Septimontium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte des collines de Rome et des lieux où était célébré le Septimontium en italien

Le Septimontium (sept monts en latin) était une fête romaine qui se déroulait début décembre, durant laquelle on sacrifiait sept animaux, à sept moments et à sept endroits différents à l'intérieur des murs de la ville à proximité des sept collines. C'était un jour de fête où les empereurs se montraient cléments envers le peuple mais durant la République romaine on interdisait l'organisation de courses de chars[1].

Historique[modifier | modifier le code]

On sait que cette fête était célébrée le 11 décembre[2] d'après l'écrivain romain Festus Grammaticus (ou Sextus Pompeius Festus) qui fait remonter l'existence du Septimontium au roi légendaire de Rome Numa Pompilius. Il se déroulait une procession le long des sept collines de Rome et on réalisait des sacrifices près des sites de vingt-sept sépultures d'Argées sur les hauteurs des collines. Ces derniers seraient selon la tradition des princes héroïques grecs venus d'Argos dans le Latium avec Hercule, qui auraient chassés les Sicules et les Ligures de l'emplacement où sera construite Rome.

Cette fête était à son origine réservée exclusivement aux personnes d'origine latines (les tout premiers habitants de Rome) ce qui confirmerait qu'il s'agissait d'une fête très ancienne, qui pourrait même être antérieure à Numa Pompilius et correspondrait ainsi à la première extension du centre urbain de la ville sur le mont Palatin (Roma quadrata) vers les collines environnantes. Sous le roi Servius Tullius, la célébration du Septimontium aurait été étendue aux habitants descendants des Sabins demeurant sur le mont Quirinal. Il faut attendre l'Empire romain à partir de 27 avant Jésus-Christ pour que la fête devienne commune à tous les habitants de Rome.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Quaestiones Romanes, question 69.
  2. Decio Cinti, Dizionario mitologico, ed. speciale di Archeo, Milano 1998, p.270.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Brizzi, Storia di Roma. 1. Dalle origini ad Azio, Bologna, Pàtron, 1997 (it)
  • A. Carandini, Roma il primo giorno, Roma-Bari, Laterza, 2007 (it)
  • D. Cinti, Dizionario mitologico, édition spéciale de Archeo, Milano, 1998 (it)
  • M. Pallottino, Origini e storia primitiva di Roma, Milano, Rusconi, 1993 (it)
  • S. B Platner, T. Ashby, A Topographical Dictionary of Ancient Rome, Oxford University Press, London, 1921 ((sur la Toile) en et it).