Secteur fortifié de Thionville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte de l'organisation en secteurs de la ligne Maginot.

Le secteur fortifié de Thionville est une partie de la ligne Maginot, situé entre le secteur fortifié de la Crusnes à l'ouest et le secteur fortifié de Boulay à l'est.

Il forme une ligne le long de la frontière entre d'une part la France et d'autre part le Luxembourg puis l'Allemagne, au nord de la ville de Thionville, de Rochonvillers à Breistroff-la-Petite (dans la Moselle). Les fortifications du secteur sont les plus solides et les plus complètes de l'ensemble de la ligne.

Article général Pour un article plus général, voir Ligne Maginot.

Organisation et unités[modifier | modifier le code]

D'abord sous commandement de la 6e région militaire (QG à Metz[1]) jusqu'à la déclaration de guerre, le secteur passe alors sous commandement de la 3e armée : il est sous l'autorité du corps d'armée colonial, composé de la 56e division d'infanterie (de réserve, série B) et de la 2e division d'infanterie (de réserve, série A). Lors de la réorganisation de la ligne de front le , le secteur récupère le sous-secteur d'Hombourg-Budange (ouvrages du Hackenberg, du Coucou, du Mont-des-Welches et du Michelsberg).

Article connexe : Armée française en 1940.

Le secteur est divisé en trois sous-secteurs fortifiés, avec les unités suivantes comme équipages des ouvrages et casemates ainsi que comme troupes d'intervalle stationnées entre ceux-ci après la mobilisation :

L'artillerie du secteur est composée des :

Composants[modifier | modifier le code]

Le secteur fortifié de Thionville est, avec une partie du secteur fortifié de Boulay, l’ensemble le mieux fortifié de toute la ligne. Sur les 25 kilomètres qu'il couvre, on retrouve pas moins de sept puissants ouvrages d'artillerie (Rochonvillers, Molvange, Soetrich, Kobenbusch, Galgenberg, Métrich et Billig), quatre ouvrages moins importants d'infanterie (Immerhof, Bois-Karre, Oberheid et Sentzich), 17 casemates CORF (de C 36 à C 52), 18 abris (indicatif X 2 à X 19), 4 observatoires (indicatif O), 17 blockhaus MOM et 40 tourelles STG[5]. Ce secteur fortifié est probablement l’un des seuls à être conforme aux directives de la CORF et à avoir été construit entièrement. Protégeant efficacement la sidérurgie et les mines de fer lorraines, ce secteur intégrait aussi dans son organisation les anciens forts construits par les Allemands avant la Première Guerre mondiale autour de Thionville et de Metz (groupes fortifiés de Guentrange, de Koenigsmacker, d’Illange ou de l’Aisne)[6].

Article détaillé : Casemate d'intervalle.
Organes CORF du secteur fortifié de Thionville (PC au fort d'Illange)
Sous-secteur d'Angevillers
ou d'Œutrange
(PC au bois de la Côte)
Sous-secteur d'Hettange
(PC à Sainte-Marie)
Sous-secteur d'Elzange
(PC au fort de Koenigsmacker)
A 8 Rochonvillers
C 36 Grand-Lot
X 2 Grand-Lot
C 37 Escherange Ouest
C 38 Escherange Est
C 39 Petersberg Ouest
C 40 Petersberg Est
X 3 Bois-d'Escherange
X 4 Petersberg
A 9 Molvange
C 41 Entrange
X 5 Bois-de-Kanfen
C 42 Bois-de-Kanfen Ouest
C 43 Bois-de-Kanfen Est
X 6 Zeiterholz
X 7 Stressling
A 10 Immerhof
X 8 Hettange
O 9 Hettange
X 9 Route-du-Luxembourg
O 10 Route-du-Luxembourg
X 10 Helmreich
A 11 Soetrich
O 13 Boust
C 44 Boust
X 11 Barrungshof
A 12 Bois-Karre
X 12 Bois-Karre
C 45 Basse-Parthe Ouest
C 46 Basse-Parthe Est
X 13 Rippert
X 14 Bois-de-Cattenom
A 13 Kobenbusch
A 14 Oberheid
O 20 Cattenom
C 47 Sonnenberg
A 15 Galgenberg
A 16 Sentzich
C 48 Koenigsmacker Nord
C 49 Koenigsmacker Sud
C 50 Métrich Nord
C 51 Métrich Sud
X 15 Krekelbusch
A 17 Métrich
X 16 Sud de Métrich
X 17 Nonnenberg
X 18 Nord du Bichel
C 52 Bois-de-Koenigsmacker
X 19 Sud du Bichel
A 18 Billig

