Serrurerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La serrurerie est une branche de la construction qui s'occupe de la fabrication des dispositifs de fermeture et des objets en métal ouvré. Ce terme tend à être remplacé, dans l'usage des professionnels, par celui, plus large, de métallerie[1].

Définitions[modifier | modifier le code]

Les statuts de la corporation des maîtres serruriers sont inscrits au livre XVIII du Livre des métiers d'Étienne Boileau, prévôt de Paris, rédigé en 1260. Les statuts de la profession sont reconduits jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, qui voit la suppression des corporations. La serrurerie s'occupe de targettes, serrures et verrous, mais aussi plus largement de la transformation des métaux en objets domestiques, cultuels et autres[2]. La serrurerie s'occupe des huisseries de porte (menuisier serrurier, des grilles, dont l'ornementation va en s'enrichissant dès le XIIIe siècle, d'ancres, d'agrafes et de chaînes.

Le "Traité théorique et pratique de l'art de bâtir" (1817) de Jean-Baptiste Rondelet est une source d'information sur l'état des connaissances en serrurerie avant la révolution industrielle.

Avec la révolution industrielle, la production des pièces en fer, en fonte et en acier se déplace des ateliers des forgerons, vers les ateliers des usines sidérurgiques. Des accessoires et éléments de décoration, des colonnes et poutrelles en fonte sont fabriqués de manière standardisée et en continu. La conception d'un bâtiment passe par la connaissance du catalogue des fonderies[3].

Ces produits sont maintenus dans le giron de la serrurerie, qui s'occupe de la mise en œuvre de ces nouveaux éléments de construction. « La serrurerie est à la charpente en fer, ce que la menuiserie est à la charpente en bois » et il s'en faut de peut qu'on lui donne le nom de menuiserie, si cette discipline ne s'appliquait qu'aux ouvrages en bois[4]. Les serruriers exécutent des charpentes en fer, des serres, des escalier en fer, des pans de fer, etc..

De nos jours le terme « serrurerie » est employée de manière variable, souvent selon son sens premier de discipline s'occupant de serrures.

On parle de menuiserie métallique ou de charpenterie métallique pour tout ce qui est ouvrage de châssis, d'escalier, de cloison ou de charpentes, réalisés en métal.

En France, le terme « métallerie » tend à s'imposer, qui regroupe les corps de métier qui fabriquent ou posent des ouvrages métalliques pour le bâtiment.

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lexique de la serrurerie.

Les « quincailleries » désignent des ouvrages de serrurerie servant aux ferrures et fermetures des portes et fenêtres[5] et résultant du produit de diverses fabriques[S 1] dont celle du Forgeron - Ouvrier qui travaille à forger le fer[S 2].

Serruriers Célèbres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Petit Larousse 2009
  2. Les livres d'architecture. Catherine Prade (Musée national des Prisons, Fontainebleau) – 2008 Consulter en ligne
  3. Adriaan Linters, Industria, Architecture industrielle en Belgique, Pierre Mardaga éditeur 1986
  4. Eugène Aucamus. Menuiserie serrurerie, plomberie, peinture et vitrerie. Editorial MAXTOR, 14 nov. 2011. Consulter en ligne
  5. Les fenêtres, anciennement appelées croisées ou croisées de fenêtre

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Morisot J.M., Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages du bâtiment (serrurerie), Carilian,‎ 1814 (lire en ligne)

  1. p. 49
  2. p. 29