Scott Turow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Scott Turow

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Scott Turow (janvier 2008)

Nom de naissance Scott Frederick Turow
Activités Romancier, avocat, essayiste
Naissance 12 janvier 1949 (65 ans)
Chicago, Illinois, Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d'écriture Anglais américain
Genres Roman, essai

Œuvres principales

Scott Turow, né le 12 avril 1949 à Chicago[1], est un avocat et écrivain américain. Il a écrit une dizaine de livres qui ont été vendus à plus de 25 millions d'exemplaires dans une vingtaine de langues[2]. Il collabore à plusieurs périodiques américains, tels le New York Times, le Washington Post, Vanity Fair, The New Yorker, Playboy et The Atlantic[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît à Chicago dans une famille d'origine russe et de tradition juive[3]. Il fréquente la New Trier High School (en), puis le Amherst College, dont il est diplômé en 1970. Il est « Frère » (Brother) de la société littéraire d'Alpha Delta Phi. Il reçoit une bourse Edith Mirrielees du Creative Writing Center de l'université Stanford, qu'il fréquente de 1970 à 1972. En 1971, il épouse la peintre Annette Weisberg ; le couple se divorce 35 ans plus tard.

Il devient par la suite un Jones Lecturer (en) à Stanford, poste qu'il occupe jusqu'en 1975. À ce moment, il entre à la Faculté de droit de Harvard. En 1977, il écrit One L, un livre racontant sa première année à la faculté de droit.

En 1978, il reçoit son Juris Doctor (J.D.). Il devient par la suite procureur adjoint des États-Unis à Chicago. À ce poste, il s'occupe de plusieurs dossiers de corruption dont celui de fraude fiscale du procureur général de l'État de l'Illinois William J. Scott[4]. Turow est également procureur principal de l'Opération Greylord (en) relative à la corruption judiciaire dans le comté de Cook de l'état de l'Illinois.

Il démissionne du bureau du procureur général en 1986 pour se consacrer à l'écriture. Il publie des thrillers judiciaires, notamment Présumé innocent, Le Poids de la preuve, Je plaide coupable et Dommage personnel. Ce dernier titre est désigné meilleur roman de fiction de 1999 par le magazine Time. Ces quatre livres deviennent des bestsellers et méritent à Turow de nombreux prix littéraires, dont le Silver Dagger Award de la Crime Writers' Association.

En juin 1990, Turow fait la une du magazine Time[5]. En 1995, l'auteur canadien Derek Lundy publie une biographie de Scott Turow intitulée Scott Turow: Meeting the Enemy[6].

À la même époque, Turow est partenaire de la firme Dentons. Il y traite de la plupart de ses affaires pro bono, dont l'une qui mènera à la libération de Alejandro Hernandez (en), qui a passé 11 ans dans le couloir de la mort. Il a également été nommé par l'ex-gouverneur George Ryan membre d'une commission chargée d'étudier la réforme de la peine de mort dans l'état de l'Illinois[7]. De 1997 à 1998, Turow est membre de l'U.S. Senate Nominations Commission du district nord de l'Illinois (en), qui recommande la nomination des juges fédéraux[8].

En 2010, il est élu président de l'Authors Guild (en)[9]. Il s'y distinguera pour son militantisme pour une application ferme du copyright et sa position anti-ebook[10].

