Sept Sages (mythologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sept sages.

Dans la mythologie mésopotamienne, les Sept Sages (en akkadien apkallu, sumérien ABGAL) sont des figures mythiques issues de la mer (l'Apsû) qui, avant le Déluge, révélèrent aux hommes la science, les arts et les techniques[1]. Il est possible de les désigner sous l'appellation de "Mythe d'Abgal".

Personnages "civilisateurs"[modifier | modifier le code]

Ils sont mentionnés sous la forme d'êtres non-humains mi-hommes, mi-poissons[1], et reprennent une idée commune à de nombreuses civilisations antiques : celle de personnages, de héros ou de dieux civilisateurs qui apportent le Savoir à l'être humain. Ainsi, on retrouve ce thème par exemple pour les Trois Augustes (voir Sanhuangwudi) de la mythologie chinoise : Fuxi, Nüwa et Shennong. De même, dans la mythologie hindoue, ce sont sept Rishi (anciens Sages) qui sont censés avoir participé au Veda (le vrai savoir, la vraie connaissance).

L'Heptade des apkallu[modifier | modifier le code]

Voici une liste collectée à partir de différentes sources dressées au Ier millénaire av. J.-C. de l'ensemble des Sept Sages, que l'on pouvait appeler également "les Carpes brillantes, les Carpes de la mer, l'Heptade, les sept apkallu qui sont nés dans la Rivière, et qui sont les gardiens des plans du Ciel et de la Terre"[1]:

  • Uan(nadapa) / Adapa (en)
  • Uan(ne)ugga
  • Enmedugga
  • Enmegalamma
  • Enmebulugga
  • Anenlilda
  • Utuabzu


On peut comparer cette liste avec celle du prêtre, astronome et "historien" babylonien Bérose dans son œuvre Babylõniaká [« Histoire de Babylone »] (appelée également Chaldaika [« Histoire de la Chaldée »]), publiée entre 290 et 278 av. J.-C., pour le compte du roi macédonien-séleucide Antiochos Ier :

  • Oannès (Adapa)
  • Euedôkos
  • Eneugamos
  • Eneuboulos
  • Anêmentos
  • Odakôn
  • Anodaphos

Les apkallu humains[modifier | modifier le code]

Un second ensemble de quatre Sages , d'origine humaine, complèterait le premier[1]:

  • Nunpiriggaldim
  • Piriggalnungal
  • Piriggalabzu
  • Lu-Nanna

Après ceux-là, les Sages ne s'appelleront plus des apkallu, mais des ummânu.

Ressources bibliographiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d "Dictionnaire de la Civilisation Mésopotamienne", sous la direction de Francis Joannès - article Sages pp.746-748 de Francis Joannès

Liens externes[modifier | modifier le code]