Sex (boutique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir sex.

Sex est une boutique de vêtements et d'accessoires située au 430, Kings Road à Londres lancée et tenue par Malcolm McLaren et Vivienne Westwood.

Historique[modifier | modifier le code]

Let It Rock[1][modifier | modifier le code]

Fin 1971[2], Malcolm McLaren, Vivienne Westwood et Patrick Casey s'installent au 430 King's Road à Londres dans une boutique sombre avec un juke-box du nom de Paradise Garage.

Ils la rebaptisent vite Let It Rock et y vendent toutes sortes d'accessoires en relation avec le rock des années 1950 des disques de l'époque en passant par des blousons en cuir d'occasion jusqu'aux vêtements confectionnés par Vivienne Westwood.

Ce qui fera notamment le succès de la boutique, outre son incroyable décoration, est qu'elle est agencée en deux parties, dont une première partie avant où les gens – clients ou non – prennent l'habitude de traîner.

Le magasin devient vite le centre du revival Teddy Boys de l'époque et fait l'objet de plusieurs articles de presse.

Cette notoriété amène une clientèle branchée à la boutique qui est éloignée des convictions personnelles de Malcolm McLaren et Vivienne Westwood alors que dans le même temps, la concurrence s'installe et que le revival Teddy Boys commence son déclin.

Too Fast To Live, Too Young To Die[1][modifier | modifier le code]

Ils changent alors progressivement l'orientation de leur boutique pour aller vers une tendance bikers, pourtant toujours inspirée des années 1950. Ils commencent à travailler la technologie vestimentaire et mettent au point une méthode pour fixer des paillettes sur les vêtements avec une colle spéciale afin d'y imprimer des slogans ou des logos. C'est la progression de cette idée qui les amène par la suite à utiliser des clous.

Leurs produits-phare sont des tee-shirts où s'étalent en paillette le logo de Gene Vincent, les noms d'Elvis ou de Chuck Berry ; des tee-shirts où s'inscrivent des mots-clés comme rock'n'roll avec des os de poulet bouillis maintenus avec des chaînes ; des tee-shirts coupés de deux lignes verticales sous la poitrine et recousues avec des fermetures à glissière d'où pendaient des chaînes ; des tee-shirts garnis de pneus de vélo cloutés aux épaules (dit tee-shirt pneu de moto).

La clientèle change avec ce changement d'orientation et devient plus rock.
Un jeune garçon embauché à la boutique pour customiser les vêtements peint un slogan qu'il dit être un slogan de gangs américains en hommage à la mort de James Dean « Too Fast To Live, Too Young To Die ». Malcolm McLaren trouve la phrase extraordinaire, elle devient le nouveau nom de la boutique en août 1973 qui se refait un design moins kitsch et plus sombre avec des têtes de mort.

De nouveau, la boutique est au centre d'une espèce de faune underground, les musiciens en vogue du moment la fréquentent.

Les vêtements de Vivienne Westwood s'inspirent alors des années 1940 et de la mode des Zoot suits[3].

La boutique s'installe et de nouveau, Malcolm McLaren a la sensation de faire du surplace. Il veut quelque chose de novateur, il ne veut plus se tourner vers le passé.

Sex[1][modifier | modifier le code]

En avril 1974, Too Fast To Live, Too Young To Die ferme pour plusieurs mois de travaux. Malcolm McLaren veut un magasin noir où se vendraient des vêtements sexy ou fétichistes qui se vendent habituellement par correspondance.

Ils trouvent des fournisseurs de vêtements en latex et en cuir ; ils décorent la boutique avec un matériau spongieux qui lui donne l'aspect d'un utérus et bombent des phrases trouvées dans des livres fétichistes sur les murs qui seront réutilisées pour faire des tee-shirts. La nouvelle boutique s'appelle Sex, on y trouve des vestiges des anciens stocks des boutiques précédentes, des accessoires fétichistes, des créations de Vivienne Westwood. C'est vers cette époque que Jordan (Pamela Rooke) devient vendeuse au magasin.

Cette nouvelle ambiance inspire Vivienne Westwood qui met plus l'accent sur le charnel dans ses créations et développe encore sa gamme de tee-shirts en simplifiant la coupe au minimum (deux carrés de tissu cousu ensemble) et en s'inspirant des tabous sexuels et des slogans situationnistes pour les décorer.

Avant le départ de Malcolm McLaren pour New York, il travaille avec Vivienne Westwood sur le premier tee-shirt manifeste « You're gonna wake up one morning and know what side of the bed you've been lying on! »[4] ; ce tee-shirt sera le point de départ d'un nouveau style.

