Sean Carroll

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sean Carroll

Sean M. Carroll, né le 5 octobre 1966 à Philadelphie, est un astronome américain, chargé de recherche au département de physique du California Institute of Technology (Caltech). C'est un théoricien de la cosmologie, spécialiste de l'énergie sombre et de la relativité générale. Il contribue également au blog de physique Cosmic Variance[1] , et il a publié des articles dans des revues et journaux scientifiques tels que Nature, Seed, Sky & Telescope, et New Scientist. Décrit comme doué pour la communication scientifique[2], il est l'auteur de Spacetime And Geometry, un manuel d'étudiant portant sur la relativité générale. Il a encore enregistré un ensemble de conférences pour la Teaching company intitulé : Dark Matter, Dark Energy: The Dark Side of the Universe (Matière sombre, énergie noire, le côté sombre de l'univers). Son dernier livre, sorti en janvier 2010, porte sur la flèche du temps et s'intitule From Eternity to Here[3] (Depuis l'éternité jusqu'à ici).

Parcours[modifier | modifier le code]

Carroll a obtenu un doctorat en astronomie et astrophysique en 1993, à l'université Harvard, ou son directeur de thèse était George Field. Sa thèse était intitulée Cosmological Consequences of Topological and Geometric Phenomena in Field Theories (Conséquences cosmologiques des phénomènes topologiques et géométriques des théories des champs. Il a été chercheur post-doctorant au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et au Institut Kavli de Theoretical Physics à l'université de Californie à Santa Barbara, et professeur assistant à l'université de Chicago jusqu'à 2006, lorsque sa titularisation lui fut refusée.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Carroll est marié à Jennifer Ouellette, la directrice du programme Science and Entertainment Exchange[4] de l'Académie des sciences américaine de coopération entre le monde scientifique et l'industrie du spectacle.

Recherches[modifier | modifier le code]

Carroll a travaillé sur un grand nombre de sujets théoriques portant sur les domaines de la cosmologie, de la gravitation et de la théorie des champs. Ses publications comportent des modèles et contraintes expérimentales des violations de l'invariance de Lorentz, l'apparence d'une courbe de type temporelle fermée en relativité générale, les variétés de défauts topologiques en théorie des champs, et la dynamique cosmologique des dimensions spatio-temporelles supplémentaires. Ces dernières années (2010), il a énormément écrit sur des sujets comme les modèles d'énergie sombre et ses interaction avec la matière ordinaire, et avec la matière noire, de même que sur les modifications de la relativité générale en cosmologie.

Carroll a également travaillé sur le problème de la flèche du temps. Avec la chercheuse en cosmologie Jennifer Chen, ils soutiennent que le Big Bang ne s'est pas produit comme résultat d'un évènement unique, l'ensemble de la matière et de l'énergie de l'univers étant issus d'une singularité à l'origine des temps, mais plutôt comme l'un parmi plusieurs évènements d'inflation cosmique résultant de fluctuations quantiques de l'énergie du vide dans un espace de Sitter froid. Carroll et Chen affirment que l'âge de l'univers est infini, mais qu'il n'atteindra jamais l'équilibre thermodynamique puisque l'entropie augmente continuellement du fait de la diminution de la densité de matière et d'énergie imputable aux inflations cosmiques récurrentes. Ils soutiennent que l'univers est « statistiquement symétrique du point de vue temporel » dans la mesure où il contient une égale progression du temps "à la fois en avant et en arrière"[5],[6],[7].

Depuis l'éternité jusqu'à ici[modifier | modifier le code]

Carroll a publié en janvier 2010 un livre de cosmologie populaire[8]. Il remet en cause un principe fondamental de physique : la flèche du temps.

Convictions religieuses[modifier | modifier le code]

Carroll affirme publiquement son athéisme, en soutenant que la pensée scientifique mène inévitablement à une vison du monde matérialiste[9],[10]. Il a décliné une invitation pour donner une conférence sponsorisée par la Fondation John Templeton, parce qu'il ne voulait pas paraître soutenir une réconciliation entre la science et la religion[11]. En 2004, avec Shadi Bartsch, ils ont donné un cours pour des élèves de licence à l'université de Chicago sur l'histoire de l'athéisme[12].

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://blogs.discovermagazine.com/cosmicvariance/
  2. [1]
  3. Preposterousuniverse.com
  4. http://www.jenniferouellette-writes.com/bio.html
  5. Sean M. Carroll, Jennifer Chen, "Spontaneous Inflation and the Origin of the Arrow of Time" (Inflatio spontanée et l'origine de la flèche du temps)
  6. Adam Frank, "3 Theories That Might Blow Up the Big Bang" (Des théories qui peuvent détruire celle du Big Bang, Discover, avril 2008, pages 57-58
  7. Harold Henderson, The Cosmic Jiggle (Le Tremblement cosmique), Chicago Reader, 12 août 2005, page 14
  8. From Eternity To Here: The Quest for the Ultimate Theory of Time (Depuis l'éternité jusqu'à Ici : la quête d'une théorie ultime du temps)
  9. Why Almost All Cosmologists Are Atheists (Pourquoi presque tous les cosmologistes sont athées ?)
  10. The God Conundrum (L'énigme Dieu) sur le blog Cosmic Variance
  11. Purity of Essence sur le blog Preposterous Universe
  12. Page web du cours Moments in Atheism

Liens externes[modifier | modifier le code]