Setsuwa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Le setsuwa (説話) est un type de récit apparu au Japon au début de l'ère Heian qui désigne une anecdote appuyant son bien-fondé sur la prétendue véracité ou historicité des faits (ce qui en exclut la traduction de conte). Souvent utilisés pour illustrer la loi bouddhique, ils ont été de ce fait comparés aux exempla occidentaux. Le premier recueil de setsuwa est le Nihon ryōiki (dont l'écriture se situerait entre 787 et 822).

Setsuwa est un terme apparu relativement tard (Meiji) et a donné naissance à la dénomination de setsuwa bungaku (説話文学, littérature de style setsuwa).

Origine du setsuwa[modifier | modifier le code]

Cette littérature, d'origine bouddhique, provient de l'Inde (littérature traduite en chinois). La Chine a ensuite produit ses propres œuvres à la fin des Han, durant les Six Dynasties (elles étaient alors appelées xiao shuo, en japonais : shōsetsu) et sous les Tang (chuan qi, japonais : denki et appelés ensuite shuo hua). Les setsuwa ayant pour sujet l'Inde et la Chine étaient nombreux au Japon.

Type de setsuwa[modifier | modifier le code]

Le setsuwa se veut diamétralement opposé du monogatari classique, c’est-à-dire de type romanesque (bien que des ouvrages de setsuwa bungaku portent le nom de monogatari). Il se base, bien que souvent de manière fictive, sur l'historicité des faits. Certains setsuwa décrivaient des histoires "mondaines" tandis que d'autres, plus nombreuses, s'attachaient à promouvoir la Loi bouddhique.

Recueils notables de setsuwa[modifier | modifier le code]

  • 787 à 822 - Nihon ryōiki (Relation des choses miraculeuses et étranges du Japon)
  • 984 - Sanbōe (Peinture du triple joyau)
  • 985 - Ōjō-den (Vies de ceux qui sont partis renaître)
  • 1104 à 1111 -Gōdan ou Gōdan-shō (Livre des propos d'Ōe)
  • Fin du XIe siècle, début du XIIe siècle - Konjaku monogatari shū (Recueil d'histoires qui sont maintenant du passé)
  • 1210 - Uji Shūi monogatari (Récits recueillis en complément à ceux d'Uji)
  • 1254 - Kokon chomon-jū (Recueil d'histoires fameuses de jadis et d'aujourd'hui)
  • 1283 - Shasekishū (Collection de sable et de pierres)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire de littérature japonaise, de Jean-Jacques Origas, éditions PUF (ISBN 2-1305-0441-8)
  • Ichien Mujû, Collection se sable et de pierres, traduction par Hartmut O. Rotermund de Shasekishû, Gallimard, « Connaissance de l'Orient » no 49, 1979