Sex Revelations

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sex Revelations (Si les murs racontaient 2 au Canada, If These Walls Could Talk 2 aux États-Unis) est un film américain de 2000 réalisé par Jane Anderson (pour la partie "1961"), Martha Coolidge (pour la partie "1972") et Anne Heche (pour la partie "2000").

Synopsis[modifier | modifier le code]

Ce film raconte l’histoire de trois couples de femmes de 1961 à 2000. Chaque duo vit son homosexualité[1] à sa manière et aussi en fonction des mœurs de son époque.

Cette trilogie illustre l’évolution des difficultés rencontrées par les lesbiennes durant les dernières décennies: du placard des années 1960 à la lesboparentalité des années 1990 en passant par un "sex, drug & butch" cher aux seventies.

1961 – Après des années de vie heureuse avec Abby, Edith doit affronter la perte brutale de sa compagne. Non seulement elle doit faire face à ce deuil et à la solitude en gardant secrète la nature véritable de leur relation, mais de plus, elle va devoir quitter leur maison qui appartenait à Abby et que sa famille souhaite vendre.

Ce premier volet aborde le thème de l’homosexualité chez les personnes âgées et du statut du couple homosexuel particulièrement après la mort d’un des compagnons.

1972 – Linda, jeune féministe, vit son homosexualité au grand jour au sein du campus. Un soir elle fait la connaissance d’Amy, jeune femme androgyne et qui se moque du qu’en-dira-t-on. Ses amies n’acceptent pas Amy, critiquant son allure masculine et ses attitudes libérées. Mais Linda tombe amoureuse et le couple va résister aux jugements et aux quolibets.

Ce deuxième épisode parle d’homophobie et d’homophobie intériorisée.

2000 - Fran et Kal forment un couple heureux, mais il manque un enfant à leur bonheur. Commence alors un véritable parcours du combattant.

Ce troisième volet traite du désir d’enfants par les homosexuel(le)s.

Fiche Technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Volet 1961[modifier | modifier le code]

Volet 1972[modifier | modifier le code]

Volet 2000[modifier | modifier le code]

Commentaire[modifier | modifier le code]

Ce film encore méconnu fait passer des années 1960 puritaines où l’homosexualité n’était pas acceptée, par les années 1970 en pleine mutation et marquées par la libération sexuelle, aux années 1990 où les homosexuel(le)s se cachent de moins en moins.

Son plus grand mérite est de présenter l’homosexualité féminine sous un jour positif et réaliste, sans dialogues graveleux ni fin dramatique, chose rare au cinéma.

Titres marquants de la bande originale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. If These Walls Could Talk 2 sur elms

Liens externes[modifier | modifier le code]