Semide (Ardennes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Semide.
Semide
Mairie de Semide
Mairie de Semide
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes
Arrondissement Vouziers
Canton Machault
Intercommunalité Communauté de communes de l'Argonne Ardennaise
Maire
Mandat
Hubert Oudin
2014-2020
Code postal 08400
Code commune 08410
Démographie
Population
municipale
203 hab. (2011)
Densité 5,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ 30″ N 4° 35′ 01″ E / 49.3416666667, 4.5836111111149° 20′ 30″ Nord 4° 35′ 01″ Est / 49.3416666667, 4.58361111111  
Altitude Min. 110 m – Max. 204 m
Superficie 37,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Semide

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Semide

Semide est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Semide est un petit village fleuri (4 fleurs) du sud des Ardennes situé à une quarantaine de kilomètres à l’est de Reims, au nord de Châlons-en-Champagne et au sud de Charleville-Mézières. C’est un village à vocation agricole (principalement céréalière et betteravière) qui s’étend sur une surface très étendue de 3704 hectares. Ses habitants sont appelés les Semidas. Sa population est d’environ 210 habitants.

Semide est la source du ruisseau Aidain, un affluent de l'Indre, lui-même un affluent de l'Aisne.

Communes limitrophes de Semide
Machault Leffincourt Contreuve
Machault et Saint-Étienne-à-Arnes Semide Mont-Saint-Martin
Saint-Étienne-à-Arnes Sommepy-Tahure Aure
Hameaux et écarts 
  • Orfeuil
  • Baimont
  • La ferme de Scay

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village n’a pas toujours été ce qu’il est aujourd’hui. La terre crayeuse offrait autrefois de bien maigres récoltes. Ce sol pauvre, où furent plantés de nombreux résineux sous le Second Empire, donnait en pâture aux troupeaux et moutons herbe rare et « pouille ». C’est de là que vient le qualificatif « pouilleux », bien mal compris puisque la pouille est l’autre nom du serpolet (espèce de thym sauvage).

Dans les années 1960, le village connut une évolution qui modifia son économie, le mode de vie, les paysages. La mécanisation et la motorisation, le défrichage, l’utilisation des engrais, le remembrement, marquèrent les débuts de l’agriculture intensive à dominante céréalière et betteravière.

Seules, les rives de l’Aidain préservèrent jalousement leurs abords ombreux, verdoyants et humides, c'est d'ailleurs sa source qui est à l'origine du nom de Semide, sem (source) ide (patois de Aidain : Idain).

La commune fut l'enjeu de terribles combats durant la première guerre mondiale.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Semide Blason D’azur à l’écusson d’or chargé d'une bande de gueules, surmonté de deux merlettes affrontées d’argent et soutenu de deux épées hautes d’argent, garnies d’or et passées en sautoir.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Permanence de mairie tous les vendredis de 18h à 20h.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours M. Hubert Oudin    
1995 mars 2014 M. Jean-Marc Lampson[1]    
1983 1995 M. Robert Giot    
1971 1983 M. Léon Lampson    
 ? 1971 M. Gabriel Lefèvre    
Les données manquantes sont à compléter.

Le Concours des Villes et Villages Fleuris de France[modifier | modifier le code]

Fleurir un village est une œuvre collective qui unit les efforts des habitants et de la municipalité, et les rassemble pour une cause commune : le cadre de vie. A Semide, une très grande majorité des habitants participe activement, en fleurissant avec goût maisons et abords de celles-ci, en tondant régulièrement les pelouses. L’association « Fleurir Semide », entretient et fleurit les espaces communaux, avec l’aide financière de la municipalité. Lors de l’aménagement des bordures de routes dans le village il y a une trentaine d’années, le conseil municipal de l’époque avait refusé les trottoirs en macadam pour leur préférer des trottoirs en pelouse. Il avait également privilégié la plantation d’arbres le long des rues, ce qui renforce le côté verdoyant du village.

Palmarès de Semide au concours national des Villes et Villages fleuris[2] :

  • 1982 : 5e prix national
  • 1982 : 5e prix national
  • 1983 : 3e prix national
  • 1985 : 2e prix national
  • 1986 : obtention de la 1re fleur
  • 1991 : obtention de la 2e fleur
  • 1994 : obtention de la 3e fleur
  • 2002 : obtention de la 4e fleur

Autres prix :

  • 1998 : Prix du Ministère de l’Agriculture de la Pêche et de l’ONIFLHOR

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 203 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
570 546 552 492 523 527 515 530 567
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
559 492 449 416 408 404 343 330 346
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
313 273 306 294 300 286 326 314 293
1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011 -
251 264 258 245 216 214 213 203 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Retable en bois, du XVIe siècle
  • Église St-Pierre St-Paul du XIIe siècle. Retable en bois du 16e représentant les 4 évangélistes.
  • La Bertha : On peut observer sur le territoire de Semide les vestiges d’un site ayant accueilli un canon 38 cm (de type SKL/45). Ces fameux canons baptisés « Max » furent mis au point par l’artillerie allemande pendant la première guerre mondiale. En 1916, les Allemands construisirent une voie ferrée qui traversait le village : elle était destinée à alimenter le site de tir de "La Bertha". Début 1917, l'armée allemande recouvrit la vallée d'un épais brouillard artificiel et le canon tira 17 obus au rythme d'un toutes les 7 minutes. Ce fut tout. Quelques jours plus tard, la pièce d'artillerie repartait par la voie ferrée. Il semble en effet que l'objectif des tirs était Châlons-sur-Marne, mais que les obus soient tombés entre la Chaussée Romaine (N 394) et Châlons.
Article détaillé : Plate-forme d'artillerie de Semide.
  • Nécropole nationale de la guerre 14/18 à Orfeuil.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]