Service d'intérêt économique général

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la rivière d'Allemagne, voir Sieg.

Les services d'intérêt économique général (SIEG) sont, dans l'Union européenne, des « services de nature économique que les États membres ou la Communauté soumettent à des obligations spécifiques de service public en vertu d'un critère d'intérêt général »[1].

En raison de leur nature et spécificité, certains services (ex : service hospitalier et services « répondant à des besoins sociaux essentiels » dont par exemple soins de santé, garde d’enfants, accès au marché du travail, logement social et soins et inclusion sociale de groupes vulnérables) peuvent en Europe dans une certaine mesure et à certaines conditions (acte de mandatement, contrôles de surcompensation…) déroger aux règles concurrentielles tout en respectant la réglementation européenne. Les « compensations »[2] visant certaines liaisons aériennes ou maritimes ou attribuées aux aéroports et aux ports sont aussi concernées.

Droit[modifier | modifier le code]

Cette notion est mentionnée dans le traité instituant la Communauté européenne (articles 16 et 86) puis c'est la pratique (documents de la Commission et la jurisprudence de la Cour de justice) qui l'ont définie et délimitée.

La réglementation européenne relative au SIEG a ensuite été précisée par une réglementation dite « paquet Almunia » (du nom du vice-président de la commission européenne chargé de la concurrence, José Joaquín Almunia Amann), adopté en en 2011 par la Commission européenne[3]. Ce paquet définit notamment les conditions ex ante d’octroi des fonds structurels FEDER et FSE de 2014 à 2020 via plusieurs textes de portées et forces juridique différentes :

  • une décision d’exemption de notification [4];
  • un règlement relatif aux compensations de minimis ; règlement relatif aux compensations de minimis
  • deux communications (l’une sur l’encadrement des compensations de SIEG à vocation plus commerciale[5], l’autre très générale qui clarifie les concepts des règles sur les compensations de SIEG[6]).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Livre blanc sur les services d'intérêt général de la Commission européenne et sa synthèse.
  2. La notion « compensation de SIEG » a été développée par la Commission européenne (ex point 14 et articles 5 et 6 de la décision 2005/842/CE et points 2.4 et 17 de l’encadrement 2005/C 297/04). La Commission précise à nouveau la notion avec des exemples (au point 6 d'un document de travail recensant les questions fréquemment posées sur le paquet « Monti-Kroes » ; cette communication récapitule notamment les cas où les entreprises chargées de SIEG doivent tenir une comptabilité séparée dans les conditions définies par la directive « transparence » 2006/111/CE du 16 novembre 2006 relative à la transparence des relations financières entre les États membres et les entreprises publiques ainsi qu’à la transparence financière dans certaines entreprises. Conformément au principe communautaire de proportionnalité, la compensation doit couvrir les coûts liés au SIEG en tenant compte des recettes correspondantes et d’un bénéfice raisonnable. Elle doit donc être paramétrée à l’avance dans le mandat et contrôlable comptablement ; et le principe de proportionnalité interdit la surcompensation
  3. Aides d’Etat : le nouveau paquet Almunia adopté par la Commission européenne Publié le 23/12/2011 par La Gazette des communes
  4. décision d’exemption de notification
  5. Communication sur l'encadrement des compensations de SIEG à vocation plus commerciale
  6. Communication de la Commission relative à l'application des règles de l'Union européenne en matière d'aides d'État aux compensations octroyées pour la prestation de services d'intérêt économique général