Shō Iku est un érudit confucéen qui consacre sa vie à l'éducation. Cependant, la crise financière s'aggrave durant son règne.

Un navire français accoste à Naha en 1844 pour contraindre le royaume de Ryūkyū à commercer avec la France. C'est le premier contact avec les pays occidentaux. Théodore-Augustin Forcade, prêtre français envoyé par les Missions étrangères de Paris, arrive aux îles Ryūkyū pour propager l'évangile. Bernard Jean Bettelheim, missionnaire protestant britannique, arrive également aux Ryūkyū en 1846. Bettelheim établit le premier hôpital étranger de l'île au Gokoku-ji de Naminoue.

Le roi meurt en 1847, son second fils Shō Tai lui succède comme dernier souverain du royaume de Ryūkyū.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]