Seugy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Seugy
Mairie de Seugy
Mairie de Seugy
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Sarcelles
Canton Viarmes
Intercommunalité Communauté de communes Carnelle - Pays de France
Maire
Mandat
Geneviève Euller
2014-2020
Code postal 95270
Code commune 95594
Démographie
Gentilé Seugissois(es) ou Cacoin(es)
Population
municipale
1 030 hab. (2011)
Densité 606 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 07′ 00″ N 2° 24′ 00″ E / 49.1167, 2.4 ()49° 07′ 00″ Nord 2° 24′ 00″ Est / 49.1167, 2.4 ()  
Altitude Min. 50 m – Max. 121 m
Superficie 1,70 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Seugy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Seugy
Liens
Site web http://www.mairie-seugy.fr

Seugy est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Seugissois(es) ou Cacoin(e)s, faisant référence au patois picard, désignant les bogues des châtaigniers.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située au nord de la plaine de France, entre Viarmes et Luzarches, à 30 km environ au nord de Paris. Son point le plus élevé atteint les 120 m au-dessus du niveau de la mer, au sud, sur le flanc de la butte occupée par le golf du mont Griffon (situé essentiellement sur la commune de Luzarches). Son point le plus bas se trouve au nord, dans le bois de Seugy, à 57 m. Le relief est fortement vallonné et permet quelques jolis points de vue[1]. Le vieux village de Seugy s'est développé sur la rue de la Fontaine, en impasse et perpendiculaire au principale axe de circulation qui est la RD 922z : de ce fait, le village bénéficie d'une grande tranquillité, et son paysage architectural rural s'est bien conservé. Au cœur du vieux village, la plupart des maisons datent du XIXe siècle, disposent d'un étage et d'un haut portail surmonté d'une poutre en bois, donnant accès à une cour intérieure. Le bâti est assez dense, rappelant le bourg voisin de Viarmes. Seugy est membre à part entière du Parc naturel régional Oise-Pays de France créé par décret du 13 janvier 2004[2].

Comme particularité, Seugy ne possède que deux communes limitrophes : Luzarches et Viarmes, cette dernière entourant Seugy sur les deux tiers de sa circonférence, qui est de 6 350 m environ. Le village est délimité au sud par la voie ferrée Luzarches - Paris (voir ci-dessous) et au nord par le nouveau tracé de déviation de la RD 922. En arrivant à Seugy en provenance de Luzarches, les premières maisons sur la droite appartiennent encore à cette dernière commune. Les parties non urbanisées de la commune sont en majorité boisés : à l'ouest, en direction de Viarmes, se trouve le bois de Seugy déjà mentionné, et au nord, le bois de Beauvilliers. Ce sont des bois privés interdits d'accès, que l'on peut toutefois traverser sur des chemins ruraux. Avec sa petite superficie, de 170 ha seulement (soit 8,3 % de la superficie de Luzarches), Seugy n'a plus de surfaces agricoles, ni de zone d'activités commerciales. Restent toutefois une exploitation agricole, se consacrant à l'élevage de la charolaise[1], et une ferme équestre.

Seugy est desservie par l'arrêt de Seugy, sur la ligne H du Transilien, branche Paris-Nord — Luzarches. La gare est desservie à raison d'un train omnibus par heure en heures creuses et par un train semi-direct à la 1/2 heure (direct de Sarcelles - Saint-Brice à Montsoult-Maffliers et omnibus ensuite) en pointe. Il faut de 43 à 45 min de trajet à partir de la gare du Nord. Cette offre est complétée par la ligne express Mobilien (BUS) CIF 100 (3) Roissypôle - Persan SNCF qui dispose d'un arrêt « rue de Giez » au centre de Seugy. Cette ligne permet également de rejoindre les communes voisines d'Asnières-sur-Oise, Viarmes et Luzarches. Elle fonctionne tous les jours de l'année et peut être empruntée avec un seul ticket t+, quelle que soit la distance parcourue.

Histoire[modifier | modifier le code]

Son nom provient de l'anthroponyme gallo-romain Silvius, ou du latin silvus, forêt.

