Seconde bataille d'El Alamein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour la bataille de juillet 1942, voir Première bataille d'El Alamein.
Seconde bataille d'El-Alamein
Formation de tanks Matilda en évolution dans le désert de Cyrénaïque.
Formation de tanks Matilda en évolution dans le désert de Cyrénaïque.
Informations générales
Date 23 octobre - 3 novembre 1942
Lieu El-Alamein (Égypte)
Issue Victoire alliée décisive
Belligérants
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de l'Australie Australie
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Drapeau de l'Empire britanniques des Indes Inde britannique
Drapeau de l'Afrique du Sud Union d'Afrique du Sud
Drapeau de la France libre France libre
State Flag of Greece (1863-1924 and 1935-1970).svg Royaume de Grèce
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Drapeau de l'Italie Royaume d'Italie
Commandants
Drapeau du Royaume-Uni Bernard Montgomery Drapeau de l'Allemagne Erwin Rommel
Forces en présence
8e armée britannique
195 000[1] hommes
1 029 tanks[2]
Deutsches Afrika Korps, 116 000 hommes
559 tanks (220 Panzers et 339 tanks italiens)
Pertes
13 500 morts et blessés
500 chars détruits
20 000 morts et blessés
30 000 capturés
500 chars détruits
Seconde Guerre mondiale (Guerre du désert)
Batailles
Batailles et opérations des campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée

Invasion italienne de l'Albanie · Guerre du désert · Campagne d'Afrique de l'Est · Invasion italienne du Somaliland britannique · Invasion de l'Égypte · Opération Compass · Bataille de Koufra · Bataille de Dakar · Campagne du Gabon · Opération Vado · Bataille de Mers el-Kébir · Bataille de Punta Stilo · Bataille de Tarente · Bataille du cap Teulada · Bataille du cap Matapan · Siège de Malte · Opération Sonnenblume · Campagne des Balkans · Bataille d'El Agheila · Bataille des îles Kerkennah · Siège de Tobrouk · Guerre anglo-irakienne · Campagne de Syrie · Campagne de Yougoslavie · Opérations anti-partisans en Croatie · Opération Brevity · Opération Battleaxe · Invasion anglo-soviétique de l'Iran · Raid de la rade d'Alexandrie · Opération Vigorous · Opération Pedestal · Bataille de Madagascar · Libération de La Réunion · Opération Crusader · Bataille de Bir Hakeim · Bataille de Gazala · 1re Bataille d'El-Alamein · Bataille d'Alam el Halfa · 2e Bataille d'El-Alamein · Opération Torch · Campagne de Tunisie · Bataille de Sidi Bouzid · Bataille de Kasserine · Opération Capri · Bataille de Ksar Ghilane · Ligne Mareth · Opération Pugilist · Bataille d'El Guettar · Opération Retribution · Campagne d'Italie · Libération de la Corse


Front d'Europe de l'Ouest


Front d'Europe de l'Est


Bataille de l'Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

Coordonnées 30° 50′ 00″ N 28° 57′ 00″ E / 30.833333333333, 28.95 ()30° 50′ 00″ Nord 28° 57′ 00″ Est / 30.833333333333, 28.95 ()  

La seconde bataille d'El-Alamein est un épisode de la guerre du désert durant la Seconde Guerre mondiale. Elle se déroula fin octobre, début novembre 1942.

Elle fut décisive dans le sens où elle permit aux Britanniques de repousser les Allemands qui menaçaient depuis plus de six mois la ville d'Alexandrie et le canal de Suez. Si les Allemands avaient réussi, ils auraient envahi une grande partie de l'Empire britannique. Mais la supériorité en chars de l'armée britannique et la domination de la mer Méditerranée par la Royal Navy empêcha l'Afrikakorps (DAK) d'être ravitaillé de manière efficace. Perdant de fait l'initiative, Rommel dut se résoudre à la défensive, chose dans laquelle il excellait moins que dans l'offensive. De fait, Montgomery, après avoir repoussé en septembre la dernière offensive du « Renard du désert » à Alam el Halfa, put préparer la grande offensive pour chasser les Germano-Italiens d'Afrique.

Prélude[modifier | modifier le code]

Le 22 septembre, Rommel, trop malade pour continuer à assurer le commandement du DAK, confie celui-ci au général Georg Stumme. Le lendemain, Rommel décolle de Derna à destination de Rome où il doit rencontrer Mussolini. Après cette escale romaine, Rommel s'envole pour Berlin où il s'entretient cette fois avec le Führer, puis, part pour le centre d'hospitalisation du Semmering à proximité de Wiener Neustadt. À ce moment-là, Hitler ne pense aucunement renvoyer Rommel en Libye mais plutôt sur le front russe.

Début octobre, Rommel se rend à Berlin pour répondre à plusieurs interviews pour la presse allemande à laquelle il annonce que l'Afrika Korps atteindra bientôt Alexandrie sans toutefois cacher les difficultés de ravitaillements et l'avance de plus en plus difficile. Son moral est d'ailleurs remonté à la suite de la promesse d'Hitler de lui envoyer très rapidement des chars Tigre I dont Rommel vient de voir le prototype. Rommel sera ensuite acclamé lors d'un meeting en son honneur dans le palais des sports de Berlin, où tous les dignitaires nazis sont là pour le féliciter. À la tribune, Rommel fera un discours très optimiste sur la suite des opérations, puis, raconte des anecdotes sur les victoires au quotidien qu'il remporte à la tête de ses troupes.

En Afrique pendant ce temps-la, l'armée alliée renforce ses positions et en particulier celle d'El-Alamein. De plus, les combats continuent et ce sont en grande partie les Italiens qui en supportent le poids. Ainsi, le 2 octobre, le 10e bataillon, du commandant Grossi, de la Folgore repousse à lui seul une attaque de la 6e brigade néo-zélandaise en détruisant 20 chars Grant mais perd son commandant. Le 12, c'est le groupement Ruspoli, qui relève des troupes de la Division Trieste dans l'Himeimat et en particulier les cotes 103 et 125. Là, le groupement fait face à deux ennemis, la chaleur intenable et la maladie provoquée par celle-ci, dysenterie, insolations, scorbut… et qui font des ravages dans les rangs italiens et les armées alliées, qui ne cessent d'attaquer la position. Malgré tout, à la suite des pertes provoquées par les hommes du colonel Ruspoli, mais aussi aux conditions de vie dans l'armée britannique, plusieurs mutineries ont lieu, dont celle des troupes australiennes qui refusent tout simplement de retourner à l'assaut.

