Semnopithecus entellus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Entelle, Langur, Houleman

Le Semnopithèque entelle[1] (Semnopithecus entellus) est une espèce de primate de la famille des Cercopithecidae qui vit dans le sous-continent indien.

Dénominations[modifier | modifier le code]

Ce singe est surtout connu sous le nom générique d'Entelle[2],[3],[4] ou de Langur[2],[4], mais ces termes sont ambigus car ils désignent de nombreuses espèces de primates qui lui sont apparentées. On l'appelle également Entelle d'Hanuman[2], Entelle des Indes[4] (ou Entelle de l'Inde[2]), Langur sacré[2], Langur gris[5] ou encore Houleman[2],[3].

Description de l'espèce[modifier | modifier le code]

Le corps peut atteindre 70 cm de long avec une queue de 100 cm.
Les petits naissent avec une fine fourrure foncée qui épaissit et revêt une couleur dorée tirant sur le gris.
Plus de la moitié de ces singes sont tués par des maladies, des prédateurs, ou lors d'infanticides - pratique courante lorsqu'un nouveau mâle prend la tête d'un groupe. Mais les survivants peuvent vivre près de quarante ans.

Répartition, habitat[modifier | modifier le code]

Répartition de l'espèce.

Ces entelles se rencontrent sur tout le sous-continent indien : Bangladesh, Andhra Pradesh, Bengale occidental, Bihar, Chhattisgarh, Jharkhand, Madhya Pradesh, Maharashtra, Orissa

Comportement[modifier | modifier le code]

Les langurs sacrés sont organisés en bandes qui peuvent parfois vivre en ville (l'animal étant considéré comme sacré en Inde, il n'est jamais inquiété par la présence humaine). Le mode de vie de ces singes reflète leur statut privilégié. Dans la ville de Jodhpur, quelque 2 100 langurs sauvages s'invitent régulièrement dans la société des hommes pour goûter leur denrées. Certains Hindous laissent ces animaux sacrés partager leur pique-nique ou se servir dans leurs jardins.

Cependant, le langur étant un compétiteur naturel du macaque rhésus, des langurs dressés sont aussi utilisés pour éloigner ces derniers des centres-villes de certaines régions d'Inde où leur surpopulation est problématique[6].

Dans la nature, il affectionne les habitats escarpés et couverts de végétation.

Le régime alimentaires des entelles est essentiellement composé de feuilles, de fleurs et de fruits. Leur estomac est pourvu de saccules permettant de détoxifier ce type de nourriture, contenant notamment des strychnines, des tanins et des alcaloïdes.

La femelle met bas un petit à la fois.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

L'espèce a été décrite pour la première fois en 1797 par le naturaliste français Louis Dufresne sous le nom de Simia entellus. Il s'agit d'un des spécimens ramené en France par l'expédition de La Pérouse.

C'est l'espèce type du genre Semnopithecus, créé en 1822 par Anselme Desmarest. Par la suite, ce genre a longtemps été inclus dans le genre Presbytis et l'entelle est également connu sous le synonyme Presbytis entellus.

Semnopithecus entellus comprenait sept sous-espèces avant que Colin Groves ne les élève au rang d'espèces à part entière en 2001[7].

Vénération par l'homme en Inde[modifier | modifier le code]

Les Hindous les vénèrent comme symbole du dieu-singe Hanuman, dont l'armée simiesque participa au sauvetage de Sītā, l'épouse du dieu Rāma qui avait été kidnappée par le roi des démons, selon l'épopée sanskrite du Ramayana.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurent Herz, Dictionnaire des animaux et des civilisations : Linguistique et symbolique, L'Harmattan,‎ 2005, p. 193.
  2. a, b, c, d, e et f (en) Murray Wrobel, Elsevier's Dictionary of Mammals : in Latin, English, German, French and Italian, Amsterdam, Elsevier,‎ 2007, 857 p. (ISBN 978-0-444-51877-4, lire en ligne), entrée N°6329
  3. a et b Annexes au Journal officiel des Communautés européennes du 18 décembre 2000. Lire en ligne.
  4. a, b et c Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  5. Nom vernaculaire en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  6. Source : reportage sur France 2.
  7. (en) Colin P. Groves, Primate taxonomy, Washington DC, Smithsonian Institution Press,‎ 2001.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Semnopithecus entellus :