Sextette de Seyfert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sextette de Seyfert
Vue du Sextette de Seyfert par le télescope spatial Hubble[1].
Vue du Sextette de Seyfert par le télescope spatial Hubble[1].
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Serpent
Ascension droite (α) 15h 59m 11,9s[2]
Déclinaison (δ) +20° 45′ 31″[2]
Distance ~ 195×106 al[3]
(~ 60×106 pc)
Caractéristiques physiques
Type d'objet Groupe de galaxies
Découverte
Découvreur(s) Carl Keenan Seyfert
Date 1951
Liste des groupes de galaxies

Le Sextette de Seyfert est un groupe de galaxies situé dans la constellation du Serpent à environ 200 millions d'années-lumière (60 Mpc) de la Voie lactée. En apparence constitué de six galaxies, il n'en contient en fait que cinq, dont seulement quatre sont en interaction :

  • NGC 6027 est la plus brillante du groupe, une galaxie lenticulaire à peu près au milieu de l'ensemble (en bas sur l'image ci-contre),
  • NGC 6027a est une galaxie spirale au halo diffus reconnaissable à sa ceinture de poussières,
  • NGC 6027b est quasiment en contact avec les deux précédentes (oblique sur l'image ci-contre),
  • NGC 6027c est une galaxie spirale barrée bien dessinée vue pratiquement par la tranche,
  • NGC 6027d est une galaxie spirale vue du dessus bien plus éloignée que les quatre précédentes (près d'1,2 milliard d'années-lumière (360 Mpc) selon d'anciennes mesures[4]) et qui n'entre donc pas en interaction avec les autres membres du groupe,
  • NGC 6027e n'est pas une galaxie mais simplement une queue de marée issue de NGC 6027 par effet de marée galactique.

Le Sextette de Seyfert est l'un des groupes de galaxies les plus compacts connus — l'ensemble tient en moins de 100 000 années-lumière (30 kpc), c'est-à-dire la largeur de la Voie lactée — et est l'un des plus isolés. Chacune des galaxies en interaction a une largeur qui n'excède pas 35 000 années-lumière (10,75 kpc).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) HubbleSite – 12 décembre 2002 « Hubble Watches Galaxies Engage in Dance of Destruction ».
  2. a et b (en) NASA/IPAC EXTRAGALACTIC DATABASE « Seyfert's Sextet ».
  3. (en) A. Durbala, A. del Olmo, M. S. Yun, M. Rosado, J. W. Sulentic, H. Plana, A. Iovino, J. Perea, L. Verdes-Montenegro et I. Fuentes-Carrera, « SEYFERT'S SEXTET: A SLOWLY DISSOLVING STEPHAN'S QUINTET? », The Astronomical Journal, vol. 135, no 1,‎ janvier 2008, p. 130-155 (lire en ligne) DOI:10.1088/0004-6256/135/1/130
  4. (en) D. H. Martins, G. Chincarini, « Photometry of the 'Seyfert Sextet' /VV 115/ and the anonymous galaxy 1558.2 + 2100 », The Astrophysical Journal, vol. 209, no 1,‎ 15 octobre 1976, p. 372-375, 377-381 (lire en ligne) DOI:10.1086/154729