Sergueï Volkonski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Volkonski.
Sergueï Volkonski
Portrait du prince Volkonski
Portrait du prince Volkonski

Naissance 8 décembre 1788
Saint-Pétersbourg
Décès 28 novembre 1865 (à 76 ans)
Gouvernement de Tchernigov
Origine Russe
Allégeance Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Arme Cavalerie
Grade Major-général
Conflits Guerres napoléoniennes
Famille Volkonski

Le prince Sergueï Grigorievitch Volkonski (en russe : Сергей Григорьевич Волконский) (Saint-Pétersbourg, 8 décembre 1788 - Gouvernement de Tchernigov, 28 novembre 1865) est un major-général de cavalerie et décabriste russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

La Princesse Maria Volkonskaïa.

Membre de la famille Volkonski, il est le petit-fils du feld-marechal Nicolas Repnine et épouse Maria, fille du général Nikolaï Raïevski.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il a fait sa carrière militaire dans la cavalerie, entré au service en 1796, il se bat contre les français en 1806 et 1807, contre les turcs en 1810-1811.

Il est commandant de la 19e brigade de cavalerie sous le commandement de Ferdinand von Wintzingerode lors de la Campagne de Russie (1812) et se distingue lors de la bataille de la Bérézina et la bataille de Laon après laquelle il regagne Saint-Pétersbourg. Il ne doit cependant pas être confondu avec son cousin Serge Alexandrovitch Wolkonsky, nommé commandant militaire de Reims le 22 mars 1814[1].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Insurrection décabriste[modifier | modifier le code]

Il fut l'unique général en service actif à prendre une part directe au soulèvement des Décembristes. Il devient membre de l'Union de la protection sociale (1819) puis membre de la Société du Sud (1821). Sur l'accusation de tentative de soulèvement dans les rangs du régiment d'infanterie Tchernigov et de tentative de régicide, il fut condamné à 20 ans de bagne avec assignation à vie au territoire sibérien. Le 22 août 1832, cette peine fut ramenée 15 ans, puis à 10 ans. Il fut interné dans la forteresse de Tchita et travailla dans les mines de Petrovski puis fut transféré à Ourik près d'Irkoutsk. Amnistié le 26 août 1856, il put retourner en Russie, ses titres de noblesse et de prince lui furent rendus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Martine Bertho, Serge Wolkonsky prince de Reims, édit. Le Pythagore, Chaumont, 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]