Scott Peterson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scott et Peterson.
Scott Peterson

Scott Lee Peterson (né le 24 octobre 1972 à San Diego, en Californie) est un ancien représentant en engrais, déclaré coupable du meurtre de sa femme, Laci Peterson, et de son enfant non encore né. Cette affaire domina les médias américains pendant de nombreuses semaines. Le 16 mars 2005, Peterson fut condamné à la peine capitale, et il est actuellement incarcéré dans le couloir de la mort de la prison d'État de San Quentin, en Californie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Scott Peterson est né à San Diego, en Californie. Son père travaillait pour une entreprise de transport routier avant de devenir propriétaire d'une société d'emballage. Sa mère possédait une petite boutique à Modesto, sous l'enseigne « The Put On ». Pendant son passage à l'University of San Diego High School, il travailla comme cadet à un cours de golf local, et participa à l'équipe de golf de son lycée, où l'un de ses coéquipiers fut la future vedette du PGA Phil Mickelson.

Il travailla comme serveur à un café de San Luis Obispo pendant ses études à l'Université d'État polytechnique de Californie, où il rencontra sa future femme, alors Laci Rocha. Le couple se maria en 1997.

Disparition de Laci[modifier | modifier le code]

Laci Peterson disparut le 23 ou le 24 décembre 2002. Enceinte de 8 mois, la date d'accouchement prévue était le 10 février 2003, et le couple avait décidé que Conner serait le prénom de l'enfant. La date et la cause exactes de la mort de Laci n'ont jamais été établies. Peterson porta sa femme comme disparue au réveillon de Noël, et l'affaire suscita immédiatement l'intérêt des médias américains au niveau national.

Scott Peterson donna une conférence de presse, entouré de sa famille, celle de sa femme et des connaissances dans sa ville de résidence, à Modesto. Il déclara qu'il était parti pour aller pêcher au port de Berkeley à la date de la disparition de Laci. Les corps de sa femme et du fœtus furent retrouvés séparément à des dates différentes (Laci le 14 avril et le fœtus le 13 avril 2003), à environ 5 kilomètres de l'endroit où Peterson semble être allé pêcher.

Peterson ne fut pas un suspect principal immédiatement, essentiellement grâce à la confiance en son innocence dont firent preuve la famille et les amis de Laci jusqu'à un mois après la disparition de celle-ci[1]. Le 17 janvier cependant, il apparut que Peterson avait entretenu de nombreuses liaisons adultères, notamment avec une kinésithérapeute du nom d'Amber Frey. C'est au regard de ces révélations que la famille de Laci arrêta de lui apporter son soutien. Frey devint par la suite un témoin clé contre Peterson, acceptant d'enregistrer ses conversations téléphoniques avec lui dans l'espoir d'obtenir une confession. Le suspect maintint toutefois son innocence auprès de sa maîtresse, et alla même jusqu'à lui poser des questions concernant sa responsabilité potentielle dans la disparition de sa femme enceinte. Les médias débattirent par la suite qu'il était possible que Peterson savait qu'il était sur écoute, mais cela ne fut jamais démontré.

Frey raconta à la police que deux semaines avant la disparition de Laci, Peterson lui avait dit qu'il était veuf, ayant « perdu sa femme » [2]. Les enregistrements des conversations téléphoniques entre Peterson et Frey furent passés lors du procès, et des retranscriptions furent publiées. Leur contenu fut particulièrement compromettant pour l'accusé, révélant que quelques jours après la disparition de sa femme, Peterson déclarait passer des vacances à Paris. L'un des appels fut effectué lors d'une veillée en l'honneur de sa femme, au réveillon du Jour de l'an.

