Secteur de la pomme de terre au Canada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Au Canada, le secteur de la pomme de terre occupait en 2010 une superficie de 144 400 hectares pour une production de 4,4 millions de tonnes, plaçant le pays au treizième rang mondial des pays producteurs de pommes de terre, et au deuxième rang en Amérique derrière les États-Unis[1]. Le rendement moyen se situait à 31,7 tonnes/hectare. Cette culture occupe une place modeste en superficie, environ 0,4 % de la surface agricole totale (évaluée à environ 35,9 millions d'hectares en 2006). La valeur totale de la production à la ferme était estimée à un peu plus de 1 million de dollars canadiens.

La pomme de terre est cultivée dans toutes les provinces canadiennes, et principalement dans les provinces atlantiques (Île-du-Prince-Édouard, Nouveau-Brunswick) et de l'ouest (Manitoba, Alberta). En 2010, l'Île-du-Prince-Édouard concentrait à elle seule environ 1/4 de la production canadienne, soit 1,16 millions de tonnes.

Plus de 55 % des pommes de terre cultivées au Canada sont transformées industriellement, principalement en frites congelées et en croustilles. Le premier groupe mondial de production de frites surgelées est la société McCain Foods dont le siège est situé à Florenceville (Nouveau-Brunswick).

La consommation annuelle moyenne par habitant s'élevait en 2005 à 65,6 kg, dont 29,8 kg de pommes de terre fraîches (45,4 %) et 35,8 kg de pommes de terres transformées (54,6 %), elles-mêmes réparties en frites et autres produits congelés (13,1 kg), croustilles (11,1 kg) et autres (conserves, etc. 11,6 kg).

Lors de la campagne 2005/2006, les échanges de pommes de terre et produits transformés ont produit un excédent de 784 millions de dollars canadiens, dont 91,6 % pour les produits transformés et 8,4 % pour les pomme de terre fraîches, y compris les semences.

Histoire[modifier | modifier le code]

Voir Pomme de terre, diffusion dans le monde

Évolution et structure de la production[modifier | modifier le code]

Évolution de la production canadienne de pommes de terre de 1961 à 2009.

La production canadienne de pommes de terre a sensiblement augmenté au cours des dernières décennies. Selon les statistiques publiées par la FAO, elle est passée de 2,01 millions de tonnes en 1961 à 4,58 Mt en 2009, soit une multiplication par un facteur 2,3. La croissance de la production a été particulièrement forte dans les années 1990 et le début des années 2000 pour atteindre son maximum historique à 5,28 millions de tonnes en 2003. Elle a légèrement décru depuis. Dans le même temps la surface ensemencée en pommes de terre a cru plus modérément passant de 125000 hectares en 1961 à 146000 en 2009. Le rendement moyen exprimé en tonnes par hectares a progressé très régulièrement tout au long de la période à un taux moyen annuel d'environ 2,9 %.

Industrie de la pomme de terre[modifier | modifier le code]

Principales entreprises du secteur de la pomme de terre au Canada :

  • McCain Foods, frites et produits surgelés,
  • Cavendish Farms, Île-du-Prince-Édouard,
  • Maple Leaf Potatoes, Alberta,
  • Saint Arneault, Québec,
  • Chippery Inc., croustilles, Ontario,
  • Covered Bridge Potato Chip Company, Nouveau-Brunswick,
  • Old Dutch Foods, Manitoba,
  • Humpty Dumpty Snack Foods, Ontario,
  • Agrawest Foods, Île-du-Prince-Édouard,
  • Agristar, Alberta,
  • HSF Foods, Nouveau-Brunswick,
  • Manitoba Starch Products, Manitoba, production de fécule.
  • Solanum Genomics International, Nouveau-Brunswick, société de biotechnologie spécialisée dans la recherche et le développement dans le domaine de la génomique des pommes de terre.

Variétés[modifier | modifier le code]

En 2011, selon l'Agence canadienne d'inspection des aliments, 88 variétés de pomme de terre sont officiellement enregistrées au Canada[2].

