Sergueï Liapounov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Liapounov.

Sergueï LiapounovСергей Михайлович Ляпунов

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Le chef Hans Winderstein (à gauche), le compositeur Sergei Liapunov (2e à partir de la gauche), le pianiste Ricardo Viñes (3e à partir de la gauche) et l'éditeur Julius Heinrich Zimmermann (à droite) à Leipzig en 1907.

Nom de naissance Sergueï Mikhaïlovitch Liapounov
Naissance 30 novembre 1859
Iaroslavl, Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Décès 8 novembre 1924 (à 64 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale Compositeur
Activités annexes Pianiste
Formation Conservatoire de Moscou
Maîtres Karl Klindworth, Sergueï Taneïev
Enseignement Conservatoire de Saint-Pétersbourg
Famille Alexandre Liapounov (frère)

Sergueï Mikhaïlovitch Liapounov (en russe : Сергей Михайлович Ляпунов) est un compositeur russe, né le 30 novembre 1859 à Iaroslavl et mort le 8 novembre 1924 à Paris

Biographie[modifier | modifier le code]

Après la mort de son père, l'astronome Mikhail Vassilievitch Liapounov, à Iaroslavl alors qu'il n'a que huit ans, Sergueï va vivre à Nijni Novgorod avec sa mère, Sofia Aleksandrovna Shilipova, son frère aîné Alexandre, futur grand mathématicien, et son frère cadet Boris. Sur les recommandations de Nikolaï Rubinstein, directeur du conservatoire de Moscou, Sergueï s'y inscrit en 1878. Ses principaux professeurs sont Karl Klindworth pour le piano et Sergueï Taneïev pour la composition.

Diplômé en 1883, il rencontre le compositeur Mili Balakirev qu'il rejoint à Saint-Pétersbourg en 1885. Balakirev, lui-même originaire de Nijni Novgorod, prend le jeune pianiste-compositeur sous son aile et l'accompagne dans ses premières compositions aussi attentivement qu'il le fait avec les membres de son cercle, qui a succédé au fameux Groupe des Cinq. Liapounov est engagé comme directeur musical assistant à la Chapelle Impériale, puis accède au rang de professeur au Conservatoire de Saint-Pétersbourg en 1911. Après la Révolution, il émigre à Paris en 1923 et dirige une école de musique pour émigrés russes, mais meurt d'une attaque cardiaque peu de temps après.

Liapounov est issu d'une génération intermédiaire entre d'un côté le Groupe des Cinq et Tchaïkovski, et de l'autre côté des compositeurs comme Scriabine, Stravinsky, Prokofiev ou Chostakovitch. Avec Alexandre Glazounov et Anton Arenski, il reste bien moins connu que le néo romantique Sergueï Rachmaninov de dix ans son cadet.

Lui-même pianiste virtuose, comme Balakirev son mentor, Liapounov s'est illustré dans des œuvres pour cet instrument, avec ou sans orchestre. Il a également composé des chansons avec accompagnement au piano. Son œuvre la plus célèbre, écrite à la mémoire de Liszt, est Douze études d'exécution transcendante.

Liapounov est enterré à Paris, au Cimetière des Batignolles (24e division).

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Œuvres avec numéro d'opus[modifier | modifier le code]

