Secret of Mana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Secret of Mana
image

Éditeur Square
Développeur Square

Date de sortie Super Nintendo[1]

JPN
AN
EUR

Console virtuelle[2]
JPN
AN
EUR

Genre Action-RPG
Mode de jeu Un à trois joueurs (coopératif)
Plate-forme Super Nintendo, Console virtuelle
Média Cartouche
Langue japonais, anglais, français, allemand, italien, espagnol
Contrôle Manette

Évaluation PEGI : 7+

ESRB : E+10

Secret of Mana (littéralement Le Secret du Mana), intitulé Seiken Densetsu 2 (聖剣伝説2?, lit. « La Légende de l’épée sacrée 2 ») au Japon, est un jeu vidéo développé et édité par l'entreprise japonaise Square. Il s’agit d’un jeu de rôle de type Action-RPG, sorti sur Super Nintendo en 1993 au Japon et en Amérique du Nord puis en 1994 en Europe.

Il constitue le second opus de la série de jeux vidéo Seiken densetsu. Le premier épisode, sorti sur Game Boy en 1991, a été renommé Mystic Quest sur le marché européen.

Le jeu combine des éléments de jeu de rôle, comme l’évolution des personnages avec une action soutenue et des combats en temps réel. Il est également notable pour offrir la possibilité de jouer en coopératif à trois joueurs simultanément.

Important succès critique et commercial, Secret of Mana s’est vendu à plus de 1,8 million d’exemplaires à travers le monde, et est considéré comme l’un des plus grands jeux de l’histoire du jeu vidéo. Il a été réédité sur la Console virtuelle en 2008 et débarque en 2010 sur l'Apple Store.

Trame[modifier | modifier le code]

Univers[modifier | modifier le code]

Arbre Mana[modifier | modifier le code]

Demo Mana[modifier | modifier le code]

Personnages[modifier | modifier le code]

Héros : le Garçon, la Fille et l'Elfe[modifier | modifier le code]

L'histoire du jeu tourne autour de trois personnages principaux:

  • Le jeune garçon (Randy (ランディ)), que le joueur incarne dès le début du jeu. Son aventure commence au moment où, après avoir retiré une épée mystérieuse d'un rocher, des monstres surgissent et attaquent son village natal, Potos. Jugé coupable, il se retrouve banni du hameau et livré à lui même.
  • une jeune fille (Purim (プリム)), venant de Pandore qui s'est enfuie de la ville pour retrouver Tom, son fiancé qu'elle ne peut malheureusement pas épouser. Son père est en effet contre ce mariage qui ne rapporterait pas assez d'argent. Le joueur peut la rencontrer de diverses manières : soit elle le sauvera de la mort, soit il la défendra contre des Loups-garous. Attirée par la force surnaturelle de Randy, elle pensera qu'il pourra l'aider à sauver Tom, prisonnier de Sorcia.
  • l'Elfe (Popoï (ポポイ)) a été recueilli par un nain du hameau Nani. On dit qu'il est arrivé là lors d'un incident au Haut-Pays, où se trouve son village natal. Aidé de son ami nain, il essaie de se procurer de l'argent pour rentrer chez lui en escroquant les spectateurs de leur show. Lorsque Randi découvre la supercherie, ils se repentissent en lui rendant son argent. Popoie s'alliera alors à l'équipe. Il s'avèrera être un grand magicien et un compagnon des plus sympathiques.

Contrairement à la version japonaise où les personnes ont des noms officiels, la version française laisse au joueur la liberté de nommer les personnages.

Personnages secondaires[modifier | modifier le code]

Au fil de l'histoire, le joueur est amené à croiser le chemin d'autres personnages[3]:

  • Canon et ses frères dirigent la société responsable des transports par canon.
  • Chacha, un chat usurier tenant une boutique où il est possible d'acheter des objets d'équipement très divers.
  • Flammy, une créature de l'espèce rare des dragons Mana. Flammy est prisonnière de la vipère Aspica, à proximité de l'Antre du Dragon. En libérant Flammy et en possédant le Tamboure-Flammy, le joueur peut alors l'appeler à tout moment et l'utiliser comme moyen de transport.
  • Jean, un vieil homme qui fut l'un des Chevaliers Mana. Il connait de nombreux personnages, notamment Lucie, la gardienne du Palais de l'Eau.
  • Lucie, la gardienne des Graines Mana, dans le Palais de l'Eau. Lucie est âgée de 200 ans.
  • Les Mimis, de petites créatures paisibles qui séjournent dans la Grande Forêt. Elles furent à l'origine chassées de leur contrée d'origine par les Gravios. Certains adversaires ont la possibilité de transformer temporairement le joueur en Mimis, le rendant ainsi inoffensif.
  • Tom, le fiancé de la Fille de Pandore qui rejoint le joueur. Sur ordre du roi de Pandore, Tom a été envoyé avec ses soldats auprès de la sorcière Sorcia pour la ramener à la raison, mais il n'est jamais revenu de cette mission.
  • Vulk, un forgeron du Hammeau Nani, qui reforgera les armes du joueur en échange de certains objets.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un jeune garçon (que le joueur incarne et nomme) joue avec ses amis en haut d'une cascade. Ayant fait un mauvais pas, il glisse et tombe inconscient au bas de celle-ci. À son réveil, une voix susurre à son oreille pour le guider vers une épée à même le roc. Celle-ci semble posséder des caractéristiques mystiques. Il arrache l'épée de son socle et s'en sert pour se frayer un chemin et tuer les monstres qui rôdent sur le chemin jusqu'à son village. À son retour au village, il est accusé par l'Ancien et ses amis d'avoir retiré l'épée sacrée gardienne ; un séisme le conduit dans les souterrains où il doit affronter un monstre afin de sauver l'un de ses camarades. Il est cependant banni car représente un danger désormais pour le paisible village. Fort heureusement, un chevalier du nom de Jean le conduit sur une quête : restaurer le pouvoir de Mana à la recherche de graines et sauver le monde de l'arrivée de l'ancien Fort Mana. Dans sa quête, il fera la rencontre d'une jeune fille noble éprise d'un chevalier, ainsi que d'un elfe amnésique, qui viendront combattre les forces du mal à ses côtés.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Le récit se déroule alors que l'on avance peu à peu dans la géographie spéciale à Secret of Mana. En effet, Square (aidé par les capacités du Mode 7 de la Super Nintendo) a imaginé une planète complète sur laquelle les héros se déplacent de continent en continent, de ville en ville. Ceux-ci obtiennent tout au long de leur périple différents sortilèges et incantations magiques divisés en huit éléments, auxquels le garçon n'a toutefois pas accès : Ondine, Gnome, Sylphide, Athanor, Luna, Ombre (pour l'elfe uniquement), Lumina (pour la fille uniquement), et Dryade, qui s'améliorent au fil des utilisations.

Il est possible de dormir dans des auberges afin de récupérer ses points de vie et de magie, et même de ressusciter un membre de l'équipe tué lors d'un combat.

Déplacements[modifier | modifier le code]

Hormis le déplacement à pied, deux autres modes de locomotion permettent de se déplacer aux quatre coins de la planète:

  • Le voyage canon (payant). Seules quelques destinations sont proposées, et se débloquent au fur et à mesure de la progression dans l'histoire.
  • Sur le dos d'un dragon (Flammy). Il permet d'avoir accès à la quasi-totalité des lieux dans le monde. Son obtention fait partie de l'histoire. En utilisant l'objet Tambour-Flammy en extérieur, les personnages appellent le dragon, et celui-ci vient les chercher. Il est alors possible de parcourir la carte du monde en Mode 7. Certains lieux ne sont accessibles qu'avec le dragon, et il est aussi le seul moyen d'atteindre le Fort Mana une fois libéré.

Menus en bague[modifier | modifier le code]

Le système de menus en bagues permet au joueur de choisir facilement des armes, des sorts et des objets. Lorsque le joueur met en pause pour afficher le menu, celui-ci se présente sous forme d'icônes organisées en cercle, cercle centré sur le personnage actif. Suivant le nombre d'icônes à afficher, celles-ci sont réparties en forme de cercle, de façon régulière (deux icônes = à 180° l'une de l'autre, trois icônes à 120°, quatre à 90°, etc.)

Les flèches haut et bas permettent de passer de menu en menu ( exemple, alterner tous les emplacements d'armure de son équipe), les flèches droite et gauche permettent de passer d'icône en icône au sein d'un même menu en le faisant tourner, les boutons permettent de valider ou d'annuler une sélection d'icône (pour changer l'arme du personnage, par exemple).

Alternance Combat (donjons et campagne) / Non combat (villes et villages)[modifier | modifier le code]

Le déroulement du jeu propose des zones géographiques alternant zones de "non combat" (certains palais ainsi que la plupart des villes et des villages) et des zones de combat (servant d'interface entre les villes, les donjons, etc.).

En termes de gameplay, comme dans beaucoup de RPG, la magie offensive ainsi que les armes sont inutilisables dans les zones de non combat. La magie de guérison et les objets le sont, en revanche.

La bande son du jeu propose des musiques adaptées à chaque zone.

Items[modifier | modifier le code]

Secret Of Mana propose trois types d'items, outre les armes et sphères, détaillées ultérieurement dans l'article : des objets consommables pour la guérison ou la restauration d'état, des objets "pratiques" sans limite d'utilisation (Tambour Flammy, Corde, Marteau) et des équipements de protection pour l'armure des personnages.