L’opération Lightfoot[modifier | modifier le code]

À la suite de l'échec allemand, Montgomery peut enfin se préparer à lancer une offensive qui aura pour objectif de repousser les Allemands d'Égypte. Le nom de l'opération est Lightfoot.

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Du côté italo-allemand[modifier | modifier le code]

Disposition des forces le 23 novembre

Sur le front, les forces de l'Axe, contrairement à leurs habitudes (surtout pour les Allemands) doivent se préparer à défendre leurs positions face aux Britanniques. Rommel, peu avant son départ s'est efforcé de mêler les forces allemandes et italiennes entre elles. Les positions défensives de la Panzerarmee sont les suivantes, la 94e Infanterie Division et la division Trento tiennent le front nord, ensuite, la division Bologna soutenue par deux Kampfgruppen de la 22e Fallschirmjäger Brigade tient la crête de Ruweisat. Les deux autres Kampfgruppen sont en soutien des divisions Brescia et Pavia. La Division Folgore était mêlée avec le 33e bataillon de reconnaissance allemand. Plus au sud encore, la 15e Panzerdivision et la division blindée(DB) Littorio sont ensemble. L'extrême sud du front au niveau de la Dépression de Qattara étant tenu par la 21e Panzerdivision et la division blindée Ariete. La 90e division légère et la division d'infanterie Trieste sont gardées en réserve.

Cette disposition montre très clairement que les Allemands craignent une attaque au sud. Ils comptent sur la lenteur des Britanniques pour pouvoir ramener leurs blindés au nord en cas d'attaque. Rommel dispose sa défense en profondeur pour rendre les tirs de barrage anglais inefficaces. Nehring blessé est remplacé par von Thoma. À la tête de la 21e Panzerdivision, le général von Randow remplace von Bismarck mort. Dans l'état-major, Gause a été blessé et von Mellenthin est transféré en Europe.

L'Afrikakorps et le corps italien ne sont pas au mieux de leur forme. L'insuffisance du ravitaillement italien fit que les rations étaient diminuées de moitié, et les hommes n'avaient reçu aucun aliment gras ou légume les jours précédant l'offensive. De plus, le climat entraînait un nombre important de malades parmi les rangs des combattants. Les Allemands disposent donc en octobre de 54 000 soldats, les Italiens de 62 000. La Luftwaffe et la Kriegsmarine disposent eux de 15 000 hommes. Il y a en tout 90 000 hommes dont 69 000 combattants. Les Italiens, eux, sur l'ensemble du territoire africain disposent de 146 000 hommes dont la moitié seulement sont des combattants. L'effectif en hommes et matériels des divisions allemandes est le suivant :

  • 15e Panzerdivision : 223 officiers, 3 294 hommes (sur un effectif théorique de 9178), 47 canons anti-char, 36 canons de campagne, 65 Panzer (de tous types, y compris Panzer II), 16 voitures blindées et 1 604 camions ;
  • 21e Panzerdivision : 290 officiers, 8 706 hommes, 53 canons anti-char, 47 canons de campagne, 68 Panzer de tous types, 16 voitures blindées et 1 805 camions ;
  • 90e Leichte Division : 133 officiers, 4 679 hommes, 18 canons anti-char, 19 canons de campagne, 5 voitures blindées, 1 441 camions ;
  • 164e Leichte Division : 236 officiers, 6 708 hommes, 45 canons anti-char, 10 canons de campagne. L'appellation "légère" est provisoire, l'unité étant en cours de transfert depuis la Crète ;
  • Troupes organiques : 236 officiers, 6 912 hommes, 85 canons légers de Flak, 29 canons lourds de Flak, 51 canons lourds de campagne, 1 108 camions[3].

Ces effectifs datent du 1er août ; en octobre, avec l'arrivée des renforts, ils ont grossi et la 22° Fallschrimjager Brigade "Ramcke" est arrivée. En tout, il y a 242 chars (173 Panzer III, 38 Panzer IV dont 30 F2, 31 Panzer II). Les Italiens possèdent de leur côté 323 chars, ce qui fait un total pour l'Axe de 565 chars. 22 chars sont en réparation.

Du côté britannique[modifier | modifier le code]

Montgomery, quant à lui, dispose de 1 029 chars, 200 sont en réserve et près de 1 000 en réparation. La différence avec les Allemands est considérable, mais cela a toujours été ainsi. Ses chars sont répartis en 3 divisions complètes et deux brigades. Contrairement aux précédentes batailles, les Britanniques n'ont plus de Matilda II (à part 12 démineurs) et peu de Crusader à canons de 2 Pdr. 422 chars sont des Grant. Les Sherman M4 qui rivalisent avec le Panzer IV aussi bien pour le canon, le blindage ou la vitesse. Le reste est composé de Stuart et de Churchill mk II. L'ensemble des chars est disposé comme suit :

