Sfumato

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le sfumato est une technique de peinture qui produit, par la superposition de plusieurs couches de peinture extrêmement délicates, un effet vaporeux qui donne au sujet des contours imprécis[1]. Elle fut mise au point par Léonard de Vinci, qui la décrivait comme « sans lignes ni contours, à la façon de la fumée ou au-delà du plan focal ». Le terme sfumato, en italien, dérivé de fumo, « fumée », signifie « évanescent ».

Le sfumato est l'une des quatre méthodes de peinture canoniques de la renaissance. Les trois autres sont l'unione, le chiaroscuro (ou clair-obscur) et le cangiante[2]. Il est parfois utilisé pour donner une impression de profondeur. Il ne faut néanmoins pas le confondre avec la perspective atmosphérique, pour laquelle la technique du sfumato peut être employée.

Technique de Léonard de Vinci[modifier | modifier le code]

La Joconde illustre la technique du sfumato, dans l'arrière-plan

Le sfumato de Léonard a longtemps été un sujet de conjectures plus que d'analyses – tout comme les divers aspects de l'œuvre du maître florentin –, l'étude des matières picturales de Léonard de Vinci étant limitée[3]. Une analyse des couches de peinture et de la composition des pigments par spectrométrie de fluorescence X, par des scientifiques du Centre de recherche et de restauration des musées de France (Louvre) et de l'Installation Européenne de Rayonnement Synchrotron de Grenoble a montré en 2010 que les tableaux à l'huile de Léonard du Louvre sont recouverts de dizaines de couches de 1 à 3 microns.

Cette technique communément appelée glacis est une pratique courante dans les techniques de peinture à l'huile. Il s'agit de la dernière couche de peinture avant le vernis. Elle avait été utilisée aussi par les Flamands, l'utilisation de l'oxyde de manganèse et du cuivre serait, d'après ce que rapporte un article de Libération, spécifique à Léonard[3].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. M. Lunier, Dictionnaire des Sciences et des Arts volume 3 SFUMATO, adjectif italien pris substantivement, et qui signifie enfumé. (Peinture) Peindre sfumato ; c'est une manière de peindre extrêmement moelleuse, qui laisse une certaine incertitude sur la terminaison du contour, et sur les détails des formes, quand on regarde l'ouvrage de près, mais qui n'occasionna aucune indécision, quand on se place à une juste distance. Cependant, quoique le mot sfumato signifie proprement enfumé, il ne faut pas croire que, pour atteindre à la qualité agréable de peindre sfumato, il faille représenter les objets comme si on ne les aperçoit qu'au travers d'une fumée ; c'est alors l'excès de cette qualité, et elle devient vicieuse. Le Guerchin a bien saisi le point juste de sfumato ; Grimoux a quelquefois approché de l'excès. Le sfumato exclut la qualité exprimée par ce qu'on appelle le SENTIMENT. V. ce mot. Paris, 1805.
  2. (en) Marcia Hall, Color and Meaning: Practice and Theory in Renaissance Painting, New York, Cambridge University Press,‎ 1994, poche (ISBN 978-0-521-45733-0)
  3. a et b Sfumato, brouillard dissipé, article de Libération le 17 juillet 2010.