Découverte des corps[modifier | modifier le code]

Le 14 avril, le corps d'un fœtus masculin, auquel le cordon ombilical était encore attaché, fut retrouvé sur la rive de la baie de San Francisco. Le lendemain, un torse féminin partiel fut retrouvé dans les mêmes environs, sans mains ni pieds. Les corps furent identifés par la suite comme ceux de Laci et Conner Peterson. Ils furent soumis à une autopsie, mais l'état de décomposition avancée ne permit pas de déterminer les causes de décès. Les procureurs avancèrent que Laci avait dû être asphyxiée ou étranglée au domicile familial[3]. Le Federal Bureau of Investigation (FBI) effectua une fouille médico-légale de la maison, de la camionnette de Scott, de la boîte à outils à l'arrière de celle-ci, de son hangar et son bateau. Il ne trouvèrent qu'un seul élément, un simple cheveu.

Arrestation et procès[modifier | modifier le code]

Peterson fut arrêté le 18 avril 2003 à La Jolla (Californie) dans le parking d'un cours de golf où il déclara avoir rendez-vous avec son père et son frère pour une partie de golf. Au moment de son arrestation, Peterson avait dans son véhicule 15 000 dollars en liquide, quatre téléphones mobiles, de l'équipement de camping, une carte imprimée la veille indiquant le parcours vers le lieu de travail d'Amber Frey, du Viagra et le permis de conduire de son frère, entre autres articles[4]. Il avait teint ses cheveux et son bouc en blond, et la police en déduit que Peterson projetait vraisemblablement de fuir, peut-être vers le Mexique voisin.

La police enquêta brièvement sur un lien possible entre Peterson et la disparition en 1996 de Kristin Smart, une jeune femme d'alors 19 ans qui était étudiante à l'Université polytechnique d'État de Californie pendant la même période où Scott et Laci y étaient inscrits. Le nom de Scott Peterson aurait en effet figuré sur une courte liste de personnes que les enquêteurs avaient à l'époque considérée pour un investigation plus approfondie, ce que démentit publiquement Peterson, et les enquêteurs ne trouvèrent rien pour l'impliquer dans cette affaire[5].

Peterson demanda au départ à être représenté par un avocat fourni d'office par le comté de Stanislaus. Kent Faulkner, Chief Deputy Public Defender, et son adjointe Maureen Keller furent assignés à son dossier. Par la suite cependant, le suspect déclara qu'il avait suffisamment de ressources financières pour engager un avocat personnel, et c'est Mark Geragos qui se chargea de sa défense.

Le 20 janvier 2004, du fait de l'attention médiatique et de l'hostilité à l'endroit de Scott Peterson exprimée par l'opinion publique dans la région de Modesto, un juge déplaça le procès vers Redwood City, dans le comté de San Mateo, à 150 kilomètres de là.

Le procès, the People of the State of California vs. Scott Peterson, débuta en juin 2004 et fut suivi de près par les médias. Le procureur en chef fut Rick Distaso, et Mark Geragos mena la défense de Peterson.

Amber Frey, qui témoigna pour le Bureau du Procureur, engagea son propre avocat, Gloria Allred, pour la protéger des médias. Allred n'était pas sous la contrainte d'injonction de silence imposé aux autres protagonistes lors du procès, et bien qu'elle déclarât que son client n'avait pas d'opinion quant à la culpabilité de Peterson, l'avocate de Frey se montra particulièrement sympathisante avec les procureurs. Elle apparut fréquemment à la télévision lors du procès[6], et sembla critiquer la défense à chaque opportunité possible. Allred joua aussi un rôle clé pour dissimuler certains faits concernant le passé de son client[7], Ron Frey, le père d'Amber, engagea lui aussi un avocat afin de se voir exclu de l'injonction de silence.

