Sganarelle ou le Cocu imaginaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sganarelle
ou le Cocu imaginaire
Image illustrative de l'article Sganarelle ou le Cocu imaginaire

Auteur Molière
Genre comédie
Pays d'origine Drapeau de la France France
Éditeur depeche
Nombre de pages 30
Date de la 1re représentation 28 mai 1666
Metteur en scène Molière
Lieu de la 1re représentation Théâtre du Petit-Bourbon

Sganarelle ou le Cocu imaginaire est une comédie en un acte et en vers de Molière, créée sur le Théâtre du Petit-Bourbon le 28 mai 1660 par la troupe de Monsieur, frère unique du Roi. Elle comporte 9 personnages soit Sganarelle, sa femme, Lélie, Célie, Gorgibus, La suivante, Gros-René, Le parent et Villebrequin.

Distribution[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Acteurs et actrices ayant créé les rôles
Personnage Acteur ou actrice
Gorgibus, bourgeois de Paris L'Espy
Célie, sa fille Mlle Du Parc
Lélie, amant de Célie La Grange
Gros-René, valet de Gorgibus Du Parc
Sganarelle, bourgeois de Paris et cocu imaginaire Molière
Sa femme Mlle de Brie
Villebrequin, père de Valère De Brie
La suivante de Célie Madeleine Béjart
Un parent de Sganarelle.

Répliques célèbres[modifier | modifier le code]

« Oui, son mari, vous-dis-je, et mari très marri. » (Sganarelle, scène IX, vers 292)

« A-t-on mieux cru jamais être cocu que moi.
Vous voyez qu’en ce fait la plus forte apparence
Peut jeter dans l’esprit une fausse créance :
De cet exemple-ci, ressouvenez-vous bien,
Et quand vous verriez tout, ne croyez jamais rien. »
(Sganarelle, scène dernière)

Canicule[modifier | modifier le code]

Le mot canicule est emprunté au latin canicula, diminutif de canis "chien" à la fin du XVe siècle. Après s'être spécialisé en astronomie en 1539, pour la constellation de la Canicule (Canis Major), il signifiait également son étoile principale Sirius, la plus brillante étoile du ciel, puis a pris le sens de "époque à laquelle le soleil et Sirius se lèvent en même temps (du 22 juillet au 23 août) ", que Molière emploie dans cette pièce (I,2). C'est la raison pour laquelle ce mot s'est répandu au sens de "très forte chaleur", son origine étant oubliée[1].

  1. Dictionnaire historique de la langue française, p.605, Le Robert, Paris 1992