Semovente 75/18

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Semovente Fiat Ansaldo 75/18
Canon automoteur Fiat Ansaldo 75/18
Canon automoteur Fiat Ansaldo 75/18
Caractéristiques générales
Équipage 3
Longueur 4,915 m
Largeur 2,280 m
Hauteur 1,850 m
Masse au combat 13,10 tonnes
Blindage et armement
Blindage 15 à 50 mm
Armement principal canon de 75/18 mm
Armement secondaire 1 mitrailleuse Breda Mod. 38 cal. 8 mm
Mobilité
Moteur Fiat SPA 15T M, 11 980 cm3 - V8 diesel
Puissance 145 ch à 1 900 tr/min
Vitesse sur route 35 km/h
Puissance massique 11 ch/tonne
Autonomie 200 km
Semovente 75/18 au Musée des blindés de Saumur

Le Semovente 75/18 est un canon automoteur italien de la Seconde Guerre mondiale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pour contrer efficacement les nouveaux chars alliés en Afrique du Nord, l'État Major de l'Armée Royale Italienne, sachant que leur char «lourd» ne serait pas prêt avant 1943, reprirent le principe du canon d’assaut, à savoir une pièce d’artillerie montée sur le châssis d’un char moyen.

C'est le colonel Sergio Berlese qui soumettra cette idée à l'ingénieur Rosini de la société Ansaldo-Fossati en décembre 1940.

Le 10 janvier 1941, une maquette était déjà prête à l'usine Ansaldo de Gênes. Une commande fut immédiatement passée pour 30 exemplaires, puis une commande complémentaire de 400 exemplaires suivra. La construction débuta après les essais de tirs réalisés le 10 février 1941 à Cornigliano.

C’est ainsi que naitra le "Semovente M40 da 75/18", fruit de l’union du châssis du char M13/40, dont la tourelle avait été supprimée, avec un obusier 75/18, installé dans la caisse. Cette disposition avait un double avantage : elle permettait d’augmenter considérablement la puissance de feu tout en gardant la base d’un char construit en grande série, mais aussi d’abaisser la hauteur du blindé (de 2,37 m à 1,85 m), le rendant moins vulnérable aux attaques. Son blindage fut également renforcé, passant à un maximum de 50 mm.

L’armement secondaire consistait en une mitrailleuse Breda modèle 30 de 6,5 mm, qui sera rapidement remplacée par une Breda modèle 38 de 8 mm.

Le "Semovente 75/18" rencontra un franc succès dès sa mise en service début 1942, s’avérant très efficace contre les blindés anglo-américains. Seuls 60 exemplaires furent construits sur le châssis M40, auxquels il faut ajouter les 162 construits sur la base du char M14/41 ; les 243 derniers exemplaires seront construits sur celle du M15/42.

La formation de base des unités de Semoventi 75/18 était le "gruppo", un terme utilisé au sein des régiments d'artillerie et non des régiments blindés. En effet, les Semoventi étaient affectés le plus souvent aux régiments d'artillerie des divisions blindées. L'ordre de bataille du gruppo de semoventi da 75/18 rédigé en août 1941 prévoyait :

  • 1 commandement de groupe, doté de 2 chars de commandement,
  • 2 ou 3 batteries avec un char de commandement et de 4 à 6 semoventi chacune,
  • 1 unité de ravitaillement.

En Afrique du Nord, les groupes furent tous formés sur 2 batteries de 4 semoventi, soit une dotation théorique de 8 semoventi da 75/18 par gruppo. Cet ordre de bataille fut modifié le 11 novembre 1942 pour porter à 6 le nombre de semoventi par batterie.

La première unité à gagner le front africain débarqua à Tripoli en janvier 1942 et fut affectée au 132e Régiment d'artillerie blindée de la division Ariete.

En dehors de l'Afrique du Nord, les Semoventi 75/18 furent utilisés en Sardaigne et dans les Balkans. Une dizaine de Semoventi 75/18 participèrent également à la défense de la Sicile.

À partir de septembre 1942 commencèrent à apparaître des formations mixtes composées de Semoventi 75/18 et de chars moyens. La première unité à effectuer cette transformation fut le XVe bataillon de chars M, qui fut équipé de deux compagnies de M15/42 et d'une compagnie de Semoventi 75/18.

Le 9 septembre 1943, les Semoventi M42 75/18 de l'Ariete II prirent part à la défense de la capitale, Rome, contre les troupes nazies. Après cette date, la plupart des Semoventi 75/18 furent récupérés par la Wehrmacht qui les inséra dans ses matériels.