Semnoz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Semnoz
Le Semnoz vu de Menthon-St-Bernard
Le Semnoz vu de Menthon-St-Bernard
Géographie
Altitude 1 699 m, Crêt de Châtillon
Massif Massif des Bauges
Coordonnées 45° 47′ 50″ N 6° 06′ 17″ E / 45.7972, 6.1047245° 47′ 50″ Nord 6° 06′ 17″ Est / 45.7972, 6.10472  
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Ascension
Voie la plus facile par la route qui monte au sommet

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Semnoz

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Semnoz

Le Semnoz (pron. [sɛmn ]) est une montagne de moyenne altitude (1 699 mètres) longue de 16 kilomètres au nord du massif des Bauges, dont il fait partie, entre Annecy et Allèves (cluse de Banges) dans une direction nord-est / sud-ouest. Il est situé en Haute-Savoie. Le Semnoz est formé d'un anticlinal de calcaires urgoniens. Géologiquement, c'est un typique "mont" jurassien.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les cartographes romains baptisèrent la montagne « Saumon » à cause de sa forme qui leur rappelait celle de ce poisson[1].

Le nom en arpitan est Semeno, pron. [ˈsɛm.no ].

Sommets[modifier | modifier le code]

  • Crêt de Châtillon (1 699 m),
  • Crêt de l'Aigle (1 646 m),
  • Crêt de Tertère (1 622 m),
  • Crêt de la Grande Danne (1 530 m).

Du haut du Crêt de Châtillon, où se trouve une table d’orientation, il est possible d'observer les différentes montagnes aux alentours : Parmelan, Dents de Lanfon, pointe Percée, mont Blanc, dôme et aiguille du Goûter, Dent du Géant, aiguille du Midi, massif du Beaufortain, mont Pourri, massif des Bauges, massif des Écrins, Dent du Chat, ainsi que deux des 3 lacs : lac du Bourget et lac d'Annecy. Ce dernier est plus visible depuis un point plus en aval car, depuis le sommet, un épaulement de la montagne le masque presque entièrement.

Au départ d’Annecy ou de Quintal, la route monte quasiment jusqu’au sommet, permettant aux personnes ne pouvant pas faire de longues marches d’admirer un magnifique paysage et le panorama exceptionnel. La route redescend sur l’autre versant en direction du col de Leschaux, permettant ainsi de revenir vers Annecy par le bord du lac ou de partir en direction des Bauges.

Tours Saint-Jacques

Les Tours Saint-Jacques, toponyme provenant du nom de la chapelle d'un ancien prieuré[2],[3], anciennement appelées « aiguilles de Racheroche »[2], sont trois monolithes calcaires situés sur la commune d’Allèves, sur le contrefort sud du Semnoz. La grosse tour culmine à 950 m d’altitude. La grosse tour et la tour centrale sont des escalades faciles, tandis que la « chandelle » est une escalade très aérienne avec un pas de V+. Elles sont pourtant peu fréquentées, car le rocher est de mauvaise qualité.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Poumon vert de l'agglomération d'Annecy, le Semnoz est aussi surnommé « la montagne aux Annéciens ». Le massif faisant partie du Parc Naturel des Bauges est très protégé et il y est impossible d'y construire depuis les années 1970. Pour l'agglomération d'Annecy où les terrains sont rares et donc très chers, c'est une chance de garder un espace vert de cette qualité et qui plonge directement au centre-ville. À l'exception de son sommet, en alpage, le Semnoz est entièrement boisé.

On peut y faire :

On y trouve :

  • Le parc aux biches de la Grande Jeanne ;
  • Le centre aéré des Puisots et le centre aéré de Quintal sur son flanc ouest.
  • Le jardin botanique alpin de la Maison du Semnoz.
  • Une station de ski
  • Une luge d'été.

Gestion du Semnoz[modifier | modifier le code]

Le Semnoz vu de la commune de Gruffy
Plateau du Semnoz

Le massif du Semnoz est géré par l'ensemble des communes qui se partagent son territoire (Allèves, Gruffy, Viuz-la-Chiésaz, Quintal, Vieugy, Annecy, Sévrier, Saint-Jorioz, Leschaux, etc.). Elles se sont réunies depuis 1969 dans le Syndicat Intercommunal pour la Protection et l'Aménagement du Semnoz, aussi appelé SIPAS, en collaboration avec l’ONF (Office national des forêts) et la SAE (Solutions Alternatives Environnement). À l'origine, un promoteur avait voulu créer un grand contexte hôtelier à son sommet. Le maire d'Annecy, Charles Bosson, et les autres élus du secteur avaient alors lancé l'idée de la création d'un organisme de protection du massif. Le Sipas a été créé le 27 octobre 1969 avec 8 communes (Annecy, Gruffy, Leschaux, Quintal, Saint-Eustache, Saint-Jorioz, Sevrier, Seynod et Viuz-la-Chiesaz) avec pour mission « la protection du Semnoz » (article 1) ; en 2013, 20 communes sont adhérentes.

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1969   Charles Bosson   Sénateur-Maire d'Annecy
1975   Henri Gour   Maire de Sevrier
1983   Pierre Hérisson   Sénateur-Maire de Sevrier
1989   Françoise Camusso   Maire de Seynod
  en cours Françoise Camusso   Maire de Seynod
Les données manquantes sont à compléter.

Le Sipas emploie 70 personnes l'hiver et 12 l'été.

Les alpages[modifier | modifier le code]

L'été, depuis plusieurs siècles, les agriculteurs font paître leurs troupeaux sur les alpages du Semnoz et y produisent beurre, tomme et chevrotin. Depuis quelques années, avec l'extension de la zone d'appellation d'origine contrôlée du reblochon, les alpagistes fabriquent également ce célèbre fromage originaire de la vallée de Thônes.

