Senantes (Eure-et-Loir)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Senantes.
Senantes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Dreux
Canton Nogent-le-Roi
Intercommunalité Quatre Vallées
Maire
Mandat
Patrick Léonardi
2014-2020
Code postal 28210
Code commune 28372
Démographie
Population
municipale
612 hab. (2011)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 39′ 12″ N 1° 34′ 56″ E / 48.6533, 1.5822 ()48° 39′ 12″ Nord 1° 34′ 56″ Est / 48.6533, 1.5822 ()  
Altitude Min. 112 m – Max. 149 m
Superficie 7,57 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Senantes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Senantes

Senantes est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé à 4 km de Nogent-Le-Roi, à 12 km de Maintenon et à 16 km de Dreux.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine, il devait y avoir un temple de tradition celtique (gaulois) comme l'indique le nom de la localité Senantes issu de Seno-nemeton « vieux temple », peut-être à l'emplacement de la chapelle Sainte-Geneviève.

Construit sur une ancienne villa gallo-romaine et un forum traversés d'une route romaine, dont les traces sur plus 6 km (réseau de rues, schéma d'urbanisation quadrillé fait d'îlots plus ou moins réguliers, etc) se voient seulement d'avion, le village de Senantes fut à l'origine de nombreuses découvertes archéologiques au cours du XIXe siècle, vestiges qui sont aujourd'hui déposées au musée de Dreux. Pendant le Moyen Âge, la seigneurie de Senantes dépendait de l'Abbaye de Coulombs. La chapelle Sainte-Geneviève est construite sur un site druidique bien décrit par les archéologues. Elle abrite une source, la Fontaine de Coudray, objet de vénérations pendant des générations. On y venait de très loin pour guérir en buvant son eau pure et ce jusque dans les années 1960. On y consacrait même un pèlerinage chaque vendredi du mois de mai[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d’azur à la bande d’argent accompagnée de six besants d’or ordonnés en orle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires à partir de 1945
Période Identité Étiquette Qualité
2001   Patrick Léonardi    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 612 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
281 261 249 256 278 284 277 294 303
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
303 305 272 285 295 282 284 244 259
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
251 222 228 240 231 240 219 217 225
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
205 203 243 409 434 524 630 612 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Chapelle Sainte-Geneviève est située dans un cadre bucolique près d'un ruisseau, la Maltorne.

L'église Saint-Pierre de Senantes, est une église de campagne située au bout d'une allée bordé d'arbres, construite au XIe siècle et mentionnée dès 1058. Élevée en maçonnerie de pierres, percée de fenêtres ogivales, ses contreforts sont en grès[4]. Elle abrite les tombes de Jacques de Havard et Madeleine de Pilliet sa femme, châtelains de Senantes, morts en 1500[5]. La voûte en bardeaux du XVIIe siècle a été refaite à l'identique dans les années 1970. Les vitraux récents sont de l'atelier Loire de Chartres. L'autel est constitué d'une may beauceronne dont le devant est sculpté des 4 évangélistes par le peintre et sculpteur Ivan Levesque, à qui l'on doit également le grand calvaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La Famille de Havard, Seigneur de Senantes et Marquis de Senantes

  • Guillaume de Havard -Seigneur de Senantes en 1367.
  • Pierre de Havard (arriére-petit-fils de Guillaume) époux de Marguerite de Crosnes - Dame de Senantes dont:
    • Jacques de Havard - Seigneur de Senantes époux de Madeleine de Pilliers
      • dont Pierre l'ainé, seigneur de Thuillay, de Rocières et de Ver-lès-Chartres
      • Louis de Havard Seigneur de Senantes.
    • François de Havard (° ?, mort le 13 février 1689 en Italie), est fait marquis de Senantes en 1636, époux de Christine-Maurice de Damas

Le dernier seigneur de Senantes fut Jean-Henri del Caretto, marquis de Ballestrin, arrière-petit-fils de Christine-Charlotte de Havard.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :