Secteur fortifié de Haguenau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte de l'organisation en secteurs de la ligne Maginot.
Bloc 6 de l’ouvrage du Hochwald, casemate d'artillerie pour trois canons de 75 mm modèle 1929.
Entrée des munitions de l'ouvrage de Schœnenbourg.

Le secteur fortifié de Haguenau (orthographié « d'Haguenau » à l'époque)[réf. souhaitée] est une partie de la ligne Maginot, situé entre le secteur fortifié des Vosges à l'ouest et le secteur fortifié du Bas-Rhin au sud.

Il forme une ligne s'éloignant de la frontière franco-allemande pour rejoindre le Rhin en faisant une courbe, en couvrant la ville de Haguenau, de Drachenbronn-Birlenbach à Stattmatten (dans le Bas-Rhin). Les fortifications du secteur sont puissantes pour sa partie occidentale, mais sa partie orientale n'est qu'une ligne de casemates dans la plaine d’Alsace, hors de portée des ouvrages d'artillerie[1].

Article général Pour un article plus général, voir Ligne Maginot.

Organisation et unités[modifier | modifier le code]

D'abord sous commandement de la 20e région militaire (QG à Nancy[2]) jusqu'à la déclaration de guerre, le secteur passe alors sous commandement de la 5e armée : il est sous l'autorité du 12e corps d'armée, composé de la 70e division d'infanterie (de réserve, série B) et de la 16e division d'infanterie (de réserve, série A).

Article connexe : Armée française en 1940.

Le secteur est divisé en quatre sous-secteurs fortifiés, avec les unités suivantes comme équipages des ouvrages et casemates ainsi que comme troupes d'intervalle stationnées entre ceux-ci après la mobilisation :

L'artillerie du secteur est composée des :

Composants[modifier | modifier le code]

Le secteur fortifié de Haguenau englobe le dernier contrefort des Vosges du Nord, sur lequel est perché le plus grand ouvrage de la ligne Maginot en Alsace : le Hochwald. Le reste du secteur s'étale dans la plaine d’Alsace jusqu'au Rhin sous la forme d'une ligne de casemates en partie sous la protection de l'artillerie du puissant ouvrage de Schœnenbourg[5].

Ouvrages CORF[modifier | modifier le code]

Une caractéristique du secteur fortifié de Haguenau consiste en l'absence de petits ouvrages d'infanterie. Certains ensembles, comme le réduit du Hochwald ou les casemates d'Oberrœdern, devaient atteindre cette dénomination mais leur avancement n'a jamais atteint le stade d'un ouvrage d'infanterie cohérent[6].

Casemates d'intervalle CORF[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Casemate d'intervalle.
La casemate Esch (en 2006) : la casemate avec dessus un Sherman M4 et une partie du réseau de rails.
Casemate d'Auenheim Sud.
  • Casemate de Schmeltzbach Ouest
  • Casemate de Schmeltzbach Est
  • Casemate de Drachenbronn Nord
  • Casemate de Drachenbronn Sud
  • Casemate de Bremmelbach Nord
  • Casemate de Bremmelbach Sud
  • Casemate de Breitenacker Nord
  • Casemate de Breitenacker Sud
  • Casemate d'Ingolsheim Nord
  • Casemate d'Ingolsheim Sud
  • Casemate de Hunspach Village
  • Casemate de Hunspach Station
  • Casemate du Moulin de Hunspach Nord
  • Casemate du Moulin de Hunspach Sud
  • Casemate du Bois de Hoffen
  • Casemate de Hoffen Ouest
  • Casemate de Hoffen Est
  • Casemate d'Aschbach Ouest
  • Casemate d'Aschbach Est
  • Casemate de Oberrœdern Ouest
  • Casemate de Oberrœdern Est
  • Casemate de Seltz
  • Casemate de Hatten Nord
  • Casemate de Hatten Sud
  • Casemates d'EschRittershoffen (1 à 6)
  • Casemate de Koenigsbruck Nord
  • Casemate de Koenigsbruck Sud
  • Casemate du Heidenbuckel
  • Casemate de Rountzenheim Nord
  • Casemate de Rountzenheim Sud
  • Casemate d'Auenheim Nord
  • Casemate d'Auenheim Sud
  • Casemate de Fort Louis Village

Abris d'intervalle CORF[modifier | modifier le code]

