Sérgio Vieira de Mello

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sergio Vieira de Mello)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De Mello.
Sérgio Vieira de Mello

Sérgio Vieira de Mello (Rio de Janeiro, Bagdad, ) était un fonctionnaire international brésilien, qui a occupé diverses fonctions pour l'Organisation des Nations unies ou ses agences.

Fils de diplomate, il commence par accompagner son père à l'étranger au gré de ses mutations professionnelles. Après une scolarité au lycée franco-brésilien de Rio de Janeiro (aujourd’hui lycée Molière), il étudie ensuite à Rio de Janeiro, Fribourg et Paris où il obtient une licence puis une maîtrise d'enseignement en philosophie, respectivement en 1969 et 1970. Durant les quatre années qui suivent, Sérgio Vieira de Mello poursuit des études de philosophie à la Sorbonne, au terme desquelles il obtient un doctorat de troisième cycle, puis, en 1985, un doctorat d'État ès lettres et sciences humaines.

Carrière[modifier | modifier le code]

C'est en 1969 qu'il débute sa carrière de fonctionnaire international aux Nations unies. D'abord affecté au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) à Genève (Suisse), jusqu'en 1980, puis conseiller politique de la force de l'ONU au Liban (1981-1983), il poursuit son ascension dans la hiérarchie onusienne au sein des organes d'aide aux réfugiés (1983-1993). Il est par la suite chargé de mission par le secrétaire général des Nations unies Boutros Boutros-Ghali en ex-Yougoslavie (1993-1994), avant de devenir l'adjoint de Sadako Ogata, Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés (1995-1997).

En 1998, il est nommé coordinateur de l'aide humanitaire d'urgence. On le retrouve plus tard comme administrateur des Nations unies au Kosovo puis au Timor oriental (1999-2002), où il accompagne avec succès la marche vers l'indépendance de cette jeune nation, avant d'être désigné par le secrétaire général Kofi Annan à la tête du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH). En 2003 il a été un laureat du Prix des droits de l'homme des Nations unies.

Au bout de quelques mois seulement, Kofi Annan le désigne comme son représentant en Irak qui est alors secoué par le terrorisme. C'est au cours de cette mission difficile d'assistance à la population irakienne qu'il est tué lors de l'attentat-suicide qui touche le QG de l'ONU le . Abou Moussab Al-Zarqaoui, chef d'Al-Qaida en Irak, a revendiqué l'attaque, qui a aussi été attribuée au groupe kurde Ansar al-Islam et à d'autres mouvements. Un artificier d'Al-Qaida en Irak, arrêté en janvier 2005, a été accusé par le gouvernement irakien d'avoir participé à l'attentat [1], et un mandat d'arrêt lancé en décembre 2005 contre un membre d'Ansar al-Islam, Mullah Halgurd Al-Khabir, qu'on affirme lié à Al-Qaida en Irak[2].

Sa dépouille est ensuite rapatriée et inhumée dans l'intimité le 28 août au cimetière des Rois de Genève, siège du HCDH et du HCR et ville à laquelle il se disait profondément attaché pour l'avoir découverte alors qu'il n'avait que 21 ans et pour y avoir passé de nombreuses années.

Sérgio Vieira de Mello aura passé au total 34 années de sa vie au service de l'ONU et était vu par beaucoup comme un possible successeur de Kofi Annan à la tête des Nations unies. Il était marié avec une Française, Annie, et père de deux fils, Laurent et Adrien.

En 2005, les élèves du Cycle international d'administration publique de l'ENA (France) ont baptisé leur promotion Sergio Vieira de Mello.

Héritage[modifier | modifier le code]

Son vœu le plus cher figure aujourd'hui sur sa tombe : « L'intégration de tous les courants constitue le progrès de l'humanité. »

In Memoriam[modifier | modifier le code]

Buste devant le Palais Wilson à Genève, portant la liste des victimes de la même attaque à Bagdad

Sérgio Vieira de Mello n'est pas mort seul dans l'attaque du QG de l'ONU à Bagdad. Sont également à compter aux nombre des victimes :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr)Jean-Claude Buhrer et Claude B. Levenson, Sergio Vieira de Mello, un espoir foudroyé. – Paris : Mille et une nuits, 2004. – 199 p., 20 cm. – (ISBN 2-84205-826-7).
  • (fr) George Gordon-Lennox et Annick Stevenson, Sergio Vieira de Mello : un homme exceptionnel. – Genève : Éditions du Tricorne, 2004. – 143 p., 25 cm. – (ISBN 2-8293-0266-4) – En appendice, choix de textes de Sérgio Vieira de Mello.
  • (pt) Jacques Marcovitch - USP - Sérgio Vieira de Mello - pensamento e memória. 1 Edição 2004, Brochura 344p. , Cód.: 167075 , (ISBN 8531408679)
  • (en) Samantha Power, Chasing the Flame: Sergio Vieira de Mello and the Fight to Save the World, (Hardcover - Pub. Date: 2/14/2008) (ISBN 978-1-5942-0128-8)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :