Secrétaire d'État des États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Secrétaire d’État des États-Unis
Image illustrative de l'article Secrétaire d'État des États-Unis
Sceau du Département d'État

Image illustrative de l'article Secrétaire d'État des États-Unis
Titulaire actuel
John Kerry
depuis le 1er février 2013

Création 6 avril 1789
Mandant Président des États-Unis
Confirmé par le Sénat[1]
Premier titulaire Thomas Jefferson[2]
Site internet www.state.gov

Le secrétaire d'État des États-Unis (United States Secretary of State) est le chef du département d'État chargé des Affaires étrangères. Il est membre du cabinet.

Le secrétaire d'État est le membre du cabinet ayant le plus haut rang, tant dans la ligne de succession présidentielle que dans l'ordre de préséance. L'actuel titulaire du poste est John Kerry.

Le 21 décembre 2012, le président Barack Obama propose le sénateur du Massachusetts John Kerry comme futur secrétaire d'État[3] pour succéder à Hillary Clinton qui occupait le poste durant le premier mandat d'Obama et qui n'a pas souhaité être reconduite dans ses fonctions. Kerry est confirmé à la tête du Département d'Etat par un vote du Sénat le 29 janvier 2013 et prend ses fonctions dans la foulée.

Historique[modifier | modifier le code]

Le 10 janvier 1781, le Congrès continental crée le département des Affaires étrangères (Department of Foreign Affairs) [4]. Le 27 juillet 1789, George Washington signe une loi du Congrès autorisant un département des affaires étrangères dirigé par un secrétaire aux affaires étrangères. Le Congrès a ensuite voté une loi lui donnant des responsabilités nationales supplémentaires et le renommant département d'État. Cette loi est approuvée par Washington le 15 septembre 1789. Les nouvelles attributions domestiques données par le Congrès sont la publication, la diffusion et la préservation des lois des États-Unis, la garde du grand sceau, authentification des copies et préparation des commissions de nomination des branches exécutives, et la garde des livres, journaux et enregistrements du Congrès continental y compris la Constitution et la déclaration d'indépendance. Le titre de Secrétaire d'État est britannique. Au moment de l'indépendance des États-Unis, la Grande-Bretagne comptait deux secrétaires d'État, tous deux chargés des affaires internes mais se divisant les affaires étrangères suivant que le pays était catholique ou protestant. Avec l'ajout de ses nouvelles responsabilités, le rôle du secrétaire des Affaires étrangères devenait comparable à celui du secrétaire d'État britannique et l'utilisation de ce dernier nom paraissait logique.

Dans les premiers temps, cette fonction était perçue comme un tremplin vers la présidence. Parmi les secrétaires d'État qui devinrent présidents, on peut nommer Thomas Jefferson, James Madison, James Monroe, John Quincy Adams, Martin Van Buren et James Buchanan.

Rôle[modifier | modifier le code]

La plupart des attributions de politique intérieure du département d'État ont été transférées à d'autres départements. Celles qu'il conserve sont la garde et l'utilisation du grand sceau, le fonctionnement des fonctions protocolaires de la Maison-Blanche, la préparation des proclamations et les réponses aux demandes de renseignement. Conformément à la Constitution, le secrétaire d'État exécute les tâches requises par le président, comme négocier avec les représentants étrangers et donner leurs instructions aux ambassades et consulats à l'étranger. Le secrétaire d'État est aussi le principal conseiller du président pour la politique étrangère des États-Unis. Depuis les dernières décennies il est devenu responsable de l'organisation des affaires internes du gouvernement américain à l'étranger.

En tant que membre de plus haut rang du cabinet, le secrétaire d'État est le quatrième dans l'ordre de succession des États-Unis, après le vice-président, le président de la Chambre des représentants et le président pro tempore du Sénat.

Lettre de démission de Richard Nixon.

Une loi fédérale prévoit que le président remette sa démission par écrit au secrétaire d'État. Cela est arrivé une fois, quand Richard Nixon a remis sa démission à Henry Kissinger en 1974.

Lors d'une vacance du poste de secrétaire, la charge est exercée par un autre membre du cabinet, comme cela se faisait au début, ou, plus récemment, par un subalterne du département d'État jusqu'à ce que le président nomme et que le Sénat confirme le nouveau secrétaire.

Sa protection est assurée par le Diplomatic Security Service.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]