Le code de chaque organe indique sa nature : « A » pour les ouvrages, « C » pour les casemates, « O » pour les observatoires et « X » pour les abris. La numérotation se fait d'ouest en est de la région fortifiée de Metz (qui correspond aux secteurs de la Crusnes, de Thionville, de Boulay et de Faulquemont).

Casernements de sûreté[modifier | modifier le code]

Camp d'Hettange-Grande, aujourd'hui quartier Guyon-Gellin du 40e RT.

Anciennes Festen allemandes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire de la ligne Maginot.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En 1939, la 6e région militaire couvre une partie des départements de la Meuse (moins les cantons de Stenay et Montmédy), de la Meurthe-et-Moselle (arrondissement de Briey, cantons de Thiaucourt et de Pont-à-Mousson), de la Moselle (arrondissements de Metz, de Thionville et de Boulay) et de la Marne.
  2. Ces deux forts ex-allemands sont armés avec dix tourelles de 100 mm. Les quatre tourelles du fort d'Illange ne sont pas servies.
  3. Jean-Yves Mary et Alain Hohnadel, op. cit., t. 2, p. 182.
  4. Jean-Yves Mary et Alain Hohnadel, op. cit., t. 2, p. 162.
  5. Le niveau de protection d'une casemate de la ligne Maginot dépend de son modèle et de sa période de construction. De 1928 à 1935 sont construits les modèles les plus puissamment protégés : les casemates et ouvrages CORF (Commission d'organisation des régions fortifiées), avec des murs et dalles épais jusqu'à 3,5 mètres de béton). Puis viennent à partir de 1935 les blockhaus MOM (main-d'œuvre militaire), avec de 0,60 à 1,5 m de béton, avec des modèles très variés selon la région : RFM (région fortifiée de Metz), RFL (région fortifiée de la Lauter), 1re, 2e, 20e et 7e RM (région militaire). Les MOM les plus protégés sont appelés FCR (fortification de campagne renforcée). De 1937 à 1940, la STG (Section technique du génie) standardise les constructions, avec une protection de 1,50 à 2 m de béton.
  6. Jean-Yves Mary et Alain Hohnadel, op. cit., t. 3, p. 87-98.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Yves Mary, Alain Hohnadel, Jacques Sicard et François Vauviller (ill. Pierre-Albert Leroux), Hommes et ouvrages de la ligne Maginot, t. 1, Paris, éditions Histoire & collections, coll. « L'Encyclopédie de l'Armée française » (no 2),‎ 2000 (réimpr. 2001 et 2005), 182 p. (ISBN 2-908182-88-2).
    • Hommes et ouvrages de la ligne Maginot, t. 2 : Les formes techniques de la fortification Nord-Est,‎ 2001, 222 p. (ISBN 2-908182-97-1).
    • Hommes et ouvrages de la ligne Maginot, t. 3 : Le destin tragique de la ligne Maginot,‎ 2003, 246 p. (ISBN 2-913903-88-6).
  • Stéphane Gaber, La ligne Maginot en Lorraine, Metz, Éditions Serpenoise,‎ 2005, 180 p. (ISBN 978-2-87692-670-7).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Localisation
Descriptions et photos

Articles connexes[modifier | modifier le code]