Sergueï Ouvarov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sergueï Semionovitch Ouvarov (Сергей Семёнович

Уваров)

Portrait du comte Sergueï Ouvarov par Oreste Kiprensky, 1815
Portrait du comte Sergueï Ouvarov par Oreste Kiprensky, 1815

Titre Comte
(18331849)
Autre titre Ministre de l'Instruction publique de Russie
Prédécesseur Charles Christophe von Lieven
Successeur Platon Alexandrovitch Shirinsky-Shikhmatov
Autres fonctions Président de l'Académie des Sciences
Biographie
Dynastie Famille Ouvarov
Naissance 5 septembre 1786
Moscou
Décès 16 septembre 1855
Moscou
Père Semion Fiodorovitch Ouvarov
Mère Daria Ivanovna Golovina
Conjoint Iekaterina Alexeïevna Razoumovskaïa
Enfants Ielizaveta Sergueïevna
  • Alexandra Sergueïevna
  • Natalia Sergueïevna
  • Alexeï Sergueïevitch

Uwarow COA 11-16.jpg

Le comte Sergueï Semionovitch Ouvarov (en russe : Серге́й Семёнович Ува́ров), né le 25 août/5 septembre 1786 à Moscou, mort le 4 septembre/16 septembre 1855 à Moscou, est un diplomate et homme politique russe qui fut ministre de l'Instruction publique de 1833 à 1849, président de l'Académie impériale des sciences de Saint-Pétersbourg et membre du Conseil d'État.

Biographie[modifier | modifier le code]

Filleul de Catherine la Grande, Sergueï Semionovitch Ouvarov reçoit une solide éducation. Il est érudit en langues anciennes et modernes.

Le comte Ouvarov est lié par son mariage à la puissante famille Razoumovsky. Il publie un certain nombre d'ouvrages sur la littérature ancienne grecque et l'archéologie. Le comte est l'ami de grands esprits de son temps, comme Alexandre von Humboldt (1769-1859), Goethe, Mme de Staël, le prince de Ligne (1735-1814), l'historien Karamzine (1766-1826) ou bien le poète Vassili Joukovski (1783-1852).

En 1801, il entre au ministère des Affaires étrangères et il est nommé en 1806 diplomate à Vienne puis ambassadeur à Paris. En 1811, il devient membre honoraire de l'Académie impériale des sciences. En 1815, le comte fonde la société littéraire Arzamas où se rencontrent Joukovski, Karamzine, Pouchkine, Tourguéniev (1818-1883), etc. Il est nommé en 1818, président de l'Académie impériale des sciences (1818-1855) et le demeure pendant près de quarante ans, marquant de son empreinte l'histoire de l'Académie au XIXe siècle. Il y fonde par exemple le Musée Asiatique. En 1826, il devient sénateur et membre du Conseil d'État et, en 1820, directeur du Département de la fabrication et du commerce.

Le comte dirige l'éducation dans le district de Saint-Pétersbourg de 1811 à 1822.

Sous le règne de Nicolas Ier, le comte Ouvarov est l'un des piliers du parti réactionnaire. Il est nommé en 1832 adjoint au ministre de l'Instruction publique puis, en 1833, ministre. Il entrave l'éducation supérieure des non-nobles et des personnes issues du peuple, et renforce le contrôle du gouvernement sur les universités et les gymnases (lycées).

Malgré ses mesures conservatrices, il jette les bases d'un système d'éducation de qualité en Russie. Il remet au goût du jour l'envoi des scientifiques à l'étranger pour leur permettre de poursuivre leurs études.

Dans un rapport transmis à Nicolas Ier, il définit les trois principes de l'éducation : « l'orthodoxie, l'autocratie et le principe national ».

Famille[modifier | modifier le code]

Sergueï Ouvarov est le fils du comte Semion Fiodorovitch Ouvarov et de son épouse, née Daria Ivanovna Golovina (de la puissante famille des Golovine).

Le comte Sergueï Semionovitch Ouvarov épousa Catherine Alexeïevna Razoumovskaïa (1783-1849), fille du comte Alexei Kirillovitch Razoumovski et de la princesse, née Varvara Petrovna Cheremetieva (1750-1824).

Quatre enfants naquirent de cette union :

Autres[modifier | modifier le code]

Un grenat découvert en 1832 par Germain Henri Hess porte le nom du comte Sergueï Seminiovitch Ouvarov, l'uvarovite (grenat de couleur verte).

Les membres de la famille Ouvarov[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

  • M. Ouvaroff, Essai sur les mystères d'Eleusis (en ligne)
  • Sergei Ouvaroff, Projet d'une académie asiatique, in Études de philologie et de critique, 2nde édition, Paris, Didot Frères, 1845 (en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Troyat: Nicolas Ier de Russie
Précédé par Sergueï Ouvarov Suivi par
Charles Christophe von Lieven
Ministre de l'Instruction publique de Russie
1833–1849
Platon Alexandrovitch Shirinsky-Shikhmatov