  • Troupes organiques d'armée :
    • Escadron de protection du QG : 7 Grant plus des voitures blindées ;
    • 1st Army Tank Brigade : 12 Matilda Scorpions ;
    • 74th Armoured Brigade : 39th, 118th, 124th régiments royaux de tanks composés de chars factices.
  • 10th Corps :
    • QG du Corps : 2 Crusader 2 Pdr ;
    • 1st Armoured Division :
      • QG divisionnaire : 8 Crusader 2 Pdr ;
      • 12th Lancers : voitures blindées ;
      • Kingforce : 6 Churchill Mk II.
    • 2nd Armoured Brigade :
      • The Queen's Bay, 9th Lancers et 10th Hussars : 1 Grant, 92 Sherman, 38 Crusader 2 Pdr, 29 Crusader 6 Pdr ;
    • 10th Armoured Division :
      • QG divisionnaire : 7 Crusader 2 Pdr ;
      • The Royal Dragoons : voitures blindées.
    • 8th Armoured Brigade :
      • 3e Régiment Royal de Tank, Sherwood Foresters Yeomanry, Staffordshire Yeomanry : 57 Grant, 31 Sherman, 33 Crusader 2 Pdr, 12 Crusader 6 Pdr.
    • 24th Armoured Brigade :
      • 41e Régiment Royal de Tanks, 4e régiment royal de tanks, 47e régiment royal de tanks : 2 Grant, 93 Sherman, 28 Crusader 2 Pdr, 17 Crusader 6 Pdr.
  • 13th Corps :
    • 7th Armoured Division :
        • The Household Cavalry Regiment, 11th Hussars, 2nd Derbyshire Yeomanry : voitures blindées.
    • 4th Light Armoured Brigade :
      • 4th et 8th Hussars, The Royal Scots Greys : 14 Grant, 67 Stuart.
    • 2nd Armoured Brigade :
      • 1st et 5th Régiment Royal de Tanks, 4th Country of London Yeomanry : 57 Grant, 19 Stuart, 42 Crusader 2 Pdr, 8 Crusader 6 Pdr.
  • 30th Corps :
    • 9th Armoured Brigade :
      • 3rd king's Own Hussars, Royal Wiltshire Yeomanry, Warwickshire Yeomanry : 37 Grant, 36 Sherman, 37 Crusader 2 Pdr, 12 Crusader 6 Pdr.
    • 23rd Armoured Brigade :
      • 8th, 40th, 46th et 50th Régiment Royal de tanks : 194 Calentine 2 Pdr.
      • 2e régiment de cavalerie divisionnaire néo-zélandais : 29 Stuart.
      • 9e régiment de cavalerie divisionnaire de la 9e division australienne : 15 Crusader 2 Pdr et 4 Stuart.

À ce nombre, il faut rajouter les canons automoteurs M7 Priest et Bishop. Concernant les effectifs, la 8th Army aligne 220 000 hommes contre 110 000 à la Panzerarmee Afrika. L'artillerie comporte 2 000 canons contre 550 canons de campagne et 850 canons anti-char pour les Allemands.

Le plan d’attaque[modifier | modifier le code]

Pour percer le front de l'Axe, Montgomery prévoit une attaque au nord du 30th Corps avec pour objectif notamment l'ouverture d'un passage dans les champs de mines pour permettre au 10th Corps d'y pénétrer. Le 13th Corps situé au sud développera une attaque vers le plateau de Taqa et une autre au niveau du Djebel Kalakh pour faire diversion et fixer des forces adverses[4]. Les Britanniques veulent faire subir aux Germano-Italiens des pertes bien supérieures aux leurs, ce qui depuis le début de la guerre du désert ne s'est quasiment jamais produit. Enfin, la victoire de l'infanterie sera un préalable à l'engagement des chars. On le voit, alors que les Allemands craignent pour leur front sud, l'effort anglais va se diriger au nord du front. Cependant, les champs de mines du nord sont extrêmement profonds et vont donc constituer un obstacle de taille pour les Britanniques et leurs alliés.

La bataille[modifier | modifier le code]

L’infanterie à l’attaque[modifier | modifier le code]

Attaque anglaise à 22h le 23 octobre
Charge d'infanterie britannique le 24 octobre

L'offensive commence le 23 octobre. Des centaines d'avions attaquent les positions de l'Axe. À 21h40, c'est au tour de l'artillerie de bombarder les positions germano-italiennes durant 15 minutes avant de laisser la place à 22 heures à un tir de barrage qui permet aux fantassins de quatre divisions de sortir de leurs positions. Très vite, le génie s'attelle à ouvrir des passages dans les champs de mines. Cela permettra à la 23rd Armoured Brigade de progresser et de soutenir l'infanterie.

Tout au nord, les Australiens malgré des pertes parfois élevées, réussissent à progresser de manière correcte. Sur leur flanc gauche, la 51st Highland Division a bien du mal à avancer. L'ancienne unité d'élite est totalement changée et les charges se font à l'écossaise, bagpiper en tête. La division a comme objectif la Red Line qui doit impérativement être atteinte à 2h45. Ensuite, d'autres unités doivent prendre la relève pour continuer l'assaut. Mais les fantassins éprouvent les pires difficultés à avancer et ceux qui atteignent la ligne ont déjà un fort retard. Seule une compagnie atteint ses objectifs au matin du 24 octobre. Pour les Néo-Zélandais situés plus au sud, le barrage d'artillerie est très efficace et les fantassins atteignent sans trop de mal la Red Line. Le 23rd Battalion décide même de continuer avant de se replier. On attend que les artilleurs britanniques règlent leur tir pour pouvoir de nouveau progresser et atteindre la crête de Miteiriya. À 4 heures du matin, les Néo-Zélandais qui ont réussi à atteindre leurs objectifs s'enterrent. Plus au sud, la quatrième nation de l'offensive, les Sud-Africains ont plus de mal. Certaines unités réussissent à atteindre la Red Line, mais la deuxième vague ne peut atteindre ses objectifs. Les Allemands ont mis en place un feu très efficace. Avec l'aide de l'artillerie, ils réussissent à atteindre leur objectif mais l'aube est déjà là. Sur les autres parties du front tenues par les Sud-Africains, la 164e division d'infanterie allemande est bien retranchée et empêche toute avance. Les fantassins sont de plus bloqués par un champ de mines non indiqué. À l'aube, après avoir forcé les positions adverses, les Sud-Africains sont encore à deux kilomètres de leurs objectifs. Le Frontier Force Battalion qui a mené l'assaut a perdu 189 hommes. Tout au sud, la 3rd Brigade réussit à prendre ses objectifs. À l'aube, les Australiens ont atteint 80 % de leurs objectifs, les Néo-Zélandais 90 %, les Sud-Africains+/-30 % et les Écossais seulement 25 %.

Les chars arrivent[modifier | modifier le code]

Chars britanniques à l'assaut des positions allemandes le 24 octobre.

Dès 3 heures du matin, la 9th Armoured Brigade commence à avancer mais est très vite bloquée par un champ de mines et par les Matilda Scorpions qui, ironie du sort, sautent sur les mines qu'ils doivent détruire. D'autres blindés sont détruits et la confusion règne au sein de la brigade. Certains chars arrivent néanmoins à conquérir la crête de Miteiriya avant de perdre 6 Sherman à cause des mines. Le Wiltshire Yeomanry, qui était bloqué par les mines, réussit enfin à avancer en perdant neuf chars de plus et finit par croiser le chemin de la 15e Panzerdivision. Les blindés se replient alors aux abords de la crête toujours tenue par le Warwickshire Yeomanry.