Les avocats de Peterson bâtirent leur défense en mettant en avant l'absence de preuves directes, et en tentant de discréditer la signification des preuves circonstancielles[8]. Ils mentionnèrent que les restes de Conner Peterson étaient ceux d'un enfant arrivé à terme, et émirent l'hypothèse que Laci avait été enlevée et gardée prisonnière jusqu'à son accouchement avant d'être tuée avec son bébé et jetée à la baie. Les experts médicaux du Bureau du Procureur furent cependant capables de démontrer que l'enfant n'était jamais arrivé à terme, et qu'il mourut en même temps que sa mère[9]. Geragos suggéra même qu'une secte satanique avait enlevé la femme enceinte[10], et déclara que Peterson était un « goujat »(a cad) pour avoir trompé sa femme enceinte, mais pas un meurtrier[8].

Pendant les délibérations du jury, un juré fut remplacé à cause de sa conduite. Par la suite, le porte-parole du jury, Gregory Jackson, demanda à être remplacé lui aussi, vraisemblablement parce que ses homologues voulaient le voir quitter son rôle. Geragos déclara aux reporters que Jackson avait mentionné avoir reçu des menaces lorsqu'il demanda à être remplacé[11]. Jackson fut donc également remplacé par un juré de réserve. Le 12 novembre, le jury reconstitué déclara Peterson coupable de meurtre au premier degré avec circonstances aggravantes pour la mort de sa femme, et de meurtre au second degré pour avoir tué son fils non encore né. La phase de condamnation du procès commença le 30 novembre pour se terminer le 13 décembre, lorsqu'à 13h30 (heure standard du Pacifique), le jury de douze personnes recommanda une peine de mort pour Peterson.

Lors de prestations médiatiques qui suivirent, des membres du jury déclarèrent qu'il eurent le sentiment que l'attitude de Peterson — plus particulièrement son manque apparent d'émotion pendant le procès et dans ses appels téléphoniques à Amber Frey — trahissait sa culpabilité. Il fondèrent leur verdict sur « des centaines de petites pièces de puzzle de preuves circonstancielles qui apparurent durant le procès, de la situation géographique du corps de Laci Peterson aux myriades de mensonges que son mari raconta après sa disparition »[12].

Condamnation et suites[modifier | modifier le code]

Le juge Alfred A. Delucchi condamne Scott Peterson à la peine capitale le 16 mars 2005, qualifiant le meurtre de son épouse de « cruel, insensible, impitoyable »[13]. La méthode d'exécution prescrite est la mort par injection létale. Le juge refuse la requête de la défense pour un nouveau procès (invoquant la conduite jugée inappropriée d'un juré et l'influence des médias), et ordonne à Peterson de payer 10 000 dollars US pour contribuer aux funérailles de sa femme.

Scott Peterson arrive à la prison d'État de San Quentin au petit matin du 17 mars 2005, un pénitencier qui surmonte la baie où le corps de Laci fut retrouvé, et qui héberge le couloir de la mort masculin de l'État, à environ 30 kilomètres au nord de San Francisco. Il rejoint ainsi 643 autres prisonniers en attente de leur exécution par injection. Son dossier est à l'heure actuelle en appel automatique.

En janvier 2005, quelques jours après le verdict de culpabilité initial, Amber Frey publie un livre sur sa relation avec Scott Peterson. Elle se voit critiquée pour utiliser son rôle dans l'affaire à des fins d'enrichissement personnelles. La date de publication de son livre, après la fin du procès, alimente les hypothèses selon lesquelles la maîtresse de l'accusé travaillait sur le document pendant le procès, ce qui aurait violé l'injonction de silence imposée aux témoins du procès par le juge. Son éditeur aurait déclaré à Frey qu'un verdict d'innocence n'aurait pas conduit à un contrat pour ce livre. La famille de Laci Peterson critique également Amber Frey pour avoir placé une photo d'elle entre celles de Scott et Laci sur la couverture du livre[14].

Le 31 octobre 2007, la Cour d'appel pour le cinquième circuit de Fresno confirme un jugement précédent d'une cour du comté de Stanislaus privant Scott Peterson de la prime d'assurance vie de sa femme, souscrite en 2001 (il s'agissait d'une police mutuelle)[15].

Comme d'autres criminels très médiatisés, Peterson reçoit un courrier volumineux de fans ainsi que des propositions de mariage[16].

