Serviette hygiénique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Deux modèles de serviettes hygiéniques

Une serviette hygiénique, ou protège-slip est un dispositif absorbant porté par les femmes lors de leurs menstruations mais également pour d'autres occasions, comme une intervention chirurgicale du vagin ou du col de l'utérus par exemple, qui peuvent entraîner une perte de sang, ou pour absorber les lochies après un accouchement. C'est, contrairement au tampon, une protection externe, qui se porte à l'intérieur du sous-vêtement.

Certaines serviettes hygiéniques, comme les couches-culottes, sont conçues avec des superabsorbants, produits chimiques permettant une meilleure absorption et qui peuvent exceptionnellement causer des effets indésirables.

En 1800, des "sacs à chiffons", précurseurs des serviettes hygiéniques font leur apparition, et c'est à la fin de ce même siècle que les premières protections féminines sont proposées aux femmes.

Elles ont été produites industriellement à l'issue de la Première Guerre mondiale[1]. En effet, les infirmières utilisaient les pansements pour leur hygiène intime si bien qu'à la fin de la guerre, la société Kimberly-Clark s'est inspirée de cette anecdote pour créer les premières serviettes hygiéniques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]