De son côté, la 1st Armoured Division doit avancer jusqu'aux objectifs de l'infanterie (Oxalic Line), puis, progresser de 2 kilomètres vers l'ouest pour empêcher une réaction de l'adversaire face aux Australiens et Écossais. Les Sud-Africains et Néo-Zélandais sont eux soutenus par la 10th Armoured Division. Bien sûr, sur le front écossais, les chars ne peuvent atteindre leurs objectifs et tentent de traverser le champ de mines à travers des couloirs de 8 mètres de large battus par l'artillerie allemande. Se déployant hors des couloirs, des chars sont la cible de canons anti-chars. On le voit, les Alliés sont déjà en difficulté.

Pour la 10th Armoured Division, sur le front néo-zélandais, la progression est au début assez aisée au travers des champs de mines dégagés. Mais, un autre champ qui n'apparaît pas sur les cartes britanniques est repéré et le génie à bien des difficultés à y ouvrir des passages face aux mitrailleuses allemandes. Il est de toute façon trop tard pour espérer que les chars britanniques se faufilent sur les arrières des forces de l'Axe, ils devront affronter à la lumière du jour, les positions défensives très bien placées des Germanos-Italiens. Ainsi, les Sherwood Rangers subissent le feu nourri des batteries anti-char italiennes et dans la confusion du repli, des blindés sautent sur les mines. 16 chars seront ainsi perdus. Le 47th RTR (Royal Tank Regiment) subit, lui aussi, tant de pertes (du fait notamment des 88 mm allemands) qu'il est dissous.

Au soir du 24 octobre, les généraux britanniques sont conscients du fait que les objectifs de l'opération Lightfoot sont loin d'être atteints et que l'opération en elle-même n'a aucune chance de déboucher sur un succès. En fait, il n'y a qu'au sud où le 13th Corps réussit sa mission, immobiliser des troupes ennemies. En fin de compte, le front allemand n'a été nullement percé et les pertes des Britanniques et de leurs alliés commencent à être lourdes.

Du côté allemand, la situation n'est pas non plus des meilleures. En effet, alors que le général Stumme cherchait à prendre contact avec les unités en première ligne, il serait mort d'une crise cardiaque à la suite d'un bombardement qui l'aurait propulsé en dehors du véhicule qui l'emmenait au front sans pour autant que son chauffeur s'en aperçoive. Von Thoma prend alors l'intérim en attendant le retour imminent de Rommel. Il est alors ordonné à la 15e Panzerdivision de reprendre le terrain cédé à l'ennemi. De plus, il va s'avérer possible de rappeler la 21e Panzerdivision et la division blindée Ariete qui était retenues au sud, l'effort britannique n'étant plus très important.

La contre-attaque allemande[modifier | modifier le code]

Contre-attaque de l'Axe le 24 octobre 1942 à 18h

Dès la fin du 24 octobre, la 15e division blindée allemande contre-attaque dans le secteur australien où les blindés du 40th RTR subissent de lourdes pertes. Il faut ajouter à la contre-attaque, le fait qu'un raid aérien anglais a par erreur lâché ses bombes sur les troupes australiennes. Chez les Écossais, les Panzer ont fort à faire avec les chars de la 2nd Armoured Brigade et perdent 26 de leurs blindés. À 22 heures, la 10e division blindée britannique attaque avec la 24e brigade à droite et la 8e brigade à gauche. Le but est la crête de Whiska située en face de la crête de Miteiriya. Une nouvelle fois, les sapeurs sont surpris par la profondeur des champs de mines et subissant le feu allemand, ils n'arrivent pas à ouvrir avec suffisamment de rapidité un chemin. Pendant ce temps, bombardiers allemands et canons anti-char tirent sur les blindés britanniques qui ne peuvent avancer. Après des hésitations, le général Gatehouse, commandant la division, demande à Montgomery l'autorisation de replier ses blindés. Le chef de la 8th Army convoque alors Lumdsen, le chef du Xe Corps à 3 heures du matin et lui demande de faire continuer l'attaque ou alors d'accepter que les chefs de l'arme blindée soient changés[5]. Les blindés tiennent leurs positions, mais c'est un massacre, des dizaines de Grant et Sherman sont détruits. À la suite de cet échec, les Britanniques doutent: comment ont-ils pu échouer avec une telle supériorité numérique ?

L’opération Supercharge[modifier | modifier le code]

Les derniers combats de Lightfoot[modifier | modifier le code]

Échecs britanniques le 26 octobre.

Le 25 octobre marque le retour de Rommel en Afrique. Le 26 octobre, voici un état des pertes :

  • 148 Allemands et 195 Italiens ont été tués ;
  • 495 Allemands et 424 Italiens ont été blessés ;
  • 1 057 Allemands et 1 372 Italiens sont portés disparus (soit prisonniers, soit tués et blessés situés chez les Britanniques).

La 15e Panzerdivision compte 31 chars en état (119 au départ), la 21e Panzerdivision qui a combattu au sud, compte 98 Panzer sur 106 le 23 octobre. La division Ariete n'a perdu que 2 chars et la Littorio en a perdu 56.

Pour les Britanniques, les pertes en blindés s'élèvent à 215 unités et 38 véhicules blindés sont aussi perdus, ce qui est largement supérieur aux pertes de l'Axe. Cependant, ils peuvent compter sur de substantiels renforts. Une nouvelle fois, le 26, les Britanniques échouent face à la 164e division d'infanterie à percer le front allemand. Dans les airs, la RAF a définitivement pris le contrôle. À cette date, c'en est fini de la légendaire domination aérienne de la Luftwaffe. L'arrivée de l'USAAF va changer la donne à l'ouest avec les bombardements stratégiques, et, en URSS, la formidable machine industrielle soviétique va permettre aux avions russes de dominer les airs.

Rommel, malgré les échecs des Britanniques décide néanmoins de rappeler la 21e Panzerdivision au nord et de lancer la 90e division légère dans une contre-attaque qui va s'avérer un échec. Dans ses carnets, Rommel semble pessimiste et évoque même à demi-mots sa propre mort : « Durant ces brèves semaines passées à la maison, j'ai vraiment senti ce que vous et Manfred représentez pour moi. Ma dernière pensée est pour vous deux »[6].