En 2011, il rencontre le professeur Lawrence Lessig afin de discuter de réformes politiques incluant, notamment, la refonte de la Constitution des États-Unis[11],[12].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Presumed Innocent (1987)
    Publié en français sous le titre Présumé Innocent, traduit par Jean Clem, Paris, Albin Michel, 1988 ; réédition, Paris, J'ai lu no 2787, 1990
  • The Burden of Proof (1990)
    Publié en français sous le titre Le Poids de la preuve, traduit par Bernard Blanc, Paris, Albin Michel, 1991 ; réédition, Paris, J'ai lu no 3505, 1993
  • Pleading Guilty (1993)
    Publié en français sous le titre Je plaide coupable, traduit par Jean Guiloineau, Paris, Albin Michel, 1995 ; réédition, Paris, Le Livre de poche no 17019, 1997
  • The Laws of Our Fathers (1996)
    Publié en français sous le titre La Loi de nos pères, traduit par Stéphane Carn, Paris, Jean-Claude Lattès, « Suspense et Cie », 1998 ; réédition, Paris, Le Livre de poche no 17117, 2000
  • Personal Injuries (1999)
    Publié en français sous le titre Dommage personnel, traduit par Stéphane Carn, Paris, Jean-Claude Lattès, « Suspense et Cie », 2000 ; réédition, Paris, Le Livre de poche no 17244, 2002
  • Reversible Errors (2002)
    Publié en français sous le titre Ultime Recours, traduit par Stéphane Carn, Paris, Jean-Claude Lattès, 2003 ; réédition, Paris, Le Livre de poche no 37097, 2005
  • Ordinary Heroes (2005)
    Publié en français sous le titre Le Silence des héros, traduit par Stéphane Carn, Paris, Jean-Claude Lattès, 2006 ; réédition, Paris, J'ai lu no 8640, 2008
  • Limitations (2006)
    Publié en français sous le titre L'Angoisse du juge, traduit par Stéphane Carn, Paris, Jean-Claude Lattès, 2008
  • Innocent (2010)
    Publié en français sous le titre Innocent toujours, traduit par Stéphane Carn, Paris, Jean-Claude Lattès, 2010 ; réédition, Paris, J'ai lu no 9569, 2011
  • Identical (2013)

Anthologies[modifier | modifier le code]

  • Guilty As Charged, 1996 (comme éditeur)
    Publié en français sous le titre Présumés coupables, traduit par Jean Rosenthal, Paris, Albin Michel, 2001
  • The Best American Mystery Stories, 2006 (comme éditeur)

Essais[modifier | modifier le code]

  • One L, 1977 (récit autobiographique)
  • Ultimate Punishment: A Lawyer's Reflections on Dealing with the Death Penalty, 2003
  • Hard Listening, juillet 2013, comme coauteur. Un livre interactif traitant de sa participation au groupe the Rock Bottom Remainders[13].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Scott Turow » (voir la liste des auteurs)

  1. (en) « Scott Frederick Turow », Cookcountyclerk.com,‎ 2009 (consulté le 6 mars 2014)
  2. a et b (en) « Scott Turow », Hachette
  3. Macdonald et Macdonald 2005, p. 2.
  4. (en) Times Wire Services, « William J. Scott of Illinois Dies; Tax Fraud Halted Political Rise », Los Angeles Times,‎ 25 juin 1986
  5. (en) « Burden of Success », TIME, vol. 135, no 24,‎ 11 juin 1990 (lire en ligne)
  6. (en) Derek Lundy, Scott Turow : Meeting the Enemy,‎ 1995, 159 p. (présentation en ligne)
  7. Le rapport de cette commission, ainsi que la liste de ses membres, sont disponibles en ligne : (en) « Report of the Governor’s Commission on Capital Punishment, George H. Ryan, Governor, April 15, 2002 »
  8. Macdonald et Macdonald 2005, p. 25.
  9. (en) Motoko Rich, « Scott Turow Elected President of the Authors Guild »,‎ 28 avril 2010
  10. (en) « Authors Guild's Scott Turow: The Supreme Court, Google, Ebooks, Libraries & Amazon Are All Destroying Authors », Techdirt
  11. (en) James Warren, « Let’s Do Something About Privilege, Donors, Corporations and the Constitution », The New York Times,‎ 10 décembre 2011
  12. Second Constitution Convention of the United States
  13. (en) « Hard Listening »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Andrew F. Macdonald et Gina Macdonald, Scott Turow : a critical companion, Greenwood Publishing Group,‎ 2005, 259 p. (présentation en ligne) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]