Richelle Nice, un membre du jury lors de son procès (surnommée Strawberry Shortcake par certains spectateurs du procès à cause de ses cheveux roux), figure parmi ses correspondants. Elle lui écrivit une première fois sur le conseil de son thérapeute.

Preuves[modifier | modifier le code]

Les preuves avancées pour la culpabilité de Peterson sont essentiellement circonstancielles. Traqué par la presse au début de l'affaire, l'accusé modifia son apparence et acheta un véhicule sous le nom de sa mère. Il ajouta deux chaînes pornographiques à son offre de télévision par câble deux jours après la disparition de sa femme (les procureurs avancèrent qu'il s'agissait là d'une preuve qu'il savait que Laci Peterson ne reviendrait pas au domicile). Il exprima le désir de vendre le domicile conjugal[17], et vendit la Land Rover de Laci (le concessionnaire automobile, après avoir appris à qui appartenait le véhicule à l'origine, le rendit à la famille de la disparue sans contrepartie financière).

La culpabilité de Peterson fut soutenue par le témoignage de Ralph Cheng, un hydrologue de l'United States Geological Survey, témoin expert dans le domaine des marées, notamment pour la baie de San Francisco. Cheng admit toutefois lors de sa contre-interrogation que ses conclusions étaient « probables, mais non précises », les systèmes de marées étant particulièrement chaotiques par nature, et ne lui ayant pas permis de mettre au point une simulation exacte de l'abandon des corps et leur dérive. La liaison entre Amber Frey et Scott Peterson nuit également particulièrement à la défense de l'accusé.

Dr. Charles March devait être un témoin crucial pour la défense dans le procès de Peterson — Geragos semblait persuadé que son expert pourrait à lui seul exonérer Peterson en prouvant que le bébé était mort une semaine après la date avancée par les procureurs —, mais ces derniers réussirent à discréditer March en remarquant une erreur dans les dates de ses travaux[18]. Le témoin mit l'erreur sur le compte d'une faute de frappe, mais les procureurs soulignèrent que la date erronée était mentionnée à deux reprises. « Lorsqu'un expert dit "Soyez indulgent avec moi", c'est fini », commenta Jim Hammer, un procureur de San Francisco qui suivit l'affaire de près.

Mobiles[modifier | modifier le code]

La liaison de Peterson avec Amber Frey ne fut jamais présentée comme un mobile par les procureurs, mais ceux-ci la présentèrent comme révélateur de la personnalité de l'accusé. Le Bureau du Procureur argua que Peterson avait tué sa femme enceinte en raison d'une dette grandissante et un désir d'affranchissement de la vie conjugale pour adopter un style de vie célibataire.

Controverse[modifier | modifier le code]

L'accusation de double-meurtre, alors même que l'enfant de Laci et Scott Peterson n'arriva jamais à terme, contribua à entretenir la controverse aux États-Unis entre les partisans du droit à l'avortement et leurs adversaires. Le débat mena même le Congrès américain à adopter un projet de loi, baptisé Unborn Victims of Violence Act (et surnommé Laci and Conner's Law)[19], établissant un fœtus comme « humain », et garantissant ainsi le même type de peine pour tout acte de violence à l'égard d'un fœtus que pour une personne, et transformant tout acte de violence à l'égard d'une femme enceinte comme un acte envers deux personnes distinctes[20]. Le texte prit valeur de loi avec la signature du président George W. Bush le 1er avril 2004.

Adaptation[modifier | modifier le code]

Dean Cain incarne Scott Peterson dans un téléfilm sur l'affaire intitulé The Perfect Husband: The Laci Peterson Story (traduit en France sous le titre Comportement suspect), diffusé le 13 février 2004 sur la chaîne américaine USA, avant même la condamnation du protagoniste par la cour californienne[21].