Création du plan[modifier | modifier le code]

Réorganisation des troupes entre les deux offensives

Pendant ce temps, Montgomery met en place un nouveau plan ressemblant à Lightfoot mais baptisé Supercharge (Ce changement a pour but de renforcer le moral des troupes). Une nouvelle fois, l'offensive aura lieu au nord. Sur le front, à l'exception des Australiens, plus personne ne se bat et la 2e division d'infanterie néo-zélandaise, la 1st Armoured Division et 9th Armoured Brigade sont retirées du front. Pour combler ces départs, on étend les positions des Sud-africains et de la 4e division d'infanterie indienne. De plus, le front sud est de plus en plus déserté, la 7th Armoured Division ainsi que les 151e, 152e et 131e brigades d'infanterie appartenant aux 50e et 44e division d'infanterie sont envoyées au nord pour renforcer notamment les Néo-zélandais qui ont perdu beaucoup d'hommes. C'est aux hommes du général Pierre Kœnig de tenir l'extrême sud du front, face aux parachutistes de la brigade Ramcke.

Au départ, le plan consistait à frapper au nord, là où sont postés les Australiens qui mènent une guerre d'usure, mais l'arrivée massive de renforts allemands dans cette zone incite Montgomery à abandonner ce plan initial. Il préfère attaquer un peu plus au sud, au niveau des positions tenues par les divisions d'infanterie italiennes, dont la faible valeur combative est encore diminuée par le départ des Allemands pour le nord. En outre, une fois la ligne percée, le 10th Corps pourra envelopper les unités allemandes présentes plus au nord grâce notamment à la piste de Sidi Abd el Rahman. Au tout début, les Australiens devront attaquer le saillant existant dans le front britannique à la suite de l'opération Lighfoot, là où se situait l'ancien objectif des forces écossaises. Cela confortera Rommel dans son idée que c'est bien l'extrême nord qui est menacé.

Ensuite, après cette attaque préliminaire, pour lancer l'assaut sur les positions italiennes, trois brigades de la 51e division plus trois autres de la 50e d'infanterie sont chargées de percer sur 4 kilomètres les défenses adverses afin d'atteindre la piste de Rahman et la crête d'Aqaqir. Au sud, la 133rd Brigade et au nord le 22e bataillon maori attaqueront sur les flancs. 38 chars sont gardés en réserve pour soutenir l'infanterie en cas de problème. De nombreuses pièces d'artillerie sont concentrées sur le front d'attaque et commenceront leurs tirs à 1h05. De plus, des bombardiers auront pilonné les Italiens durant 7 heures. À 4h00 précises, l'objectif doit être atteint, la première vague sera alors relevée par la 9e brigade blindée qui aura pour but la prise de la crête d'Aqaqir. La 1st Armoured Division et 8th Armoured Brigade seront alors lancées à l'assaut du terrain libre, une fois le front percé, pour empêcher les Germano-Italiens de se rétablir. Contrairement à Lightfoot, les blindés seront engagés plus tôt car l'infanterie a déjà subi des pertes substantielles. Ainsi, la 9th Brigade devra attaquer les positions d'artillerie adverses, ce qui risque d'engendrer des pertes énormes, mais Montgomery se dit prêt à accepter des pertes de 100 %[7].

L'attaque australienne[modifier | modifier le code]

Début de l'opération Supercharge : assaut des Australiens contre Thompson Post.

L'offensive australienne constitue en quelque sorte la passerelle entre Lightfoot et Supercharge, elle doit gommer les imperfections de la première et assurer le bon développement de la seconde. Elle commence par l'assaut d'un poste défensif allemand appelé Thompson Post. Il est composé de tranchées abritant des nids de mitrailleuses et couvertes par un champ de mines. La défense du poste est assurée par le 125e régiment d'infanterie allemand et le 11e bataillon de Bersaglieri. Le plan d'attaque australien prévoit la prise par la 20th Brigade de deux collines à proximité du poste lui-même, la 26th Brigade devant pour sa part capturer la redoute pour accéder à la route côtière et isoler des unités allemandes. Des chars Valentine provenant de la 23rd Brigade devront les soutenir. L'assaut a lieu à 22h le 28 octobre. Les Australiens ne rencontrent aucun ennemi, mais les blindés ont fort à faire avec un champ de mines. Une des collines est capturée peu avant le lever du jour, ce qui interrompt l'offensive.

Il faut attendre la nuit du 30 au 31 pour revoir les Australiens attaquer. Ils arrivent avec l'aide de l'artillerie au pied de Thompson Post, mais subissent le feu de l'artillerie allemande. À 1 heure du matin, les Britanniques déclenchent un tir de barrage sur les canons allemands. Les fantassins tentent d'avancer, mais ils sont tués par les obus de mortiers, les mitrailleuses et les mines. Devant la confusion qui s'ensuit, le repli est ordonné. Des dizaines d'hommes ont été perdus. Les Australiens ne sont pas parvenus à atteindre la mer, Rommel continue pour tenir le saillant à y envoyer des armes anti-char. À 12h30, le 31 octobre, les Allemands lancent une contre-attaque à l'aide de la 21e division blindée qui ravage les chars de la 23rd Brigade avant de se retirer. Durant la nuit, les Allemands réussiront finalement à repousser les Australiens plus au sud. Mais le gros de l'attaque va bientôt arriver et cette offensive a déporté une grande partie des forces allemandes au nord[8].

La bataille[modifier | modifier le code]

Le début de l'attaque se passe sans difficultés, les défenses adverses ayant été terriblement affaiblies par le pilonnage de l'aviation et de l'artillerie. Sur les côtés, les troupes progressent sans trop de difficultés, les pertes les plus lourdes ont lieu au centre, les unités allemandes et italiennes ne se repliant pas. Mais les objectifs sont atteints à l'heure et la 9th Armoured Brigade est prête à attaquer. Cependant, il règne une certaine confusion dans l'unité, ce qui fait que seuls 94 chars sur 132 arrivent à attaquer[9]. Le retard pris sur l'horaire fait que la nuit se termine et bientôt, les chars vont être repérables. Progressant légèrement en arrière du barrage d'artillerie, les Britanniques approchent de la Piste du Télégraphe. Les Allemands réussissent néanmoins à faire subir des pertes sensibles aux Britanniques en détruisant leurs camions, ce qui empêche l'infanterie de soutenir les blindés. Peu après 6 h, les Britanniques ont entamé les positions allemandes malgré (comme toujours) la présence de mines. Dès que le jour fait son apparition, les Allemands peuvent régler leurs tirs et causent une hécatombe de différents chars anglais. Les Crusader au canon de 40 mm sont les premiers à succomber, leur armement étant bien trop léger. Devant le feu des canons antichars allemands et italiens (il y a des 88 mm), la brigade blindée subit très vite des pertes importantes et doit, de plus, encaisser la contre-offensive des blindés des 15e et 21e divisions de Panzer. Pris de flanc, les rares survivants britanniques se replient ; sur les 94 chars de l'attaque, 75 sont détruits[10].

