Selenocosmia crassipes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Selenocosmia crassipes

Description de cette image, également commentée ci-après

Selenocosmia crassipes en captivité, un pédipalpe manquant.

Classification selon The World Spider Catalog
Règne Animalia
Embranchement Arthropoda
Sous-embr. Chelicerata
Classe Arachnida
Ordre Araneae
Sous-ordre Mygalomorphae
Famille Theraphosidae
Genre Selenocosmia

Nom binominal

Selenocosmia crassipes
(L. Koch, 1874)

Synonymes

  • Phrictus crassipes L. Koch, 1874
  • Phlogius crassipes (L. Koch, 1874)
  • Ischnocolus lucubrans L. Koch, 1874
  • Selenocosmia vulpina Hogg, 1901

Selenocosmia crassipes est une espèce d'araignées mygalomorphes de la famille des Theraphosidae[1].

Distribution[modifier | modifier le code]

Cette espèce est endémique du Queensland en Australie[1].

Habitat[modifier | modifier le code]

Elle vit sous terre, dans un terrier qui peut aller jusqu'à un mètre de profondeur mais peut être forcée d'en sortir pendant les périodes de fortes pluies. Elle vit dans et autour des jardins ou d'autres endroits plantés.

Description[modifier | modifier le code]

Elle a de longs crocs venimeux et peut atteindre jusqu'à 6 cm de long pour le corps seul, 16 centimètres pattes comprises. Elle est donc plus grande que la paume de la main d'un homme. C'est la plus grande araignée d'Australie. Elle émet un chuintement et peut même émettre un sifflement si on l'approche et se sent menacée. Cette espèce est très timide et, normalement, ne s'éloigne pas de son terrier. Les femelles peuvent vivre jusqu'à trente ans, les mâles jusqu'à huit ans.

Venin[modifier | modifier le code]

Sa morsure n'est pas mortelle pour l'homme mais peut provoquer des vomissements pendant six heures au maximum. Le venin peut provoquer la mort d'un chien ou d'un chat en trente minutes.

Alimentation[modifier | modifier le code]

La tarentule orientale est accusée de manger de petits oiseaux mais elle mange généralement de gros insectes, de petits mammifères et des amphibiens, comme les grenouilles et des crapauds-buffles.

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • L. Koch, 1874 : Die Arachniden Australiens. Nürnberg, vol. 1, p. 473-576 (texte intégral).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]