Vivienne Westwood enrichit sa gamme de tee-shirts sur lesquels elle ajoute des fermetures à glissière, du cuir clouté, des poches en plastique, des déchirures, etc.
Elle utilise des visuels inspirés de la pornographie : une paire de seins placée à la hauteur de la poitrine, un footballeur noir nu avec le sexe pendant, un garçon de douze ans expirant la fumée d'une cigarette dans une attitude suggestive, la cagoule du violeur de Cambridge, deux cow-boys sans pantalon se faisant face avec leurs sexes qui se frôlent. Ces visuels sont généralement imprimés dans des couleurs criardes (marron sur rose, rouge sur vert).

pantalon inspiré du costume bondage.
détail d'un pantalon inspiré du costume bondage.

Certains de ces visuels vont trop loin et sont interdits. C'est le cas du tee-shirt avec la cagoule du violeur de Cambridge que McLaren réédite à son retour de New York de manière ironique en ajoutant « A Hard Day's Night - Brian Epstein - trouvé mort le 27 août 1967 après qu'il eu pris part à des pratiques sado-masochistes / le sado-masochisme était son truc » par provocation. Ou encore le visuel avec les deux cow-boys dont les tee-shirts furent confisqués suite à une descente de police dans le magasin ce qui valut une contravention à McLaren et Westwood.

À partir de l'été 1975, une nouvelle faune fréquente la boutique dont un certain John Simon Ritchie et un certain John Lydon. Sur un coup de bluff, plus que par conviction McLaren fait passer une audition à John Lydon sur le juke-box du magasin sur Eighteen d'Alice Cooper qui se termine par des rires et sera pourtant le début des Sex Pistols dont la renommée popularisera le look inspiré par cette boutique.

À mesure que le groupe connaît du succès, la renommée et la clientèle de la boutique s'accroissent.
L'investissement de McLaren dans le groupe permettra à Westwood de s'exprimer plus avant dans les vêtements et d'affirmer son style.
Des chemises en toile de parachute sont confectionnées avec des légendes tirées des romans d'Alex Trocchi sur la poitrine, il y eut une série de tee-shirts et de chemises avec des cartes à jouer sexy fixées dessus dans des pochettes plastiques.
Mais les éléments les plus connus de cette collection reste la chemise Anarchy et le costume bondage.
La chemise Anarchy est rayée rouge, noir et brun dans une coupe années 1960, elle est couverte de slogans faits au pochoir inspirés des événements de 1968 (Seuls les anarchistes sont beaux, Prenez vos désirs pour des réalités, À bas le coca-cola, etc.), de petits portraits de Karl Marx sont placés d'un côté du torse tandis que sur l'autre côté, une croix gammée orne le col ; le tout porté avec un brassard où s'inscrit chaos.
Le costume bondage est constitué d'un pantalon étroit en coton noir satiné sur lequel sont ajoutées des fermeture à glissière (derrière le genou, sous la cuisse, à l'arrière de l'entre-jambe), des sangles pour entraver les jambes et des rabats sur les fesses.

Seditionaries[1][modifier | modifier le code]

Au tout début 1977, le magasin change encore de style et de nom pour Seditionaries. L'argent issu du succès de Sex permet à Malcolm McLaren et Vivienne Westwood de développer totalement l'environnement qu'ils désirent pour la boutique : high-tech, chaotique, industriel et kitsch.

Vivienne Westwood s'investit de plus en plus tant dans la boutique que dans les collections et durant l'année 1977, ses vêtements font régulièrement la couverture des magazines.
De nouvelles pièces apparaissent et cottoient toujours les anciens éléments vendus dans la boutique comme des tee-shirts imprimés avec la tête de reine fendue, une croix gammée à l'envers et Destroy en surimpression dessus tandis que les manches trop longues se ramènent en arrière par des attaches de colliers de chiens.

À partir de cette époque, d'autres magasins s'installent sur King's Road et commencent à faire de la concurrence à la boutique en présentant leur propre collection.

Worlds End[5][modifier | modifier le code]

En 1980, la nouvelle collection de Vivienne Westwood inspirée d'une tendance pirate est l'occasion de changer décoration et nom du magasin pour devenir Worlds End. En 1983, Malcolm McLaren et Vivienne Westwood se séparent définitivement mettant un terme à leur collaboration et à la boutique, continuant chacun sur des voies différentes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Jon Savage, England's Dreaming, Les Sex Pistols et le punk, Paris, édition Allia,‎ 2002, 688 p. (ISBN 2-84485-102-9)
  2. Novembre ou Octobre selon les sources
  3. Une mode lancée dans les années 1930 par les minorités noires et mexicaines aux États-Unis qui consiste à exagérer le costume western de Rhett Butler au niveau des coutures et à le porter dans des couleurs criardes agrémenté de chaînes avec des chaussures pointues et des coiffures apprêtées.
  4. Tu vas te réveiller un matin et savoir de quel côté du lit, tu as dormi !, sous cette phrase se décline une liste de haine et une liste d'amour
  5. History

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]