  • Abri de la Walkmuhle
  • Abri de Birlenbach
  • Abri du Grassersloch
  • Abri de Schœnenbourg
  • Abri du Buchholzerberg
  • Abri de Hoffen
  • Abri de Hatten
  • Abri de la Sauer
  • Abri de Koenigsbruck
  • Abri de la Donau
  • Abri du Heidenbuckel
  • Abri de Soufflenheim
  • Abri de Statmatten
  • Abri de Beinheim Nord
  • Abri de Bienheim Sud

Observatoires CORF[modifier | modifier le code]

  • Observatoire de Hunspach
  • Observatoire du Buchholzberg
  • Observatoire de Hatten

Casernements[modifier | modifier le code]

Le secteur est doté de quatre casernements de sûreté. Les deux principaux sont ceux qui correspondent aux gros ouvrages du secteur: Drachenbronn[7] et Schoenenbourg; les 2 autres étant à Hoffen et à Soufflenheim.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire de la ligne Maginot.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marc Halter, Histoire de la ligne Maginot, Strasbourg, Moselle River,‎ 2011, 48 p. (ISBN 978-2952309240).
  2. En 1939, la 20e région militaire comprend les départements de la Meurthe-et-Moselle (moins l'arrondissement de Briey, les cantons de Thiaucourt et de Pont-à-Mousson), de la Moselle (arrondissements de Sarrebourg, de Château-Salins, de Sarreguemines et de Forbach), du Bas-Rhin (moins le canton de Marckolsheim) et des Vosges.
  3. Jean-Yves Mary et Alain Hohnadel, op. cit., t. 2, p. 182.
  4. Jean-Yves Mary et Alain Hohnadel, op. cit., t. 2, p. 162.
  5. Jean-Yves Mary et Alain Hohnadel, op. cit., t. 3, p. 134-141.
  6. Pierre Martin et Pierre Grain (préf. Françoise Martin-Chaussard), La ligne Maginot, cette inconnue : Les défenses françaises du nord, de l'est et du sud-est en 1940, Paris, Editions Publibook,‎ 2009, 320 p. (ISBN 978-2-7483-4781-4, LCCN 2009524353, lire en ligne).
  7. Le camp de Drachenbronn est toujours occupé par l'armée, tandis que les trois autres ont été reconvertis en habitations.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Bernard Wahl, 200 km de béton et d’acier, la Ligne Maginot en Alsace, Thionville, Gérard Klopp Éditions,‎ 2013, 359 p.
  • Jean-Bernard Wahl, La Ligne Maginot en Alsace : 200 kilomètres de béton et d'acier, Steinbrunn-le-Haut, Éd. du Rhin,‎ 1987, 438 p. (ISBN 978-2-86339-034-4, LCCN 87210393).
  • Jean-Yves Mary, Alain Hohnadel, Jacques Sicard et François Vauviller (ill. Pierre-Albert Leroux), Hommes et ouvrages de la ligne Maginot, t. 1, Paris, éditions Histoire & collections, coll. « L'Encyclopédie de l'Armée française » (no 2),‎ 2000 (réimpr. 2001 et 2005), 182 p. (ISBN 2-908182-88-2).
    • Hommes et ouvrages de la ligne Maginot, t. 2 : Les formes techniques de la fortification Nord-Est,‎ 2001, 222 p. (ISBN 2-908182-97-1).
    • Hommes et ouvrages de la ligne Maginot, t. 3 : Le destin tragique de la ligne Maginot,‎ 2003, 246 p. (ISBN 2-913903-88-6).
  • Marc Halter, Histoire de la ligne Maginot, Strasbourg, Moselle River,‎ 2011, 48 p. (ISBN 978-2952309240).
  • (en) Marc Halter, History of the Maginot Line, Strasbourg, Moselle River,‎ 2011, 48 p. (ISBN 978-2952309257).
  • Jean-Bernard Wahl, Hochwald : une forteresse en Alsace, historique d'un géant de la ligne Maginot, Ostwald, les Éd. du Polygone,‎ 1999, 192 p. (ISBN 2-913832-01-6).
  • Georges Collin et Jean-Bernard Wahl, L'ouvrage d'artillerie de Schoenenbourg, ligne Maginot, Reichshoffen, Association des amis de la ligne Maginot d'Alsace,‎ 1991, 32 p. (notice BnF no FRBNF35656223).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Localisation


Descriptions et photos

Articles connexes[modifier | modifier le code]