Semion Mogilevich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Semion Mogilevich (2001)

Semion Yudkovich Mogilevich (Ukrainien:Семен Ю́дкович Могиле́вич, tr: Semen Yudkovych Mohylevych), surnommé "Seva" ou le "Don Intellectuel" né le 30 juin 1946 est un parrain du crime organisé ukrainien perçu par les agences de renseignement européennes et américaines comme le "parrain des parrains" de la plupart des clans issus de la mafia russe dans le monde[1]. Il est censé diriger un vaste empire criminel et il est décrit par le FBI comme "le mafieux le plus dangereux au monde"[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Mogivelich est né à Kiev au sein d'une famille ukrainienne de confession juive[3]. Il est surnommé le "Don intellectuel" en raison des diplômes en économie qu'il a obtenu en 1968, à l'âge de 22 ans, à l'université nationale Ivan Franko de Lviv d'Ukraine[4].

Dans les années 1970, il intégre comme homme de main le clan moscovite Liouberetskaya ou Lyubert-sky[5], qui s'est particulièrement fait connaître pour avoir escroqué des milliers de candidats à l'émigration à destination d'Israël. En effet, il promettait de vendre les biens et diamants de ces derniers et de leur envoyer l'argent après la vente. Au lieu de cela, l'argent est investi dans le marché noir et dans des activités criminelles[6]. Il rejoint le clan Solntsevo (du nom d'une banlieue de Moscou) dont il dirige une des plus importantes branches.

Depuis les années 1980, Mogilevich est à la tête d'une des plus importantes organisation criminelle transnationale (OCT) russe. Ses hommes de main, dont le nombre est estimé à quelques 250 individus[7], sont encadrés par quelques vétérans de la guerre russo-afghanne. Ils n'hésitent pas à user de la torture et du meurtre pour parvenir à leurs fins[8]. C'est à cette époque qu'il crée une compagnie d'import-export pétrolière, Arbat International, qui est enregistré à Alderney, une des îles de Channel Islands, considéré comme un paradis fiscale. Un de ses associés, qui posséde un quart de la compagnie, est Vyacheslav Ivankov, un parrain considéré comme une légende de la mafia et qui devient parrain de la mafia russe en Amérique. Ivankov est condamné en 1996 pour avoir avoir racketté deux courtiers de Wall Street. Il est depuis incarcéré à Raybrook, une prison fédérale de l'État de New-York[9].

En 1990, déjà millionaire, Mogilevich s'expatrie en Israël avec plusieurs de ses lieutenants. Sur place, il investit dans plusieurs entreprises légales, tout en investissant dans des activités criminelles classique pour ce type d'organisation : trafic de drogue, d'être humains, de matières nucléaires, d'œuvres d'art, de pierres précieuses, racket, contrats d'assassinat (Europe, États-Unis), infractions financières. Le tout dissimulés derrière des activités offshore. En outre son organisation contrôlait tous les trafics par l'aéroport international de Sheremetyevo de Moscou, considéré comme le "paradis des contrebandiers". Pour recycler ses gains colossaux, il pratique le blanchiment à échelle industrielle par des transactions financières passant par Londres[10].

Semion Mogilevich possédait la fabrique d'armes Army Co-op Ltd de Budapest, spécialisée dans la fabrication de canons anti-aériens. En 1994, il avait acquis l'Inkombank, une des plus importantes banques russes privée, avant que celle-ci ne cesse ses activités en 1998, accusée de multiples fraudes. Il est par ailleurs le premier cofondateur de la société privée de pompes funèbres moscovite[11].

Dés novembre 1994, à l'initiative de la justice britannique, il est activement recherché par les policiers russes, ukrainienne, israélienne, américaine, canadienne, belge, italienne et allemande. En raison de ses activités, Semion Mogelievich est interdit de séjour dans l'espace Schengen.