Curiosité[modifier | modifier le code]

Fait troublant, le nom de Scott Peterson apparaît dans le film "Demolition Man", du réalisateur italien Marco Brambilla. Le nom figure sur une liste de détenus incarcérés pour meurtre et conservés dans un état cryogénique. Le film a été tourné en 1993, soit dix ans avant que Scott Peterson n'assassine sa femme, Laci Rocha[22].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Police in California town of missing woman seek public's help in case », Court TV, 3 janvier 2003
  2. (en) « Detective: Peterson told lover he was a widower weeks before wife disappeared », Cout TV, 6 novembre 2003
  3. (en) « In closing, prosecutor says parenthood pushed Scott Peterson to kill », Court TV, 2 novembre 2004
  4. (en) « Items Found in Scott Peterson's Car », About.com
  5. (en) « No link found to missing student », The Modesto Bee, 21 avril 2003
  6. (en) « Gloria Allred, Amber Frey's attorney, discusses the case », Court TV, 24 septembre 2004 (retranscription d'un entretien)
  7. (en) « Larry King Live: Analysis Scott Peterson, Kobe Bryant's Preliminary Hearing », CNN, 13 novembre 2003 (retranscription d'un entretien)
  8. a et b (en) « Two-timer, yes, but no double murderer: Peterson's defense lays out its case », Court TV, 4 juin 2004
  9. (en) « Scott Peterson's unborn son died at time of his wife's disappearance, expert says », Court TV, 23 septembre 2004
  10. (en) « Experts: No Proof of Satanic Cults », Fox News, 10 juin 2003
  11. (en) « Source: Peterson jury foreman wanted to be taken off panel », Court TV, 12 novembre 2004
  12. (en) « Peterson jurors speak about guilty verdict, death sentence », Court TV, 14 décembre 2004
  13. (en) « Judge sentences Scott Peterson to death for killing his wife and unborn son », Court TV, 16 mars 2005.
  14. (en) « Frey book upsets Rochas », The Modesto Bee, 4 janvier 2005.
  15. (en) « Appeals court denies Scott Peterson Laci's life insurance money », San Francisco Chronicle, 2 novembre 2007.
  16. (fr) « Des femmes fascinés par les tueurs », par Peter Fimrite et Michael Taylor, une traduction d'un article paru dans le San Francisco Chronicle le 27 mars 2005 sur le site Tueursenserie.org
  17. (en) « Taped phone calls catch Scott Peterson in numerous lies to family, friends », Court TV, 26 août 2004
  18. (en) « 'Weak' Peterson defense rests », The Oakland Tribune, 27 octobre 2004
  19. (en) Unborn Victims of Violence Act, sur Wikipedia
  20. (en) « Laci Peterson », NNDB
  21. (en) « The Perfect Husband: The Laci Peterson Story », Variety, 1er février 2004
  22. (en) http://www.cracked.com/quick-fixes/proof-that-E28098demolition-manE28099-was-visionary-film/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Keith Ablow, Inside the Mind of Scott Peterson, St. Martin's Paperbacks, 2005, ISBN 978-0312940522
  • Michael Fleeman, Laci: Inside the Laci Peterson Murder, St. Martin's True Crime, 2003, ISBN 978-0312995850
  • Amber Frey, Witness: For the Prosecution of Scott Peterson, Regan Books, 2005, ISBN 978-0060799250
  • Catherine Crier & Cole Thompson, A Deadly Game: The Untold Story of the Scott Peterson Investigation, Regan Books, 2005, ISBN 978-0060766122
  • Frank Swertlow & Lyndon Stambler, We, the Jury: Deciding the Scott Peterson Case, Phoenix Books, 2007, ISBN 978-1597775366

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • American Justice: The Scott Peterson Trial, un documentaire produit par A&E Home Video (2005)
  • The Perfect Husband: The Laci Peterson Story (Comportement suspect), un téléfilm réalisé par Roger Young et produit par Sony Pictures (2004)

Liens externes[modifier | modifier le code]