Ainsi, dans Secret Of Mana, la restauration d'état ou la guérison peut s'effectuer par des magies (Eau de vie, Remède, Résurrection, etc) aussi bien que par des objets.

Egalement, le jeu accorde une grande importance à l'amélioration de l'armure.

Combat[modifier | modifier le code]

Les combats se font en temps réel, contrairement aux autres jeux de rôles au tour par tour. Il en résulte une dynamique beaucoup plus rapide et moins schématisée que dans la plupart des autres jeux Square. En outre, les ennemis sont visibles et peuvent être facilement évités.

Force du coup, charge de l'arme[modifier | modifier le code]

Pour chaque arme, en bas de l'écran, se trouve une jauge de force (en pourcentage). Après avoir porté un coup, celle-ci se vide, et il faut attendre quelques secondes pour pouvoir à nouveau porter une attaque à 100% de la force de l'arme. Il est possible de frapper plus souvent, mais cela sera bien moins efficace, car l'arme ne fera qu'un faible pourcentage de ses dégâts habituels. Lorsque les armes sont améliorées avec les sphères, il devient possible de dépasser 100% si le joueur attend encore plus longtemps avant de frapper. Chaque nouveau palier de 100% est d'une couleur différente, pour voir au premier coup d’œil la puissance du prochain coup.

Evolution des armes (sphères d'armes, forgeron, niveau de maîtrise, niveau de charge)[modifier | modifier le code]

Tous les personnages peuvent s'équiper d'une panoplie d'armes interchangeables qui deviennent elles aussi de plus en plus efficaces au fil des ennemis vaincus :

  • une épée
  • une lance
  • une hache
  • une paire de gants de combat
  • un boomerang
  • un javelot
  • un fouet
  • un arc muni de flèches

En plus de leur distinction corps à corps/distance, certaines armes ont une utilité hors combat:

  • L'épée permet de trancher les buissons/herbes qui bloquent la progression
  • Le fouet permet de franchir un gouffre en s'accrochant à un poteau de l'autre côté
  • La hache permet de couper des petits arbres et des buissons d'épineux.
Sphères d'armes[modifier | modifier le code]

Pour chaque arme, il existe 8 sphères dispersées de par le monde. Avec ces sphères, et en le rémunérant en argent, Vulk peut reforger chacune des armes pour augmenter leur niveau. Plus le niveau de l'arme est élevé, plus ce reforgeage sera cher. Les sphères sont en général détenues par les boss du jeu, et servent de récompenses à l'issue de ces affrontements.

Maîtrise des armes[modifier | modifier le code]

Chacun des trois personnages peut manier chacune des armes. Chacun dispose également d'un niveau de maîtrise pour chaque arme. A chaque niveau gagné, le personnage pourra charger son arme avec une tranche de 100% supplémentaire. Pour chaque ennemi vaincu, le niveau de l'arme actuellement en main augmente un petit peu, pour les trois personnages (s'ils ne sont pas morts). Le jeu indiquera à chaque fois que la maîtrise d'un personnage atteindra le niveau suivant. Il n'est pas possible de dépasser le niveau actuel de l'arme ( exemple : Randy a actuellement un niveau de maîtrise de l'épée de 4, et il manipule l'épée Mana dont le niveau d'arme est de 4. Il ne pourra pas augmenter sa maîtrise de l'épée au niveau 5 avant d'avoir récupéré une sphère de l'épée et d'avoir fait reforger son arme, la passant au niveau 5).

Egalement, à un niveau donné, certaines armes se dotent d'effets spéciaux (possibilité d'endormir l'ennemi, de le faire sombrer, de le rendre confus, etc.).

Magie[modifier | modifier le code]

La magie de Secret of Mana se divise en huit éléments : l'eau, le feu, la terre, le vent, l'ombre, la lumière, la lune et l'arbre. Le garçon n'utilise pas la magie, seuls la fille et l'elfe reçoivent ce don, à chaque fois qu'ils rencontrent un esprit élémentaire. Ils disposent tous deux de magies liées à chaque élément, sauf l'ombre (uniquement l'elfe) et la lumière (uniquement la fille). Chaque élément donne accès à trois magies (différentes entre la fille et l'elfe). Les sortilèges de la fille sont plutôt orientés défensifs, ceux de l'elfe plutôt offensifs. L'un des sorts obtenus par Sylphide, Analyse, permet de connaître le nombre de points de vie des monstres, ainsi que leur(s) éventuelle(s) vulnérabilité(s) à un élément. Il faut alors utiliser un sort offensif de cet élément pour infliger des dommages très élevés. La magie se récupère dans les auberges (repos), par restauration gratuite auprès de certains personnages ou par utilisation de noix.