L'attaque du 2 novembre 1942

Pour ce qui est de la 2nd Armoured Brigade qui doit conquérir la crête d'Aqaqir, l'affaire se présente plutôt mal, elle est en retard. Le chemin qui mène à la crête est de plus encombré de véhicules en tout genre. Les quelques survivants de la 9th brigade les informent du massacre qu'ils ont subi, massacre inutile car l'état-major britannique, devant la réaction de Rommel qui envoie ses blindés, ne peut se résoudre à lancer une bataille trop tôt. De son côté, Rommel n'est pas optimiste, la percée de l'infanterie lui a causé du souci, il estime que sa contre-attaque n'est pas suffisante et il craint une bataille à l'est de la crête d'Aqaqir, seul endroit où la brèche anglaise possède encore une certaine profondeur. Montgomery voulait cette bataille à l'ouest de la crête.

Le 2 novembre 1942[modifier | modifier le code]

Montgomery observe la bataille depuis son char

Après une longue hésitation due au tir de barrage allemand, au massacre qu'a subi la 9e brigade et à l'amas des troupes blindées allemandes, les Britanniques décident de ne pas lancer à l'assaut la 2nd Armoured Brigade contrairement aux ordres de Montgomery et de son état-major. Lumsden, chef du 10e Corps ne peut se résoudre à accepter un nouveau massacre. Fisher, le chef de la brigade, reste sur ses positions dans la brèche, ce qui empêche la 8th Brigade d'avancer. Devant cet amoncèlement de véhicules, Rommel va tenter de contre-attaquer pour causer un massacre en réunissant ses derniers blindés et en demandant l'aide de l'aviation, notamment des bombardiers en piqué Stuka. Mais la supériorité de la RAF est depuis longtemps acquise et la Luftwaffe ne peut attaquer les troupes au sol qui subissent néanmoins le tir des canons de 88 mm toujours aussi efficaces jusqu'à ce que les aviateurs britanniques les contraignent à cesser le feu. Les blindés italiens attaquent aussi, mais ils subissent de lourdes pertes, que ce soit face à l'artillerie, aux chars ou aux avions. Pour défendre le front en danger, Rommel rappelle la division Ariete et le 125e régiment de PanzerGrenadier. Les Germano-Italiens tiennent, les Britanniques n'avancent pas et subissent de lourdes pertes mais, dans cette guerre d'usure, le gagnant n'est pas celui qui perce ou qui résiste mais bien celui qui a le plus de réserves. Or, les Allemands se retrouvent bientôt à court de munitions et d'essence, le ravitaillement par voie maritime est très faible, la Royal Navy est maîtresse des mers. De plus, à force d'être engagés, les Panzer ont des pertes, il n'en reste plus à la fin du 2 novembre que 35 disponibles[11], plus ceux en réparation.

Chez les Britanniques, malgré la perte de plus de 150 chars, les réserves sont importantes et les 8th et 22nd Brigade (appartenant à la 7e division blindée) ont des effectifs quasi complets qui excèdent de loin les effectifs allemands. En cumulant tous les chars, la 8th Army en a plus de 300 contre guère plus de 50 aux Germano-Italiens (100 avec les chars médiocres de la division Ariete). De plus, des automitrailleuses britanniques ont réussi à se faufiler sur les arrières des forces de l'Axe au sud-ouest du saillant[11]. Les Italiens les prennent pour des Allemands et ces derniers pour des Italiens, voici comment un chef de char décrit la situation :

« Ils nous regardent de très près, aperçoivent nos bérets, puis se retirent vivement de quelques mètres, marquent une pause comme s'ils ne croyaient pas leurs yeux et s'approchent à nouveau pour vérifier[12] »

Les Britanniques profitent de la situation pour désorganiser le système de communications de l'adversaire. Pour les soutenir, Montgomery envoie de l'infanterie qui capture de nombreux prisonniers parmi la division italienne Trieste. Le général Lumsden prévoit une attaque de chars en direction de la crête d'Aqadir mais un ordre de "Monty" l'oblige à lancer à l'aube du 3 novembre l'infanterie (2e et 7e brigades de fusiliers ainsi que le 2e Corps Royal des fusiliers). Les 2e et 7e brigades de fusiliers se font repousser par des mitrailleuses ; le 2e Corps Royal tient malgré sa position inconfortable.

La percée[modifier | modifier le code]

Début du repli de Rommel le 3 novembre.

Mais, Rommel n'a plus de réserves, il ne peut contre-attaquer et doit maintenant penser à se replier en comptant sur la lenteur de réaction des Britanniques. Il ordonne donc à ses troupes de commencer à se replier notamment au nord. Il voulait battre en retraite jusqu'à Fouka. L'infanterie était transférée vers l'ouest en camion sous le couvert des Italiens. Ces derniers faute de moyens de transport devaient se replier à pied. Pour le chef de l'Afrikakorps, il faut non seulement abandonner la position d'El Alamein, mais s'il veut sauver l'Afrikakorps, il commence à penser qu'il doit se replier en Europe. Pour Hitler, une telle proposition est inacceptable. Il ordonne à Rommel de tenir ses positions. Hésitant, il obéit finalement. Il existe aujourd'hui plusieurs explications sur ce message, interprété par Rommel comme un ordre d'arrêt auquel il va se soumettre. Il semblerait qu'Hitler a adressé ce message radio pour regonfler le moral de son maréchal favori et non pour qu'il se sacrifie sur place[13].

Face à ce début de repli, l'aviation allemande fait tout son possible pour empêcher les bombardiers de la RAF de bombarder les colonnes en repli. À terre, il est ordonné aux 1er et 7e divisions blindées de s'engouffrer dans le saillant ouvert par les automitrailleuses et de foncer vers la mer pour encercler une partie des forces de Rommel. Auparavant, l'infanterie et des Valentine tentent d'élargir le passage mais subissent des lourdes pertes. Finalement, l'arrivée de la 11e brigade indienne permet de capturer 200 soldats allemands retranchés sur la crête d'Aqaqir. Mais il est trop tard, les Allemands ont commencé à se replier.

