Seitaro Kitayama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Seitaro Kitayama

北山清太郎

Naissance 1889
Décès 1945
Nationalité japonaise

Seitaro Kitayama (北山清太郎, Kitayama Seitarō?) (Tokyo, 1889Ōsaka, 1945) est un peintre, cinéaste et producteur d'anime japonais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Suite à des études d'art occidental (notamment la peinture) à Tokyo, Kitayama commence à travailler pour le magazine d'art Gendai no yōga, où il s'occupe principalement de la mise en page de la couverture. Il rejoint ensuite la jeune Nikkatsu – l'une des premières maisons de production cinématographique, fondée en 1912 – en tant que gestionnaire des titres et des sous-titres.

À l'automne 1915, il est chargé de réaliser le premier film d'animation japonais. Kitayama commence ses travaux en janvier 1916, mais, en raison de problèmes techniques, le film n'est projeté qu'en mai 1917. Ce ne sera donc que le second film animé du Japon, devancé par l'œuvre d'Oten Shimokawa Imokawa Mukuzo. Mais, contrairement à ce dernier, Kitayama est beaucoup plus prolifique et produit pas moins de huit courts métrages en 1917 et treize en 1918. Cette fécondité est notamment encouragée par un vif succès en France. Presque toutes les œuvres de Kitayama sont tirées du vaste répertoire de contes de fées traditionnels japonais, même si son style est aussi très certainement influencé par l'art occidental.

En 1921, Kitayama quitte Nikkatsu pour fonder Kitayama Eiga Seisakujo (Studio de productions Kitayama), qui peut être considérée comme la première maison de production indépendante de l'histoire de l'animation japonaise. Grâce à la rationalisation de différents processus de création opérée par son studio, Kitayama réussit à réduire les coûts de production industrielle de ses films d'animation, en réalité majoritairement des courts métrages ou des vidéos de propagande. Sa technique consiste notamment à animer d'abord sur un tableau noir, puis sur papier (avec ou sans arrière-plans pré-imprimés).

En 1923 toutefois, un tremblement de terre catastrophique dans la région du Kantō marque un coup d'arrêt pour son studio. Fortement marqué et confronté à un manque de succès commercial, Kitayama décide d'arrêter l'animation et, quittant Tokyo pour Ōsaka, il commence à travailler pour le Ōsaka Mainichi Shinbun Eigabu, un journal local où il tient la page « cinéma ». Il continue également son activité de peintre. Il décède en 1945 à Ōsaka.

source[1]

Liste de ses œuvres[modifier | modifier le code]

En tant que réalisateur (par date de sortie décroissante) :

  • Yuki (1923)
  • Tarô no bampei: Senkô-tei no maki (1918)
  • Ari to hato (1918)
  • Koshiore-tsubame (1918)
  • Tokechigai (1918)
  • Tarô no bampei (1918)
  • Issun-bôshi (1918)
  • Kobutori (1918)
  • Kintarô (1918)
  • Momotarô (1918)
  • Kaeru no yume (1918)
  • Yukidaruma (1918)
  • Urashima Tarô (1918)
  • Chokin no susume (1917)
  • Kachikachi yama (1917)
  • Shitakiri-suzume (1917)
  • Otogi-banashi: Bumbuku chagama (1917)
  • Hanasaka-jijii (1917)
  • Itazura post (1917)
  • Neko to nezumi (1917)
  • Yume no jidôsha (1917)
  • Sarukani-gassen (1917)
  • Chiri mo tsumoreba yama to naru (1917)

En tant que directeur de l'animation :

  • En (1932)

Il a aussi travaillé sur :

  • Nogi shôgun (1918)

source [2]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Seitaro Kitayama » (voir la liste des auteurs)
  2. (en) Liste des films de Seitaro Kitayama sur l'IMDB.

Liens externes[modifier | modifier le code]