De 1995 à 1999, il séjourne librement à Budapest et effectue de nombreux déplacements aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Israël et en Russie. Puis il s’installe à Prague avant de retourner vivre à Moscou, dans un premier temps dans une villa cossue du quartier huppé de Rublyovka, avant d’élire domicile à l’hôtel Ukrainia, haut lieu du crime organisé. Cependant, il semble que son QG était toujours installé à Budapest[12].

En mai 1995, une réunion à Prague entre Mogilevich et Sergei Mikhailov, parrain du clan Solntsevo, est prise d'assaut par la police tchéque. La réunion était une fête d'anniversaire d'un mafieux du groupe Solntsevo. Deux cent participants (incluant des douzaines de prostitués) dans le restaurant "U Holubů" (possédé par Mogilevich) sont détenus et trente furent expulsés du pays. La police a été informé que le clan Solntsevo allait tenter d'éliminer Mogilevich à la fête au sujet d'un conflit autour d'une somme de 5 millions $. Mais Mogilevich n'est jamais venu, surement prévenu par un chef de la police tchéque, travaillant avec la mafia russe[13].

Cependant, peu de temps après, le ministre tchèque bannit l'entrée du pays à Mogilevitch pour une période de 10 ans. À la même période, le gouvernement hongrois le déclare persona non grata et les britanniques lui barrent l'entrée du Royaume-Unis, le déclarant comme étant « un des hommes les plus dangereux au monde »[14].

Présente sur l'ensemble de la planète, son OCT avait noué de nombreuses relations d'affaires avec la Camorra napolitaine, la Cosa Nostra new-yorkaise (famille Genovese) et les cartels colombiens[15].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1991, il se marie avec sa petite amie hongroise Katalin Papp et ils ont trois enfants et en profite pour obtenir la nationalité hongroise. Pour échapper aux autorités, Semion Mogilevich utilise au moins dix sept identités différentes (avec pour chacun des papiers différents) et possède officiellement les nationalités russe, ukrainienne, hongroise et israélienne[16]. Il mesure 1 mètre 68 centimètres pour près de 130 kilos.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Glenny, Misha (2008). McMafia: A Journey Through the Global Criminal Underworld. New York: Alfred A. Knopf. pp. 72–73. ISBN 978-1-4000-4411-5.
  2. Goldman, Marshall I. (2008). Petrostate: Putin, Power, and the New Russia. New York: Oxford University Press. ISBN 978-0-19-534073-0.
  3. Block, Alan A.; Weaver, Constance A. (2004) All Is Clouded by Desire: Global Banking, Money Laundering, and International Organized Crime. Greenwood Publishing Group: Westport. ISBN 0-275-98330-7 pp 154.
  4. http://www.cf2r.org/fr/notes-actualite/russie-arrestation-un-parrain-du-crime-organise.php
  5. http://www.villagevoice.com/1998-05-26/news/the-most-dangerous-mobster-in-the-world/2/
  6. http://www.villagevoice.com/1998-05-26/news/the-most-dangerous-mobster-in-the-world/2/
  7. http://www.villagevoice.com/1998-05-26/news/the-most-dangerous-mobster-in-the-world/2/
  8. http://www.cf2r.org/fr/notes-actualite/russie-arrestation-un-parrain-du-crime-organise.php
  9. http://www.villagevoice.com/1998-05-26/news/the-most-dangerous-mobster-in-the-world/2/
  10. <http://www.cf2r.org/fr/notes-actualite/russie-arrestation-un-parrain-du-crime-organise.php
  11. http://www.cf2r.org/fr/notes-actualite/russie-arrestation-un-parrain-du-crime-organise.php
  12. http://www.cf2r.org/fr/notes-actualite/russie-arrestation-un-parrain-du-crime-organise.php
  13. Glenny (2008), Op. cit., pp 71–72.
  14. Glenny (2008), Op. cit., pp 75.
  15. http://www.cf2r.org/fr/notes-actualite/russie-arrestation-un-parrain-du-crime-organise.php
  16. http://www.cf2r.org/fr/notes-actualite/russie-arrestation-un-parrain-du-crime-organise.php