Semion Boudienny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Semion Mikhaïlovitch Boudienny
Image illustrative de l'article Semion Boudienny

Naissance 25 avril 1883
Décès 26 octobre 1973 (à 90 ans)
Allégeance Flag of Russia.svg Russie impériale (1903-1917)
Flag of the Soviet Union (1923-1955).svg Union soviétique (1917-1945)
Arme Flag of Russia.svg Armée impériale russe (1903-1917)
Red Army flag.svg Armée rouge (1917-1945)
Grade Maréchal
Années de service 19031945
Conflits Guerre russo-japonaise
Première Guerre mondiale
Guerre civile russe
Seconde Guerre mondiale
Faits d'armes Guerre d'Hiver
Opération Barbarossa
Distinctions Ordre de Saint-Georges
Héros de l'Union soviétique

Semion Mikhaïlovitch Boudienny ou Boudionny (en russe : Семён Михайлович Будённый), né en 1883 et mort en 1973, fut l'un des principaux chefs de la cavalerie rouge pendant la guerre civile russe et l'un des premiers maréchaux de l'Union soviétique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de paysans pauvres du sud de la Russie, il travailla la terre jusqu'en 1903, puis rejoint l'armée impériale et sert dans la cavalerie pendant la guerre russo-japonaise de 1905. Devenu officier pendant la Première Guerre mondiale, il se fit remarquer par son courage physique qui lui valut d'être récompensé plusieurs fois par la Croix de Saint-Georges. Lorsque la révolution éclata en 1917, il évolua vers des positions révolutionnaires comme de nombreux soldats et devint un membre dynamique des conseils de soldats du Caucase.

Rôle durant la guerre civile[modifier | modifier le code]

Lorsque la guerre civile russe éclata en 1918, Boudienny organisa un corps de cavalerie rouge dans la région du Don qui constitua par la suite la Première armée de cavalerie. L'armée de Boudienny joua un rôle important dans la lutte contre les armées blanches de Dénikine.

En 1919, il adhéra au parti bolchévique et noua des liens étroits avec Vorochilov et Staline. En 1920, Boudienny participa à l'offensive soviétique contre la Pologne qui fut d'abord victorieuse avant de se transformer en défaite lors de la bataille de Varsovie en raison de choix stratégiques hasardeux. Il retourna combattre les dernières armées blanches en Crimée. À la fin de la guerre civile, Boudienny était considéré comme un héros de l'Armée rouge.

Années 1920 et 1930[modifier | modifier le code]

Personnage haut en couleur, Boudienny était un officier de cavalerie courageux, très aimé de ses hommes, mais peu au fait des techniques de guerre modernes. Durant les années 1920, il occupa des postes honorifiques dans l'Armée rouge, comme celui d'Inspecteur de la Cavalerie rouge.

Fait maréchal en 1935, lorsque ce titre fut instauré dans l'Armée rouge, Boudienny passa à travers les purges qui décimèrent le haut-commandement soviétique en raison de ses liens anciens avec Staline.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1940, malgré un cuisant échec dans la guerre russo-finlandaise, il devint vice-commissaire du peuple à la Défense, poste pour lequel il ne semblait pas particulièrement qualifié. Il fut choisi par Staline en raison de ses liens amicaux et au fait qu'il ne chercherait pas à faire de l'ombre au dictateur.

Commandant en chef du front sud-ouest au moment de l'invasion allemande en 1941, il ne put sauvegarder l'Ukraine et subit une défaite cuisante qui coûta 1,5 million d'hommes, tués ou prisonniers, à l'Union soviétique.

Devant le désastre, Staline se décida à reléguer Boudienny à des postes moins cruciaux, comme le commandement du front de réserve puis celui de la cavalerie, devenue obsolète.

Retrait de la vie politique et militaire[modifier | modifier le code]

Après la guerre, Boudienny prit sa retraite comme héros de l'Union soviétique.

Il décéda en 1973, laissant des mémoires dans lesquels il décrivait les années tempétueuses de la guerre civile et la vie quotidienne de la Première armée de cavalerie. La veuve du maréchal, qui était sa troisième épouse, est décédée en 2006 à 90 ans.

Postérité[modifier | modifier le code]

Plusieurs chants militaires russes populaires du temps de l'Union soviétique célèbrent Boudienny, dont le Chant de la cavalerie rouge (Konarmieïskaïa) dont voici les paroles :

Dans le sang, la colère,
S'avançait en tonnerre
L'An Second de la Révolution ;
Les légions étrangères
Franchissaient les frontières,
Il fallait repousser l'invasion.

La steppe qui s'étonne
Voit surgir les colonnes
Que menait Boudienny au combat.
Nous allions, prolétaires,
Aux batailles meurtrières,
'La victoire avançait à grand pas.

Dans la steppe sans limite,
Bien des os blanchissent,
Des cadavres de vieux partisans ;
De l'Oural à l'Ukraine
Les sillons se souviennent
Des corps Francs Ouvriers Paysans

Si l'ennemi prend pour cible
Notre peuple paisible,
Et s'il pleut des obus étrangers
Que Boudienny nous mène
Par les routes anciennes
Protéger les Soviets en danger.

Le nom de Boudienny est aussi apparu dans plusieurs autres chants militaires, dont La marche de Boudienny et quelques chants sur les cosaques du Don.

  • Boudienny contribua aussi à la naissance de la race équine rustique qui porte son nom.
  • Le couvre-chef pointu caractéristique des premiers uniformes de l'Armée rouge est parfois appelé « boudionovka » ou « budenovka », en référence à Boudienny.