Sergueï Aksakov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Sergueï Aksakov par Vassili Perov

Sergueï Timofeïevitch Aksakov (en russe : Сергей Тимофеевич Аксаков), né à Oufa le 20 septembre/1er octobre 1791 et mort à Moscou le 30 avril/12 mai 1859, est un homme de lettres russe, mémorialiste, critique littéraire, critique de théâtre, écrivain et membre-correspondant de l'Académie de Saint-Pétersbourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sergueï Aksakov était issu d'une famille de noblesse terrienne, plutôt désargentée, et fut élevé dans la propriété familiale de Novo-Aksakovo, près d'Oufa. Son père était fonctionnaire et sa mère - née Maria Nikolaïevna Zoubova - fort cultivée. Comme Tolstoï, il fit ses études à l'université de Kazan. Après la guerre de 1812 contre Napoléon, où il s'illustra au combat, il se retira dans ses terres de Nadejdino, près d'Orenbourg. Vingt ans après, il s'installa à Moscou, où il publia des ouvrages sur la nature, la pêche et la chasse, qui rencontrèrent un immense succès dans la société de l'époque. En 1827, sur recommandation de Chichkov, il entra à la commission de censure de Moscou.

Aksakov était l'ancien propriétaire d'Abramtsevo, près de Moscou, où il reçut Nicolas Gogol.

Il publia Chronique familiale, en 1856 et d'autres ouvrages décrivant la vie de la noblesse de province et son rapport à la nature.

Il était le père de trois écrivains, membres du mouvement slavophile : Constantin, Ivan et Vera.