La poursuite[modifier | modifier le code]

Disposition des troupes de l'Axe après l'ordre d'Hitler de rester sur place au soir du 3 novembre. On voit que le Deutsche Afrikakorps tient la position devant le saillant, la division Ariete se trouve au sud.

Pour l'Afrikakorps c'est la fin, le repli est inévitable et l'ordre de Hitler de résister ne peut empêcher la fin de l'Afrikakorps. Certains veulent résister, mais, Rommel sait que rien ne peut arrêter les Britanniques[8]. Il envoie son aide de camp, le lieutenant Berndt à Berlin pour faire changer Hitler d'avis. Pendant, ce temps (nuit du 3 au 4 novembre), l'Afrikakorps est placé en arc de cercle autour du saillant britannique, la division blindée Ariete italienne avec ses 100 chars M13/40 sont les derniers blindés de Rommel, mais ils sont déjà trop vieux. Les Britanniques, malgré des pertes avoisinant les 500 chars, conservent encore 600 chars. À l'aube du 4 novembre, la 2e brigade blindée et les survivants de la 7e brigade motorisée s'avancent vers les défenses allemandes à l'ouest de la crête d'Aqaqir. Les troupes allemandes sont commandées par le général von Thoma qui use de ses derniers 88 pour détruire quelques chars adverses. Les Britanniques décident d'utiliser l'artillerie pour détruire les positions adverses. Les troupes de la 1st Armoured Division s'avancent sur le champ de bataille. Les blindés rencontrent alors la résistance d'un Panzer III qui finit par se rendre. Les Anglais découvrent avec surprise qu'il abrite le général von Thoma. Il est amené au général Montgomery[14]. Les Écossais et les Indiens peuvent percer avec l'aide de blindés, bientôt suivis par les Néo-zélandais[15]. Le front est percé, les chars alliés vont pouvoir surgir sur les arrières de l'Axe.

Pendant ce temps, les Italiens de la division Ariete voient arriver les unités de la 7e division blindée, les Deserts Rats qui avancent avec l'aide de l'artillerie. La 22nd Armoured Brigade détruit un par un les chars survivants. Les Britanniques percent au sud de la position italienne, ces derniers sont tournés et anéantis. Le XXe Corps Italien est détruit, c'est un nouveau coup dur pour Rommel. Malgré la résistance le long de la côte de la 90e division légère, les Germano-Italiens sont vaincus et leur centre est percé. Cette brèche de 20 kilomètres menace de destruction les troupes situées au sud. Rommel ne peut se résoudre à tenir,, mais il hésite encore. C'est finalement l'arrivée du Maréchal Kesselring qui le décide à ordonner à nouveau la retraite à 15 h 30 le 4 novembre à l'ensemble des forces de l'Axe de se replier. Au nord, on s'enfuit par camions, mais, au sud, les éléments motorisés sont rares. Coupées du reste de l'Afrikakorps, les troupes de la brigade Ramcke et de la division Folgore (seules unités restantes du XXe Corps) et les divisions Pavia et Brescia (Xe Corps) doivent s'enfuir par leurs propres moyens. Rommel va tenter de les incorporer à Fouka à 100 kilomètres à l'ouest d'El Alamein. Une nouvelle fois, il compte sur la lenteur des Britanniques. Ainsi, au soir du 4 novembre, les troupes alliées bivouaquent au lieu de poursuivre leur adversaire. Lorsque des renseignements arrivent au QG de la 8e Armée, l'état-major décide de poursuivre l'Afrikakorps à partir du 5 novembre en direction de la côte pour capturer les troupes allemandes.

Ultime offensive britannique, on voit que la division Ariete est tournée au sud et donc encerclée. Les autres troupes arrivent à progresser sauf les Australiens.

De Fouka à Solloum en passant par Marsa Matruh[modifier | modifier le code]

La 2nd Armoured Brigade avance le lendemain en direction d'El Daba pour foncer ensuite vers Fouka, mais, elle est bloquée par un canon de 88 mm qui tue notamment le capitaine Singer qui avait capturé von Thoma. La brigade attaque par le sud tandis que la 7e brigade motorisée attaquera par l'est. 150 hommes et le canon sont capturés. Il est déjà plus de midi. La seule unité à intercepter des ennemis est la 8e brigade blindée qui atteint Galal. Des troupes disparates sont capturées. Peu après, une colonne importante arrive et, au terme d'un combat intense, les Britanniques détruisent 14 Panzer et 29 chars italiens. 1 000 hommes sont capturés[16]. Arrivé à Fouka, Rommel n'y trouve aucune position défensive et les Germano-Italiens sont désorganisés ; il décide de battre en retraite jusqu'à Marsa Matrouh.

Au matin du 6 novembre, la situation de la Panzerarmee est tragique. Depuis les combats de la veille, il n'y a plus que 12 Panzer en état de se battre. Les Italiens mènent des combats d'arrière-garde, mais certains se font capturer par les Britanniques et beaucoup d'unités sont dispersées. Les Allemands, par contre, gardent un semblant d'ordre. L'essence vient à manquer et la 21e Panzerdivision tombe en panne de carburant durant sa fuite vers Marsa Matruh. Poursuivis par les chars de la 22nd Armoured Brigade, les derniers Panzer sont immobilisés. Ils sont sauvés par le Kampfgruppe Voss chargé de protéger l'arrière-garde et qui tombe sur les arrières britanniques ; surpris, ceux-ci doivent battre en retraite. Mais le problème de l'essence restant, les Panzer sont sabordés et seuls les véhicules légers peuvent continuer de se replier. À Marsa Matruh c'est une lutte entre Allemands pour savoir qui aura de l'essence mais à Benghazi, 4 000 tonnes de carburants viennent d'arriver par mer (un exploit). Malgré des pertes dues à l'aviation, la moitié arrive à Solloum. Seuls quatre Panzer sont encore là avec une dizaine de M13/40. Le 7 novembre, Ramcke et 600 de ses parachutistes, venus des confins du sud, arrivent à la rencontre des troupes de Rommel. 450 hommes ont été perdus en route. Ils avaient dû capturer des camions de ravitaillement aux Britanniques. Belle action de cette troupe d'élite, mais sans grande utilité pour Rommel, eux aussi voudraient leur part d'essence.

