Shīsā

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un shīsā sur une maison traditionnelle
Un autre shīsā

Les shīsā (シーサー?, en Okinawaïen siisaa) sont des sculptures de taille limitée, à mi chemin entre le lion et le chien, posées sur les toits des maisons traditionnelles d'Okinawa. Dérivés des lions gardiens importés de Chine au XIVe siècle, les shīsā sont considérés comme des protections repoussant les forces maléfiques. Ils sont souvent posés par paires. Dans certaines paires celui de gauche a la gueule close et celui de droite, la gueule ouverte. Toujours à droite, le mâle garde la bouche ouverte afin d'éloigner les mauvais esprits. La femelle, quant à elle, garde la bouche fermée afin que le bonheur ne se sauve pas.

À l'origine les shīsā étaient placés sur les toits des palais, des temples, et d'autres bâtiments, sièges de pouvoirs impérial ou local. L’usage des shīsā comme talisman s'est répandu dans la population d'Okinawa à la fin du XIXe siècle, quand l'interdiction d'utiliser les tuiles rouges pour les maisons de roturier fut levée.

Les shīsā sont généralement en céramique ou en plâtre. Ces derniers ont souvent des détails humoristiques.

Lien externe[modifier | modifier le code]