Senlis-le-Sec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Senlis-le-Sec
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Acheux-en-Amiénois
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Coquelicot
Maire
Mandat
Geneviève Lebailly
2014-2020
Code postal 80300
Code commune 80733
Démographie
Population
municipale
288 hab. (2011)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 01′ 33″ N 2° 34′ 45″ E / 50.0258, 2.5792 ()50° 01′ 33″ Nord 2° 34′ 45″ Est / 50.0258, 2.5792 ()  
Altitude Min. 72 m – Max. 137 m
Superficie 8,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Senlis-le-Sec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Senlis-le-Sec

Senlis-le-Sec est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est près d'Albert, et à 20 minutes d'Amiens.

Géographie physique [1][modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sous-sol est de nature calcaire recouvert de limon des plateaux d'argile et de sable.

Relief, végétation et paysage[modifier | modifier le code]

Le relief de la commune est celui d'un plateau, l'Aménois entaillé par un vallon sec peu profond.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Aucun cours d'eau ne traverse plus la commune. Toutefois, dans le vallon sec qui traverse la commune du nord au sud, coulait autrefois l'Hallue qui s'est depuis asséchée dans sa partie amont pour ne sourdre plus qu'à Contay plus en aval.

La nappe phréatique est située à 25 m en dessous du niveau du sol.

Climat[modifier | modifier le code]

Tempéré océanique avec vents dominants de nord et nord-ouest.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagements[modifier | modifier le code]

L'église et la mairie constituent le centre du village qui s'étend église pour une grande partie à leur pied. On peut y voir encore, ici et là, des bâtiments traditionnels en torchis. Des constructions nouvelles de maisons d'habitation ont vu le jour ces dernières années. On distingue encore deux parties distinctes dans le village : Buicourt - aujourd'hui Beaucourt - qui constitue la partie haute et Montaigu qui forme la partie basse.

Activités économiques et services[modifier | modifier le code]

Services municipaux[modifier | modifier le code]
  • La commune de Senlis-le-Sec a disposé d'une école communale jusque 2005. Depuis cette date, la commune fait partie du regroupement scolaire de Bouzincourt qui dispose d'une cantine.
  • L'ancienne école a été reconvertie en salle des fêtes.
  • La mairie a été reconstruite en 2011 car l'ancienne était devenue trop petite.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Senlis-le-Sec
Hédauville Englebelmer
Warloy-Baillon Senlis-le-Sec Bouzincourt
Millencourt et
Hénencourt

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • On trouve plusieurs formes pour désigner Senlis-le-Sec depuis le XIIe siècle : Sanlis (1189), Senlis (1203), Sanlis (1222), Senlis (1317), Senllis (1343), Senliz (1387), Cenlis (1515), Sanlys (1669), et enfin Senlis depuis 1717.
  • En 1919, à la demande du préfet de la Somme, la commune dut compléter son nom pour éviter toute confusion avec la ville de Senlis (Oise). Le maire de l'époque rejeta la proposition préfectorale : Senlis-lèz-Albert et le conseil municipal adopta la dénomination Senlis-le-Sec en souvenir du lit de l'Hallue asséché dans la commune.
  • Le nom du village en picard est: Sanli-l'Sé

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune a été occupé par l'homme à l'époque préhistorique. On a retrouvé des haches de silex et des têtes de lance de cette période[1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

  • En 1188, il est fait mention de Nicola, sire de Mailly, seigneur de Senlis et de Clairfaix. Son fils Matthieu, sire de Mailly, seigneur de Senlis participa vaillamment aux campagnes de Philippe-Auguste contre Richard Cœur de Lion. Il fit prisonnier Robert, comte de Leicester. Il fut lui-même fait prisonnier à Gisors (Eure) en 1198. Il participa à la croisade et mourut à Nicomédie. Sa dépouille fut ramenée à Arras.
  • La seigneurie de Senlis passa ensuite à la famille d'Hénencourt. Au XVe siècle, Adrien d'Hénencourt, chanoine du chapitre cathédral d'Amiens était seigneur de Senlis, à sa mort, la seigneurie de Senlis passa à sa sœur, Jacqueline d'Hénencourt qui épousa Antoine Ier de Lameth. La seigneurie de Senlis resta possession de la famille de Lameth jusqu'à la Révolution.
  • Il y a eu à Senlis, une maison des Templiers près du cimetière.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

  • En 1635, le village est pillé par les Espagnols.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

  • Après la bataille de Pont-Noyelles en 1870, les Prussiens arrivèrent à Senlis. On leur attribue l'incendie d'une ferme.
  • Pendant la Grande Guerre, la demeure de madame Sérant que les habitants appelaient « le château », servit d'hôpital militaire. La propriété de Madame Marie-Thérèse Dufour qui habitait rue du Bas a servi de logement aux soldats qui provoquèrent accidentellement un incendie qui détruisit l'habitation et provoqua la mort de chevaux à l'écurie. En août 1915, l'armée anglaise remplaça l'armée française. La ferme de madame Yolande Rachaine fut détruite par un incendie qui provoqua la mort de quinze soldats dont le nom figure sur le monument aux morts.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 288 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
611 645 685 690 712 726 718 726 700
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
696 676 621 527 504 473 460 465 418
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
413 372 384 330 328 306 298 277 286
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
284 263 258 265 272 302 287 285 283
2011 - - - - - - - -
288 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Pierre Rouvillain    
Mars 2008   Geneviève Lebailly   Réélue pour le mandat 2014-2020 [4]

Culture, sport et loisirs[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Senlis-le-Sec dispose de plusieurs équipements sportifs :

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les muches dont la construction remonterait au XVe siècle sont des abris souterrains utilisés par la population en cas d'attaque ennemie. Le clocher servait de poste de guet, l'entrée des muches se faisait à proximité. Les muches sont composées d'une galerie de 55 m de long, en parie effondrée, desservant 21 chambres. Les muches ont été utilisées probablement par la population à la fin de la guerre de Cent Ans, pendant les invasions espagnoles des XVIe et XVIIe siècles, et par les Anglais en 1917.
  • Église Saint-Martin (rénovée en 2007).
  • La Chapelle funéraire de la Famille Dufour, située à l'écart du village, elle a été élevée vers 1820 et rénovée après 1918, c'est le lieu de sépulture d'Oscar Lecavellé maire de la commune (1912-1931)[5].
  • La Chapelle du cimetière, a été construite par Marie-Thérèse Bertoux qui avait fait don du terrain sur lequel ont érigea le cimetière[5].
  • Monument aux morts inauguré en 1922 ou 1923.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Plusieurs personnalités à Senlis-le-Sec se sont illustrées dans le sport :

Ballon au poing[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ballon au poing.
  • Sylvain Librecht = Poing d'or 2009

Javelot tir sur cible[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Javelot tir sur cible.
  • Thibaut Van Wynsberghe = Champion de France doublette 2009 - Champion de France individuelle 2009
  • Jordan Renou = Champion de France doublette 2009
  • Jean Claude Ossart et Nicolas Allart = Vice-champion de France 2008 et 2009 - Troisième 2010 1re Division
  • Alexis Labalette et Thibaut Van Wynsberghe = Vice-Champion de France Minime 2012
  • Kévin et Axel Cornet = Vice-Champion de France Cadet 2012

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adolphe de Cardevaque, Le Canton d'Acheux, 1883 - réimpression, Paris, Le Livre d'histoire- Lorisse, 2003.

Liens[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice géographique et historique sur la commune de Senlis, rédigée par monsieur Etévé, instituteur, 1897, Archives départementales de la Somme
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  5. a et b André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, 2003, F. Paillart Éditeur