Comme pour la maîtrise des armes, il y a un niveau de maîtrise pour chaque élément. Celui-ci s'améliore petit à petit en lançant des sorts de cet élément. Le passage au niveau supérieur améliore fortement les caractéristiques des sorts (plus de dommages, plus de soins, effets prolongés).

Développement[modifier | modifier le code]

Secret of Mana a été réalisé et supervisé par Koichi Ishii. Le jeu a été initialement programmé par Nasir Gebelli et produit par le superviseur vétéran de Square, Hiromichi Tanaka. Après la parution de Final Fantasy VI, Tanaka souhaitait créer un jeu avec un système de combat plus interactif qui suivrait le déplacement du champ de l'écran. Cela ne se fit pas avec Final Fantasy IV, il se tourna alors vers Secret Of Mana[4]. Le système de combat en temps réel utilisé dans Secret of Mana est décrit par ses créateurs comme une extension du système de combat utilisé dans les trois premiers opus de la franchise Final Fantasy. Les tables de données pour les points d'expérience et l'augmentation de niveau ont été extraites de Final Fantasy III[5]. Secret of Mana fut originellement créé pour l'add-on CD de la Super Nintendo. Après que le projet fut abandonné, le jeu fut modifié pour tenir dans une cartouche de jeu standard. La traduction anglaise de Secret of Mana fut achevée en seulement 30 jours, quelques semaines avant la date de sortie japonaise, et fut initialement intitulée Final Fantasy Adventure 2. La rapidité avec laquelle la traduction a été faite fit espérer que le jeu pourrait être publié en Amérique du Nord pour la saison des fêtes 1993. Selon le traducteur Ted Woolsey, une grande partie du texte fut amputée pour la localisation anglaise à cause des limitations d'espace et le manque de texte séquentiel. La traduction anglaise de Secret of Mana utilise une police de largeur fixe sur l'écran de jeu principal. En contrepartie, le choix de cette police limite la quantité d'espace disponible pour afficher le texte, et limite les dialogues au strict nécessaire, laissant de côté une bonne partie du texte originel. En outre, certains passages ont été édulcorés en raison de la censure en vigueur dans les jeux Nintendo de l'époque (notamment toutes les références à la mort et tout ce qui peut évoquer la religion).

Mode 7[modifier | modifier le code]

Équipe de développement[modifier | modifier le code]

Traduction française[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Hiroki Kikuta compose la musique du jeu (photo de 2008).

La bande son de Secret of Mana a été composée par Hiroki Kikuta, un compositeur de Square.

Un album intitulé Secret of Mana Original Soundtrack (聖剣伝説2 オリジナル・サウンド・ヴァージョン?) sort en 1993, et est réédité en 1995 et 2004.

Accueil[modifier | modifier le code]

Ventes[modifier | modifier le code]

Secret of Mana s’est écoulé à 1,83 million d’exemplaires à travers le monde, dont 1,5 million au Japon[6].

Critiques[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues

Presse papier
Média Note
Edge (GB) 9 / 10[7]
EGM (US) 8.75 / 10[8]
Presse numérique
Média Note
Allgame (US) 5/5 stars[9]
Eurogamer (GB) 9 / 10[10]
IGN (US) 9.0 / 10[11]

Postérité[modifier | modifier le code]

Adaptation et suites[modifier | modifier le code]

Secret of Mana a été porté sur la Console virtuelle de la Wii en 2008 ainsi que sur l'App Store de l'iPhone et l'iPod Touch le 21 décembre 2010. Seiken Densetsu 3 est la suite de Secret of Mana, sur Super Famicom, mais il n'a pas été commercialisé en Europe. Il existe toutefois une adaptation française non officielle réalisée par des fans. Seiken Densetsu 4 est sorti sur PlayStation 2 fin 2006.

Influence[modifier | modifier le code]

Secret of Mana est considéré comme un classique de la Super Nintendo, et l’un des titres les plus influents de l’histoire du jeu vidéo. Il figure ainsi dans de nombreux classements récents. Le site américain IGN.com, dans son classement des « 100 meilleurs jeux de tous les temps », lui accorde la 79e place en 2007, la 48e en 2005 et la 78e en 2003[12],[13],[14]. Le jeu se hisse également à la 42e place du classement des « 200 meilleurs jeux Nintendo de tous les temps » du magazine américain Nintendo Power effectué en 2006[15], et est jugé par ce magazine la même année 39e jeu mieux réalisé sur une console Nintendo, sur un classement de 200[16]. Il est également élu 97e meilleur jeu de tous les temps en 2006, sur un classement de cent, par les lecteurs du magazine japonais Famitsu[17].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Médias externes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]