  • Trois Morceaux, op. 1 [pour piano]
  • Ballade, op. 2 - Ouverture symphonique (1883; rév. 1894-1896)
  • Rêverie du soir, op. 3 [pour piano] (1880, rév. 1903)
  • Concerto pour piano no 1 en mi bémol mineur, op. 4 (1890)
  • Impromptu en la bémol majeur, op. 5
  • Sept Préludes, op. 6 [pour piano] (1895)
  • Ouverture solennelle sur des thèmes russes, op. 7 (1886, créée le 6 mai 1886 à Saint-Pétersbourg)
  • Nocturne en ré bémol, op. 8 [pour piano]
  • Deux Mazurkas, op. 9 [pour piano] : no 1 en fa dièse mineur, no 2 en ré bémol majeur
  • Trente Chants populaires russes, op. 10
  • Douze Études d'exécution transcendante pour le piano, op. 11 (1900-1905)
    1. Berceuse en fa dièse majeur
    2. Ronde des fantômes en ré dièse mineur
    3. Carillon en si majeur
    4. Terek ( "Le fleuve Terek") en sol dièse mineur
    5. Nuit d'été en mi majeur
    6. Tempête en ut dièse mineur
    7. Idylle en la majeur
    8. Chant épique en fa dièse mineur
    9. Harpes Éoliennes en ré majeur
    10. Lezghinka en si mineur
    11. Ronde des sylphes en sol majeur
    12. Elégie en mémoire de François Liszt en mi mineur
  • Symphonie no 1 en si mineur, op. 12 (1887, créée le 23 avril 1888 à Saint-Pétersbourg)
  • Trente-cinq Chansons populaires russes, op. 13 (1897)
  • Quatre Chansons, op. 14
  • Chansons russes, op. 15 (1900)
  • Polonaise, op. 16 [pour orchestre] (1902)
  • Mazurka no 3 en mi bémol mineur, op. 17 [pour piano]
  • Novelette, op. 18 [pour piano]
  • Mazurka no 4 en la bémol majeur, op. 19 [pour piano]
  • Valse pensive en ré bémol majeur, op. 20 [pour piano]
  • Mazurka no 5 en si bémol mineur, op. 21 [pour piano]
  • Chant du crépuscule, op. 22 [pour piano]
  • Valse-Impromptu no 1 en ré majeur, op. 23 [pour piano]
  • Mazurka no 6 en sol majeur, op. 24 [pour piano]
  • Tarentelle en si bémol mineur, op. 25 [pour piano]
  • Chant d'automne en fa dièse mineur op. 26 [pour piano] (1906)
  • Sonate pour piano en fa mineur, op. 27 (1906-1908)
  • Rhapsodie sur des thèmes ukrainiens, pour piano et orchestre op. 28 (1907, créée le 23 mars 1908 à Berlin)
  • Valse-Impromptu no 2 en sol bémol majeur, op. 29 [pour piano]
  • Quatre Chansons, op. 30
  • Mazurka no 7 en sol dièse mineur, op. 31 [pour piano]
  • Quatre Chansons, op. 32
  • Deux pièces pour piano d'après Rouslan et Ludmila de Glinka, op. 33
  • Humoresque, op. 34 [pour piano]
  • Divertissements, op. 35 [Huit morceaux pour piano]
  • Mazurka no 8 en sol mineur, op. 36 [pour piano] (1909)
  • Żelazowa Wola - Poème symphonique, op. 37 (1909)
  • Concerto pour piano no 2 en mi majeur, op. 38 (1909)
  • Trois Chansons, op. 39
  • Trois Morceaux de moyenne difficulté op. 40 [pour piano] (1910) : no 1 Prélude, no 2 Elégie, no 3 Humoresque
  • Fêtes de Noël (Svyatki), op. 41 [pour piano] (1910)
  • Trois Chansons, op. 42 (1910-11)
  • Sept Chansons, op. 43 (1911)
  • Trois Chansons, op. 44 (1911)
  • Scherzo, op. 45 [pour piano]
  • Barcarolle en sol dièse mineur, op. 46 [pour piano] (1911)
  • Cinq Quatuors vocaux (pour voix d'hommes) op. 47
  • Cinq Quatuors vocaux (pour voix d'hommes) op. 48 (1912)
  • Variations sur un thème russe en ré dièse mineur op. 49 [pour piano] (1912)
  • Quatre Chansons, op. 50 (1912)
  • Quatre Chansons, op. 51 (1912)
  • Quatre Chansons, op. 52 (1912)
  • Hashish - Poème symphonique, op. 53 (1913)
  • Prélude Pastoral en la bémol majeur, op. 54 [pour orgue] (1913)
  • Grande Polonaise de Concert, op. 55 [pour piano] (1913)
  • Quatre Chansons, op. 56 (1913)
  • Trois Morceaux, op. 57 [pour piano]
  • Prélude et Fugue, op. 58 [pour piano]
  • Six Morceaux faciles, op. 59 [pour piano]
  • Variations sur un thème géorgien, op. 60 [pour piano] (1914-15)
  • Concerto pour violon et orchestre en ré mineur, op. 61 (1915, rév. 1921)
  • Œuvres sacrées, op. 62 (1915)
  • Sextuor pour piano, deux violons, alto, violoncelle et contrebasse, op. 63 (1915, rév. 1921)
  • Psaume 140 pour voix, harpe et orgue, op. 64 (1916, rév. 1923)
  • Sonatine, op. 65 [pour piano]
  • Symphonie no 2 en si bémol mineur op. 66 (1910-1917, créée le 28 décembre 1950 à Leningrad)
  • Vechernyaya pesn (Chanson du soir) - Cantate pour ténor, chœur et orchestre, op. 68 (1920)
  • Quatre Chansons, op. 69 (1919),
  • Valse-Impromptu no 3 en mi majeur, op. 70 [pour piano]
  • Quatre Chansons, op. 71 (1919–1920)

Œuvres sans numéro d'opus[modifier | modifier le code]

  • Les Dons du Terek (Дары Терека) - Cantate pour alto solo, chœur et orchestre sur un poème de Lermontov (1883)
  • Six Morceaux très faciles [pour piano] (1918-1919)
  • Toccata et Fugue en ut majeur [pour piano] (1920)
  • Canon [pour piano] (1923)
  • Allegretto scherzando [pour piano] (1923)
  • Deux Préludes [pour piano]
  • Transcription pour piano du Canon de Pachelbel
  • Transcription pour piano de "Kamarinskaya" (Glinka)

Liens externes[modifier | modifier le code]