Le 8 novembre 1942, la Panzerarmee Afrika se replie vers Solloum en passant par les cols de Halfaya, ce qui signifie un ralentissement dans le retrait. Les Britanniques ont décidé de ne pas contourner la position par le sud, mais, ils peuvent réaliser un massacre si les Allemands sont surpris pendant leur traversée des cols. Ainsi, le XXe corps italien soutenu par les quatre Panzer survivants doivent garder la passe de Halfaya et la 90e division légère continue à mener des combats de retardement à l'arrière des troupes germano-italiennes. À son arrivée à Solloum, Rommel ne compte plus que sur 2 000 soldats allemands, à peine plus d'Italiens, 15 canons antichars, même pas 50 canons de campagne. La réserve se compose de 3 500 soldats dont 500 Italiens. Les forces blindées se composent de 11 Panzer et 10 chars italiens. Enfin, la réserve en artillerie se compose de 75 canons de tous types. Voilà ce qui reste de la glorieuse armée d'Afrique. Elle ne doit son salut qu'à la lenteur des Britanniques qui ne pourront surprendre les troupes de Rommel dans le passage de Halfaya. À l'aube du 9 novembre, l'ensemble des troupes est passé, la 90e division légère s'y engouffre et en débouche à midi. Les sapeurs du général Büllowius sont les derniers à passer et font sauter la route[17]. À la fin de la journée, les avants-gardes britanniques arrivent, elles appartiennent à la 4e brigade blindée, mais, tombent sur une route impraticable et quelques mines détruisent des chars. Plusieurs jours seront nécessaires pour remettre en état la route. Mais Rommel doit déjà penser à battre en retraite en Tunisie, l'opération Torch a été mise en place, les Anglo-saxons arriveront bientôt de l'ouest pour bloquer la route aux dernières troupes.

Bilan[modifier | modifier le code]

Au terme d'une longue bataille et malgré des pertes excédant les 500 chars, Montgomery a pu, grâce à ses réserves, percer le front de Rommel qui ne disposait pas de plus de 100 Panzer. Le ravitaillement étant coupé par le « porte-avions » maltais, la logistique ne pourra suivre Rommel dans son ultime tentative de résistance.

Le temps était fini où l'OKW rêvait de voir le drapeau à croix gammée flotter sur Alexandrie, les blindés du Renard du Désert pénétrer dans le Moyen-Orient riche en pétrole, les troupes allemandes venant du Caucase les rejoindre pour se diriger à travers l'Iran et l'Afghanistan vers l'Inde et faire la jonction avec l'Empire du Soleil Levant.

En quelques mois, les Allemands vont être écrasés à Stalingrad et repoussés d'Égypte. Comble du désastre, le 8 novembre 1942, Américains et Anglais débarquent en Algérie et au Maroc.

Certaines colonies françaises rejoindront de Gaulle dans sa lutte contre l'Allemagne nazie et l'Italie mussolinienne agonisante qui verra sa dernière possession africaine, la Libye, être envahie. Bientôt, le régime fasciste sera renversé, les Allemands perdront leur principal allié qui les avait entraînés en Afrique.

Mais, Hitler avait une vision trop continentale, il n'a pas vu en cette guerre du Désert les profits que pourraient en tirer les Allemands et le génie de Rommel ne put faire la différence. Le temps des défaites et de la retraite avait commencé pour les Allemands ; ils verront deux ans plus tard les troupes britanniques aux frontières du Troisième Reich.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Grandes batailles, Richard Holmes,p.210
  2. LEs Grandes Batailles, Richard Holmes, p.210
  3. Hanns Gert von Esebeck, Afrikanische Schicksalsjahre, p.278
  4. La Seconde Guerre mondiale, campagnes et batailles, Philippe Masson,p. 195
  5. Opération Supercharge, HS Militaria Magazine, Yves Buffetaut
  6. La guerre sans haine, Erwin Rommel, p.62
  7. Opération Supercharge, HS Militaria Magazine, p.124, Yves Buffetaut
  8. a et b Traduction automatique de la page 'The battle of El Alamein' (V.O. (en) accessible).
  9. Barr, Niall. pg. 387
  10. Militaria n°16, Yves Buffetaut, p.128
  11. a et b Les Grandes Batailles, Richard Holmes, p.209
  12. El Alamein, Lord Carver, Bastford, p. 168
  13. Cédric Mas, La bataille d'El Alamein, p.109
  14. James Lucas, War in The Désert, p. 255
  15. La Seconde Guerre mondiale, Pierre Miquel, p. 364
  16. Militaria, Hors Série n°16, Yves Buffetaut, p.156
  17. Militaria, Hors Série n° 16, Yves Buffetaut, p. 161

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Filmographie[modifier | modifier le code]

La dure réalité des affrontements du désert, vue du côté de la division Folgore, est présentée dans le film italien El Alamein d'Enzo Monteleone, sorti en 2002. Les étapes clef de cette guerre ont été retracées comme arrière- plan historique du film "Alexandrie pourquoi?" (1979) du réalisateur égyptien Youssef Chahine (1926-2008).

Sources[modifier | modifier le code]

  • Yves Buffetaut (dir.), Militaria Magazine, « La guerre du désert (tome IV): Opération Supercharge », hors série n°16.
  • Cédric Mas, Juin-novembre 2012 : la bataille d'El Alamein, Paris, Uniformes & Heimdal,‎ 2012, 1e éd. (ISBN 978-2-84048-341-0)
  • Richard Holmes, Les Grandes Batailles, Fernand Nathan, 1978, 251 pages.
  • Robert de Kersauson, « Les Forces françaises libres dans la bataille d’El-Alamein », Revue de la France Libre, n° 31, septembre-octobre 1950.
  • Benoît Lemay, Erwin Rommel, Perrin, 2009, 518 pages (ISBN 2262024529).
  • Erwin Rommel, La Guerre sans haine (carnets présentés par B. H. Liddell-Hart), Amiot-Dumont, 1952.
  • Cédric Mas, "Rommel", éditions Economica, collection Guerres & Guerriers, Paris 2014 (ISBN 978-2717866483).
  • Daniel Feldmann et Cédric Mas, Montgomery, Paris, éditions Economica, coll. « Guerres & guerriers »,‎ 21 mai 2014 (ISBN 978-2717866995)