Serment du Grütli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Pacte fédéral.
Les trois Confédérés faisant serment sur le Grütli, Johann Heinrich Füssli, 1780

Le Serment du Grütli, censé se dérouler en 1307, est un mythe fondateur de la Suisse de caractère légendaire dont la première trace écrite se trouve dans le livre blanc de Sarnen datant d'environ 1470. Ce mythe est souvent associé au pacte fédéral d'alliance perpétuelle de 1291 entre les communautés d'Uri, de Schwytz et de Nidwald[1],[2] qui pour sa part est historique.

Tel que le raconte la légende, il se déroula sur la prairie du Grütli dominant le lac des Quatre-Cantons, et rassembla les hommes libres des vallées d'Uri, de Schwytz et d'Unterwald, notamment représentés par les trois Confédérés Arnold de Melchtal, Walter Fürst et Werner Stauffacher.

Cet accord entre trois communautés situées dans ce qui forme de nos jours la Suisse primitive, a été considéré depuis le XIXe siècle comme l'acte fondateur de la Confédération suisse et reste de nos jours un élément important de l'imaginaire populaire.

Récit[modifier | modifier le code]

Un pacte fédéral proclamant l'alliance perpétuelle des trois communautés de Uri, Schwytz et Nidwald a bien été signé en 1291 mais il ne fut redécouvert que des siècles plus tard. Avant que ce pacte fédéral ne soit choisi comme pacte fondateur, le Serment du Grütli, situé en 1307, a longtemps joué ce rôle. Il est aujourd'hui considéré comme une légende mais, hors des ouvrages d'histoire, les deux pactes sont souvent confondus.

D'après la légende, les Habsbourg, devenus empereurs du Saint-Empire romain germanique, envoyaient des baillis arrogants chez les Waldstätten. Ainsi Hermann Gessler était devenu bailli d'Uri et Schwytz; il s'établit au château de Küssnacht et fit construire une forteresse surnommée Zwing-Uri (ce qui signifie Dompte-Uri) où il n'hésitait pas à emprisonner les récalcitrants. Un second bailli, Landenberg s'installa à Sarnen, alors qu'un sous-bailli, Wœlfenschiess gouvernait depuis Stans.

Les vexations contre les habitants émanant des gouverneurs autrichiens ne manquaient pas, provoquant des actes de révolte de la part des paysans. Ainsi, cite-t-on l'histoire de la femme de Conrad Baumgartner, originaire d'Altzellen dans le futur canton d'Unterwald, qui se vit ordonner par Wœlfenshiess de passage dans le village de lui préparer un bain. Terrorisée, elle s'exécuta mais avertit son mari qui, ramassant du bois en forêt, revint à son domicile et tua le sous-bailli pendant sa toilette.

Au Melchtal, le bailli Landenberg désira châtier Henri an der Helde qui, très respecté par les paysans, les encourageait à la désobéissance. Il le condamna, à titre de représailles contre ses activités, à avoir ses bœufs saisis, ruinant assurément le paysan, afin de payer la lourde amende infligée à son fils Arnold pour un délit véniel. Un sbire du bailli tenta de s'emparer des animaux alors qu'Henri et Arnold labouraient. Il se serait écrié : « S'ils veulent manger du pain, que les paysans tirent eux-mêmes la charrue ! ». Arnold frappa de son bâton la main du valet qui s'était emparé des rênes et lui brisa deux doigts. Le jeune garçon, par peur du bailli, s'enfuit dans la région d'Uri et s'y cacha. Landenberg confisqua les biens d'Henri et lui creva les yeux.

La région de Schwytz n'était pas épargnée par la tyrannie des baillis. Ainsi Gessler, passant à Steinen, vit la maison de pierre nouvellement construite d'un riche paysan, Werner Stauffacher. L'interrogeant sur le propriétaire, ce dernier aurait répondu : « Elle appartient à monseigneur le roi; c'est votre fief et le mien. Je représente le roi, aurait répondu le bailli, et je ne veux pas que les paysans bâtissent sans ma permission des maisons et vivent en seigneurs. » Inquiète, la femme de Stauffacher convainquit son mari de se rendre à Uri afin de fédérer les bonnes volontés contre les baillis. Werner Stauffacher se rendit donc à Uri. Là, avec Walter Fürst et Arnold de Melchtal, ils décidèrent de se réunir secrètement sur la prairie du Grütli (ou Rütli) avec dix hommes chacun. À la nuit tombée, les 33 conjurés y prêtèrent le serment de libérer les trois vallées et de vivre ou mourir en hommes libres.

Ces épisodes sont légendaires et sont confondus et mélangés dans l'imaginaire populaire avec la signature du pacte fédéral d'août 1291.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pacte fédéral du 1er août 1291 sur Admin.ch; « Vallée inférieure d'Unterwald » signifie Nidwald
  2. Pacte fédéral du 1er août 1291 sur Cliotexte

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Kreis, Der Mythos von 1291. Zur Entstehung des schweizerischen Nationalfeiertages, in Die Entstehung der Schweiz, éd. J. Wiget, 1999, pp. 43-102
  • G. Kreis, Mythos Rütli, 2004