Serin des Canaries

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Canari (homonymie).

Le Serin des Canaries (Serinus canaria) est une espèce de passereaux. Ses variétés domestiquées sont familièrement appelées canari, car il est originaire des îles Canaries (ainsi que d'autres îles de Macaronésie). À l'origine, il possède un plumage marbré de vert et de brun, ce qui lui permet de se camoufler dans les arbres de son environnement naturel. Il est proche du Verdier d'Europe (Carduelis chloris) et plus encore du Serin cini (Serinus serinus).

Description[modifier | modifier le code]

Le Serin des Canaries est à l'origine de toutes les variétés de canaris.

Article détaillé : Canari.

Le Serin des Canaries mesure environ 12,5 cm. Il présente un dimorphisme sexuel.

Le mâle a un plumage à dominante verte avec les joues, la nuque et le cou arborant des reflets grisâtres, les flancs légèrement striés de brun noir, le croupion vert jaunâtre, les ailes et la queue vert brunâtre, plus pâles aux bords.

La femelle est plus sombre avec les côtés de la poitrine striés de gris et les ailes nettement plus claires sur les bords.

Les deux sexes ont les yeux marron, le bec et les pattes gris foncé.

Répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce est endémique des Canaries (El Hierro, La Palma, La Gomera, Tenerife et Grande Canarie, absente de Fuerteventura et Lanzarote), de Madère et des Açores[1]. Elle a été introduite aux Bermudes entre 1870 et 1930[2].

Habitat[modifier | modifier le code]

Il fréquente les lisières de forêts, les régions boisées, les broussailles, les buissons, les jardins, les vignobles et les plantations d’arbres fruitiers, surtout les figuiers. Sa présence a aussi été signalée dans des eucalyptus importés d’Australie mais il est aussi inféodé à d’autres genres d’arbres sempervirents comme les pins et les lauriers. Il fréquente les abords des cultures de basse altitude, les vergers, les jardins, les vallées sèches (barancos), les formations de lauriers, les boisements ouverts et les flancs des montagnes couverts de broussailles et de forêts de pins, du niveau de la mer à 1700 m (Ottaviani 2011).

Voix[modifier | modifier le code]

Svensson et al. (2004) ont transcrit le contact par un ti-ti-tuyrr tremblant et légèrement ascendant et rythmé, un dehuit montant, un tiuyh descendant ou un tvi-vi-vi-vi argentin, rappelant le cri du serin cini. Ils ont décrit le chant comme rappelant celui du chardonneret avec des sons nasillards, des gazouillis rapides, des trilles sourds et de nombreuses notes aiguës.

Nidification[modifier | modifier le code]

Œufs de Serinus canaria canaria - Muséum de Toulouse

Pour les observer, il faut visiter les vergers au début du printemps. Les serins arborent alors un beau plumage et les mâles chantent de toutes parts. C’est dans les terres cultivées qu’ils sont les plus abondants. Les petits arbres, les buissons et les arbres fruitiers leur sont indispensables lorsque la période de reproduction approche. Ceux de la zone côtière semblent avoir des œufs vers fin-mars alors que ceux qui vivent en montagne ne pondent pas avant juin ou même juillet. Le nid de racines, ramilles et mousse est tapissé intérieurement de duvet végétal. Il est placé à moyenne ou grande hauteur dans un buisson ou un arbre feuillu, plus rarement dans un palmier. Il contient de trois à cinq œufs verdâtres marqués de brun foncé (Ottaviani 2011).

Biologie de reproduction[modifier | modifier le code]

Voigt et al. (2003) ont mené une importante étude génétique sur une population établie sur une petite île inhabitée de l’archipel de Madère (îlot Chão, l’une des iles Désertes situées à 24 km au sud-est de Madère). Ils ont montré que, chez cette espèce monogame, les soins biparentaux sont essentiels pour la survie des jeunes. Les analyses génétiques ont prouvé l’absence de nichées extraparentales sur 15 groupes familiaux comprenant 45 jeunes, les femelles rejetant fermement les avances des autres mâles. Ces analyses ont également révélé une faible variation génétique, similaire à celle trouvée chez la plupart des espèces continentales. Les auteurs concluent que les femelles évaluent la qualité des mâles dans une période en dehors de la saison de reproduction puis affinent leur choix selon des critères de préférence acquis au cours de cette vie communautaire. Toujours sur l’îlot Chão, Voigt & Leitner (1998) ont signalé que les serins sont sédentaires mais constituent des groupes mixtes en dehors de la saison de reproduction. Leitner et al. (2001) ont montré que le choix du mâle par la femelle a lieu au cours de cette période de mixité puis les couples restent unis jusqu’à la saison de nidification suivante, ce qui suggère un faible taux de séparation des couples. Ils ont également mis en évidence des différences individuelles dans la structure du chant du mâle déjà émis en automne. Le mâle à chant automnal plus élaboré est un bio-indicateur qui témoigne de sa qualité de chanteur lors de la reproduction. Leitner et al. (2003) ont aussi révélé une certaine plasticité de la reproduction, les couples étant capables de modifier le moment de la nidification, indépendamment des conditions naturelles de durée d’exposition à la lumière, pour le faire coïncider avec les meilleures conditions écologiques.

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Serinus canaria a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758, sous le nom initial de Fringilla canaria[3].

D'après le Congrès ornithologique international, c'est une espèce monotypique.

Synonymie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Moreno J.M. (1988) Guia de las aves de las islas Canarias. Editorial Interinsular Canaria, Santa Cruz de Tenerife, 231 p.
  2. Vaurie C. (1959) The Birds of the Palearctic Fauna. A systematic reference: Orden Passeriformes. Witherby, London, 762 p.
  3. Linnaeus, C. (1758). Systema Naturae per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis, Tomus I. Editio decima, reformata. Holmiæ: impensis direct. Laurentii Salvii. i–ii, 1–824 pp : page 181.

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Leitner, S., Voigt, C. & Gahr, M. (2001). Seasonal changes in the song pattern of the non-domesticated island canary (Serinus canaria), a field study. Behaviour 138: 885-904.
  • Leitner, S., Van’t Hof, T. J. & Gahr, M. (2003). Flexible reproduction in wild canaries is independent of photoperiod. Gen. Comp. Endocrinol. 130: 102-108.
  • Ottaviani, M. (2011). Monographie des Fringilles (carduélinés), volume 3. Editions Prin, Ingré, France, 320 p.
  • Svensson, L., Grant, P., Mullarney, K. & Zetterström, D. (2004). Le Guide Ornitho. D. & N., Paris.
  • Voigt, C. & Leitner, S. (1998). Breeding biology of the island canary Serinus canaria on the Desertas island Ilhéu Chão. Bol. Mus. Mun. Funchal 50: 117-124.
  • Voigt, C., Leitner, S. & Gahr, M. (2003). Mate fidelity in a population of Island Canaries (Serinus canaria) in the Madeiran Archipelago. J. Ornithol. 144:86-92.