Seugy a fait partie du comté de Beaumont dès le XIIIe siècle. En 1376, les fiefs du comté furent démembrés et Seugy appartint alors à plusieurs propriétaires successifs. La châtaigneraie constitua la principale ressource de la communauté villageoise ; mais d'autres cultures y étaient également pratiquées, en particulier l'orge, le blé, le seigle ou l'avoine. La fabrication de dentelle l'hiver par les femmes du village s'y développa du XVIIe siècle au milieu du XIXe siècle. Au début du XIXe siècle, la passementerie y débute. Une halte fut créée sur la ligne Montsoult-Luzarches en 1893 et provoqua un relatif développement de la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Seugy fait partie de la juridiction d’instance de Gonesse (depuis la suppression du tribunal d'instance d'Écouen en février 2008[3]), et de grande instance ainsi que de commerce de Pontoise[4],[5].


Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Geneviève Euller[6]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 030 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
231 357 365 335 339 316 318 330 307
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
282 284 274 261 314 265 269 284 261
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
268 253 266 255 318 316 266 234 296
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
286 321 504 603 762 1 049 1 061 1 049 1 035
2011 - - - - - - - -
1 030 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

En 2007, la population active de Seugy comptait cinq cent vingt habitants, sans compter les quarante-cinq chômeurs ; le taux d'activité parmi les résidents de 15 à 65 ans était de 77,6 %. Seulement 6,1 % des actifs de Seugy travaillaient sur la commune même, soit trente-deux personnes, et 40,4 % travaillaient dans un autre département d'Île-de-France[9].

Au 31 décembre 2008, l'INSEE a recensé vingt-trois établissements actifs à Seugy, totalisant quatre-vingt-un postes salariés, et autant d'entreprises individuelles. Au total, cent-quatre personnes travaillent donc à Seugy, dont les deux tiers habitent une autre commune. Aucun établissement ne dépasse les douze salariés. L'employeur le plus important est la commune, avec dix-huit postes au total pour la mairie, les services techniques, l'école maternelle, l'école élémentaire etc. En deuxième lieu, vient l'industrie, avec deux entreprises totalisant treize postes salariés (une imprimerie et un atelier de mécanique de précision[1]). Le plus grand nombre d'entreprises se trouvent toutefois dans les secteurs du transport et des services divers (vingt-trois établissements), la construction (dix-neuf établissements), et le commerce et la réparation auto (huit établissements), soit cinquante établissements au total. Curieusement, chacun compte exactement un poste salarié en plus du chef d'entreprise. Douze nouveaux établissements ont été créés en 2010, dont neuf autoentrepreneurs[10].