Parmi celles-ci, certaines ont été sélectionnées au Canada pour répondre aux besoins des producteurs et transformateurs du pays. On peut citer notamment les variétés 'Yukon Gold' et 'Shepody'. La première, 'Yukon Gold', fut la première variété sélectionnée au Canada. Issue d'un croisement réalisé en 1966 à l'université de Guelph et homologuée en 1980, c'est une variété destinée à la consommation en frais. Sa chair jaune la destine à un marché de niche, particulièrement pour les nouveaux immigrants européens car en Amérique du Nord, contrairement à l'Europe, la préférence des consommateurs va traditionnellement aux variétés à chair blanche. Sa couleur jaune est héritée de l'espèce Solanum phureja, pomme de terre andine présente dans son pedigree. La seconde, 'Shepody', également homologuée en 1980, est une création d'Agriculture Canada au Centre de recherches sur la pomme de terre de Fredericton (Nouveau-Brunswick). C'est une variété destinée à la production industrielle de frites surgelées qui a bénéficié de l'assistance de la société McCain qui recherchait une variété mieux adaptée que la 'Russet Burbank' aux conditions climatiques (courte saison de croissance) du Canada et du Nord-Est des États-Unis.

Dans la liste des variétés enregistrées figurent, sous les noms de code 'NL10-RBK', 'NL10-SUP', 'NL20-SHE' et 'NL30-RBK-82', quatre variétés de pommes de terre transgéniques, dites « végétaux à caractères nouveaux », produites par la société Monsanto sous la marque NewLeaf. Dérivées des cultivars 'Russet Burbank', 'Superior', et 'Shepody', ces variétés présentent une résistance au doryphore combinée pour certaines à une résistance au virus Y ou au virus de l'enroulement. Elles ont été retirées du marché en 2001 mais restent homologuées au Canada ainsi qu'aux États-Unis.

Les dix variétés les plus cultivées pour la production de semences, classées en fonction des surfaces ensemencées, ont été en 2010 les suivantes[3] :

Variétés de pommes de terre
les plus reproduites au Canada
Variétés Origine Surface (ha) Pourcentage
'Russet Burbank' Drapeau des États-Unis États-Unis 4605 22,2 %
'Goldrush' Drapeau des États-Unis États-Unis 1594 7,7 %
'Atlantic' Drapeau des États-Unis États-Unis 1004 4,8 %
'Kennebec' Drapeau des États-Unis États-Unis 907 4,4 %
'Norland' Drapeau des États-Unis États-Unis 893 4,3 %
'Superior' Drapeau des États-Unis États-Unis 885 4,3 %
'Russet Norkotah' Drapeau des États-Unis États-Unis 775 3,7 %
'Shepody' Drapeau du Canada Canada 753 3,6 %
'Chieftain' Drapeau des États-Unis États-Unis 751 3,6 %
'Yukon Gold' Drapeau du Canada Canada 695 3,4 %
total 20743 100,0%

Organisations professionnelles et institutions[modifier | modifier le code]

Organisations professionnelles[modifier | modifier le code]

  • Producteurs unis de pommes de terre du Canada (United potato growers of Canada)[4].
  • Fédération des producteurs de pommes de terre du Québec.
  • Ontario Potato Board.
  • PEI Potatoes (Île-du-Prince-Édouard).
  • Potato Growers of Alberta.
  • Potatoes New Brunswick / Pommes de terre Nouveau-Brunswick.
  • Keystone Potato Producers Association (Manitoba).

Organismes de recherche[modifier | modifier le code]

  • Banque canadienne de variétés de pommes de terre (Canadian Potato Variety Repository).

Musée[modifier | modifier le code]

  • Musée de la pomme de terre de l’Île-du-Prince-Édouard à O’Leary.

Évolution de la consommation[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Poutine québécoise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : FAOSTAT Agriculure 2009.
  2. (fr) « La liste des variétés qui sont enregistrées au Canada », Agence canadienne d'inspection des aliments (consulté le 16 octobre 2011).
  3. (fr) « 2009-2010 - Revue d'information sur les marchés de la pomme de terre (3 de 9) », Agriculture et Agroalimentaire Canada (consulté le 17 octobre 2011).
  4. (en) « Welcome to the new UPGC website », United potato growers of Canada (consulté le 10 octobre 2011).
  5. (fr) « Centre de recherches sur la pomme de terre, Fredericton, Nouveau-Brunswick », Agriculture et Agroalimentaire Canada (consulté le 10 octobre 2011).
  6. (en) « Welcome to the Potato Research », Université de Guelph (consulté le 10 octobre 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eugène Marre, Culture de la pomme de terre : recherches sur la pomme de terre et sa culture faites au Canada, impr. de E. Carrère (Rodez),‎ 1907, 27 p. (lire en ligne) (BNF - Gallica).

Liens externes[modifier | modifier le code]