En 2005, une première retenue d'eau a été aménagée afin d'alimenter les troupeaux. En 2011, le chalet d'habitation de l'alpage a été racheté et reconstruit.

L'hiver, depuis 1969, avec la création des premières pistes de ski alpin équipées de remontées mécaniques, et depuis 1976, avec la création du premier centre de ski de fond et des premières pistes de ski nordique, les alpagistes laissent la place aux amoureux des loisirs hivernaux (ski, raquette, etc.).

Au-dessus de la luge d'été, il existe deux mares écologiques qui sont entre autres un abri du triton alpestre, espèce typique des mares de montagne.

La forêt[modifier | modifier le code]

À l'exception du sommet, le Semnoz est complètement boisé et les forêts sont exploitées. En 2004, le label d'éco-certification pour la forêt du Semnoz est attribué, garantissant la gestion durable de la forêt.

La desserte du Semnoz[modifier | modifier le code]

Peu de routes permettent l'accès au Semnoz. La première part d'Annecy ou de Quintal, la seconde de Saint-Jorioz, de Saint-Eustache ou de Leschaux. Toutes deux se rejoignent à son sommet. Ces routes ont été redessinées et modernisées à partir de 1996 afin de rendre plus accessibles le massif au Grand public

La station de ski Semnoz[modifier | modifier le code]

Le Semnoz
Une vue aérienne de la station serait la bienvenue.
Administration
Pays
Site web www.semnoz.fr/
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 50″ Nord 6° 06′ 17″ Est / 45.7972, 6.10472  
Massif
Altitude - m
Altitude maximum 1 704
Altitude minimum 1 450
Ski alpin
Remontées
Nombre de remontées 11
Téléphériques 0
Funitels et funiculaires 0
Télécabines 0
Télésièges 2
Téléskis 8
Débit - (personnes/heure)
Pistes
Nombre de pistes 18
     Noires 0
     Rouges 6
     Bleues 5
     Vertes 7
Total des pistes 50 km
Ski de fond
Nombre de pistes 9
     Noires 1
     Rouges 2
     Bleues 3
     Vertes 3
Total des pistes 46 km

Le Semnoz est aussi un vaste stade de neige familial, fréquenté par des dizaines de milliers de personnes — il a été estimé jusqu'à quinze mille personnes le dimanche. Dès les années 1870 des skieurs ont commencé à descendre les champs de neige et le premier hôtel-restaurant date de cette époque.

On y trouve :

  • Ski alpin (18 pistes, 12 remontées mécaniques),
  • Ski de fond (50 km de parcours),
  • Raquettes,
  • Luge d'été et d'hiver (descente de 640 m),
  • Parapente,
  • Haut lieu de snowkite.

La station de ski, officiellement dénommée « stade de neige », se veut une des plus écologiques, car la majorité de sa clientèle est une clientèle de proximité et il n'y a pas de canon à neige. Quelque 100 000 forfaits de ski alpin sont vendus chaque année et 30 000 accès aux trois pistes de ski nordique. En 1992, deux espaces pédagogiques ont été construits pour permettre aux enfants des écoles de faire du ski de fond. Lors de l'hiver 2011/2012, chaque jour, quelque 600 écoliers et collégiens sont venus avec leur classe pratiquer le ski de fond[4].

Depuis la saison d'hiver 2006/2007, sous l'impulsion du directeur de la station et du SIPAS, un deuxième centre de ski nordique a été installé au départ de la longue piste de ski de fond dite du « Plateau ». Depuis la saison d'hiver 2007/2008, un nouveau télésiège remplace l'ancien téléski qui équipait la piste de la Combe des Villards (secteur très enneigé).

Évènements[modifier | modifier le code]

  • En 1998, lors du Tour de France, le Semnoz fut gravi par le peloton lors de la 17e étape. Cependant, à cause de l'affaire Festina, et de la mise en garde à vue de l'équipe TVM, l'étape fut neutralisée par les coureurs, et l'ascension, pourtant inédite et classée en 1re catégorie, ne compta pas pour le classement de la montagne. Ce n'est que 15 ans plus tard qu'ASO reprogramme le Semnoz à l'occasion de la 100e édition du Tour de France, dans l'avant-dernière étape. Le Colombien Nairo Quintana arrive en tête au sommet, remporte l'étape et endosse le maillot à pois.
  • Occasionnellement au sommet, des soirées d'observation astronomique sont proposées au grand public lors d'évènements astronomiques exceptionnels.
  • Chaque année, depuis 2005, est organisée au mois de septembre la Grimpée cycliste du Semnoz (environ 150 participants). Les meilleurs cyclistes grimpent en moins de 3/4 d'heure.
  • Une montée pédestre a également lieu au mois de mai, les premiers terminant l'ascension en moins d'une heure.
  • En 2012, la série télévisée Les Revenants y est tournée[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Brochure Les bons plans d'Annecy[réf. incomplète]
  2. a et b Jean-Philippe Buord, Les Mystères de la Haute-Savoie, Éditions de Borée,‎ 2005, 349 p. (ISBN 978-2-8449-4300-2), p. 218.
  3. Jean-Marie Jeudy, Les mots pour dire la Savoie : Et demain, j'aurai autre chose à vous raconter, La Fontaine de Siloé,‎ 2006, 540 p. (ISBN 978-2-8420-6315-3), p. 166
  4. « Le Sipas, protecteur avant-gardiste du Semnoz », L'Esssor savoyard, 26 janvier 2012, page 15
  5. Les Revenants : Les secrets du tournage en Savoie" sur cpasducinema.com