Seugy dispose d'un unique commerce de proximité ; il s'agit d'un bar-tabac-journaux avec dépôt de pain[1].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de Seugy ne compte aucun monument historique inscrit ou classé sur son territoire.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • La chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours : à l'entrée est du village, route de Luzarches, à l'angle avec la rue de la Chapelle : elle date du début de 1806 et faisait jadis l'objet d'un pèlerinage, le 2 juillet de chaque année avec célébration d'une messe. Ce pèlerinage a eu lieu pour la dernière fois en 156. Avant la construction de la chapelle, une statue de la Vierge Marie était déjà placée ici, dans une niche, à l'ombre d'un orme[11].
  • Le puits communal, rue de la Chapelle : il est attesté depuis le début du XIXe siècle et a fait l'objet d'une restauration à la fin du XXe siècle[12].
  • La mairie, rue de la Fontaine : il s'agit d'une ancienne maison bourgeoise en meulière, édifiée en 1912-14, caractéristique de l'architecture de la région parisienne du premier tiers du XXe siècle. Le toit couvert d'ardoise est à quatre pans, et chacune des quatre façades est surmontée d'un fronton. L'entrée a été transférée vers la façade arrière, afin de pouvoir aménager une rampe pour les personnes à mobilité réduite et construire une véranda sans altérer l'aspect d'origine de la façade principale sur la rue. La demeure a été acquise par la commune en 2003, avec une inauguration comme nouvelle mairie en 2007. Le parc derrière la mairie est ouvert au public en semaine[13].
  • L'église Saint-Martin, rue de la Fontaine : elle remonte au XVIIe siècle, quand l'église précédente a dû être complètement rebâtie après les dégâts qui lui avait été infligés par les Huguenots, au début de la deuxième guerre de religion, en 1567. Cette reconstruction ne porta pas sur le clocher, situé entre la nef et le chœur, et qui fut conservé jusqu'en 1788. Le clocher actuel date donc de la période immédiatement avant la Révolution française. À l'intérieur, subsiste un retable peint sur bois, restauré en 1982, représentant saint Martin ; l'âge de ce retable et sa provenance sont inconnus. Le cimetière qui l'entourait à l'origine fut déplacé sur la route de Luzarches à partir de 1858. L'église est d'une facture assez simple ; elle possède un plafond plat et un chevet plat, pas de bas-côté et aucune décoration de la façade. Le toit est simplement légèrement plus élevé au-dessus du chœur, et la sacristie y est accroché côté rue[14].
Le lavoir communal de Seugy, de 1843, au bout de la rue de la Fontaine.
  • La maison des pompiers, rue de la Fontaine, face à l'église : Cette ancienne remise de la pompe à incendie a été utilisée de 1888, année de la création d'un corps de sapeurs-pompiers volontaires à Seugy, et 1964. Ensuite, le petit bâtiment en brique a encore servi de maison des jeunes jusqu'en 1970, et comme cabane des cantonniers jusqu'en 1994. Le conseil municipal de Seugy a voté sa restauration en 2003 pour sauvegarder cet exemple du petit patrimoine bâti en milieu rural, obtenant un cofinancement du Parc naturel régional Oise-Pays de France à concurrence de 75 %[15].
  • Le lavoir, au bout de la rue de la Fontaine (impasse) : il date de 1843 et fut exécutés selon les plans dessinés par l'architecte Léonard Blochet un an auparavant. Le bassin est alimenté par une source, dont le débit est suffisant pour que l'eau se renouvelle fréquemment. L'usage du lavoir était strictement réglementé ; ainsi, le linge des petits enfants devait être lavé dans la partie amont, et le nettoyage d'ustensiles, comme par exemple de paniers, était défendu pour ne pas souiller l'eau. La commune proposait par ailleurs aux habitants de ranger leurs échelles sous le toit du lavoir, contre paiement d'une redevance de vingt-cinq centimes par an[16].
  • Un châtaignier commun de grande taille, dans le bois après le chemin de Bertinval : il constitue le dernier témoin de la châtaigneraie séculaire, qui disparut suite à l'hiver très rigoureux de 1879 et à l'abattage massif de cette essence. L'arbre mesure 25 m de haut et 7,30 m de circonférence ; il a été classé arbre remarquable par le conseil général du Val-d'Oise[17]. Sans illustration.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Seugy

La commune de Seugy ne dispose pas de blason.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Cf. « Découvrir Seugy », sur Seugy (site officiel) (consulté le 11 juin 2011).
  2. Cf. [PDF] « Journal officiel de la République française du 15 janvier 2004, p. 1143-1144 », sur DREAL Picardie (consulté le 21 novembre 2011).
  3. Décret du 15 février 2008 publié au Journal Officiel du 17 février 2008
  4. Site du Conseil général - Administration du Val-d'Oise
  5. Ministère de la justice - Conseil Départemental de l'Accès au Droit du Val-d'Oise
  6. Site officiel de la préfecture du Val d‘Oise-liste des maires (doc pdf)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  9. [PDF] « Seugy (95594 - Commune) », sur INSEE statistiques locales (consulté le 10 juin 2011), p. 5-6.
  10. [PDF] « Seugy (95594 - Commune) », sur INSEE statistiques locales (consulté le 10 juin 2011), p. 13-15.
  11. Cf. « La chapelle », sur Seugy (site officiel) (consulté le 9 juin 2011).
  12. Cf. « Le puits communal », sur Seugy (site officiel) (consulté le 9 juin 2011).
  13. Cf. « La mairie et son parc », sur Seugy (site officiel) (consulté le 9 juin 2011).
  14. Mathieu Lours, « Seugy - Saint-Martin », Églises du Val-d’Oise : Pays de France, vallée de Montmorency, Gonesse, Société d’histoire et d’archéologie de Gonesse et du Pays de France,‎ 2008, p. 263 (ISBN 9782953155402).
  15. Cf. « La maison des pompiers », sur Seugy (site officiel) (consulté le 9 juin 2011).
  16. Cf. « Le lavoir », sur Seugy (site officiel) (consulté le 9 juin 2011).
  17. Cf. « Le châtaignier nourricier », sur Seugy (site officiel) (consulté le 9 juin 2011). Lors d'une exploration des lieux en date du 9 juin 2011, il a été impossible à l'auteur de repérer cet arbre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]