Seiyū

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Seiyū
Image illustrative de l'article Seiyū
Maria Yamamoto, actrice et seiyū au Japon.

Appellation Seiyū
Secteur d'activité Cinéma

Le doublage au Japon possède une large partie du commerce télévisuel. Cette large industrie de l'animation produit 60 % des séries animées dans le monde[1], dans le domaine des voix d'acteurs japonais, ce type de doublage est appelé Seiyū (声優, Seiyū?).

En plus d'être utilisé dans le domaine de la narration radiophonique, et en tant que voix-off pour les programmes télévisés et films non japonais, le seiyū est énormément utilisé en guise de doublage des animes et jeux vidéo. Les seiyū célèbres, spécialement féminins tels que Kikuko Inoue, Megumi Hayashibara, Aya Hirano, Aya Hisakawa, Mitsuki Saiga, Nana Mizuki, Paku Romi et Rie Kugimiya, possèdent souvent des fan clubs internationaux dévoués. Certains fans regardent une série dans le but d'entendre leur seiyū préféré[2] Certains doubleurs japonais mettent en avant leur talent dans le domaine de la chanson[3], et certains autres deviennent acteurs ou présentateurs de télévision.

Au Japon, il existe environ 130 écoles spécialisées dans le doublage[4]. Les compagnies de télévision possèdent leurs propres troupes de comédien au doublage. Les magazines se focalisent principalement sur les seiyū publiés au Japon.

Le métier de seiyū est, en lui-même, le sujet principal de plusieurs mangas et animes, tels que Love Get Chu, Rec, Seiyuka!etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Time Asia, « "What's Right with Japan" (Ce qui est vrai au Japon) »,‎ 2003 (consulté le 3 juin 2007)
  2. (ja) Anime Essentials: Every Thing a Fan Needs to Know, p. 90 (ISBN 1-880656-53-1)
  3. (ru) "Short anime glossary "Краткий анимешно-русский разговорник"
  4. (en) Otsu et Kennard, « The art of voice acting », The Daily Yomiuri,‎ 27 avril 2002, p. 11

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]