Serranidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Serranidae constituent une vaste et très diversifiée famille de poissons marins dont les noms vernaculaires regroupent parfois plusieurs espèces différentes mais de la même famille. Les Serranidae incluent donc les Barbiers, les Anthias, les Loches, les Mérous, les Serrans, les Vieilles et les Poissons-savons (ces derniers regroupent trois sous-familles : les Diploprionini, les Grammistini et les Pseudogrammatini).

Description[modifier | modifier le code]

Du fait de l'importance du groupe et de leur diversité, les Serranidae sont relativement difficiles à décrire clairement. Cependant, ils possèdent tous des points communs qui ont permis de les rassembler dans un groupe distinct. Le corps est en général d'aspect plus ou moins trapu et compressé. Le pédoncule caudal est haut. La bouche terminale est légèrement protractile (elle peut être projetée vers l'avant pour capturer des proies), grande, horizontale ou légèrement oblique. Le bord supérieur de l'opercule est libre et doté de petites épines aplaties. La nageoire dorsale est d'un seul tenant et les premières épines (entre 7 à 12) sont bien développées. La nageoire anale débute par trois épines. Les nageoires pectorales ont des bords plus ou moins arrondis. Les nageoires pelviennes sont dotées d'une épine et de cinq rayons mous, elles sont situées plus ou moins sous les nageoires pectorales. La ligne latérale est continue et s’arrête à la base de la nageoire caudale[1]. Les écailles sont dites cténoïdes[2], c'est-à-dire qu'elle est recouverte de petites pointes fines dans sa partie postérieure, ce qui donne cet aspect rugueux au poisson, et de taille réduite. La tête est partiellement couverte d'écailles, le museau et la partie autour des yeux sont nus. La coloration du corps et la livrée sont très variables, l'ensemble pouvant être uniforme, avec des lignes horizontales ou obliques, des bandes, des points, des taches ou une composition de ces divers éléments. En outre, les Serranidae ont la capacité de modifier leurs teintes en fonction de leur "humeur" (mode chasse, mode repos…) ou de la profondeur. Leur taille peut également extrêmement variée selon l'espèce, le plus petit représentant Jeboehlkia gladifer[3] ne mesure que 4 cm de long alors que Epinephelus itajara mesure jusqu'à 2,50 m.

Distribution[modifier | modifier le code]

Les Serranidae sont présents dans toutes les mers tropicales et subtropicales du globe, certaines espèces vivent dans les eaux tempérées[4].

Habitat[modifier | modifier le code]

Les Serranidés fréquentent les eaux peu profondes jusqu'à des profondeurs modérées inférieures à 200 m mais toujours à proximité des côtes. Ils sont souvent observables sur les récifs coralliens ou les fonds rocheux riches en faune, cependant certaines espèces préfèrent les herbiers ou les fonds meubles[5].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Tous les Serranidés sont des carnivores voraces se nourrissant de poissons, de crustacés et de céphalopodes mais certaines espèces sont zooplanctonophages[5].

Comportement[modifier | modifier le code]

Les Serranidés sont majoritairement démersaux, solitaires (sauf durant les périodes de reproduction où il y a de grandes agrégations), sauf les Anthiinae qui vivent et se nourrissent en groupes[5]. La plupart des Serranidés sont territoriaux et chassent à l'affût. Les Serranidés ont une activité nocturne et/ou diurne qui peut être maximale au lever et/ou au coucher du soleil[6]. Ils sont hermaphrodites protogynes, c'est-à-dire que l'animal est d'abord femelle à la maturité sexuelle puis devient mâle au cours de son existence selon son âge ou sa taille[4].

Liste des genres[modifier | modifier le code]

Les analyses moléculaires modernes réfutent la validité des genres Cromileptes (parfois orthographié Chromileptes) et Anyperodon. Chacun de ces genres n'a qu'une seule espèce (respectivement Cromileptes altivelis et Anyperodon leucogrammicus) et ces deux espèces sont incluses dans le même clade que les espèces d’Epinephelus dans une analyse basée sur cinq gènes[7].

position incertaine:

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Références[modifier | modifier le code]

  1. ftp://ftp.fao.org/FI/CDrom/Piscis2_0/37/fr/familias/serranidae.htm
  2. http://www.aquaportail.com/definition-2302-ctenoide.html
  3. http://fishbase.mnhn.fr/summary/5442
  4. a et b Lieske & Myers, Guide des poissons des récifs coralliens, Delachaux & Niestlé, 2009, ISBN 9782603016749
  5. a, b et c http://www.ibiologia.unam.mx/links/peces/fao/WCAidSheets/Vol%202/y4161e51.pdf
  6. Brulé & Déniel, ‘’ Expose synoptique des données biologiques sur le mérou rouge Epinephelus morio (valenciennes, 1828) du Golfe du Mexique’’, F.A.O., 1994,ISBN 9252034633
  7. Schoelinck, C., Hinsinger, D. D., Dettaï, A., Cruaud, C. & Justine, J.-L. 2014: A phylogenetic re-analysis of groupers with applications for ciguatera fish poisoning. PLoS ONE, 9, e98198. DOI:10.1371/journal.pone.0098198