Score d'Apgar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le score Apgar est une évaluation de la vitalité d'un nouveau-né au moment de sa naissance. Il fut développé en 1952 par la médecin américaine Virginia Apgar.

Définition[modifier | modifier le code]

Le score Apgar consiste en une note globale attribuée à un nouveau-né suite à l’évaluation de cinq éléments spécifiques qui sont le rythme cardiaque, la respiration, le tonus, la couleur de la peau et la réactivité[1]. Chacun des éléments est noté à 0, 1 ou 2 points, selon les conditions observées (O'Reille, 2009). Le résultat total permet l’appréciation globale de l’état de santé du nouveau-né (Gassier & de St-Sauveur, 2008). Le résultat maximal est de 10, suggérant la meilleure condition de santé possible, alors qu’un score en dessous de 7 réfère à une détresse. Le tableau suivant montre le nombre de points alloués pour chacun des éléments observés :

Cotation Battements cardiaques Respiration Coloration Tonus musculaire Réactivité à la stimulation
0 Absents Absente Bleue ou pâle Nul Nulle
1 < 100/min­ Quelques mouvements spontanés Cyanose des extrémités Hypotonie Grimaces
2 >100/min Normale Rose Tonus normal Cris

(Collège national des gynécologues et obstétriciens français, 2007)

L’évaluation est administrée 60 secondes après la naissance, ainsi qu’à 5 minutes. En cas de scores faibles aux premières évaluations, celle-ci peut être répétée à 10, 15 et 20 minutes. Le score à 5 minutes se veut davantage prédictif de mort ou d’anomalies neurologiques que celui de 60 secondes, dans les cas où il est sous la normale (Apgar, 1966). Au-delà de l’évaluation du risque de mortalité néonatale, le score Apgar, qui est habituellement consigné dans le dossier médical de l’enfant, permet une évaluation du risque de lésions et de leurs conséquences. En cas d’un score Apgar bas à 5 minutes de vie, les risques de handicap et de séquelles neuro-développementales sont accrus. Ainsi, l’enfant est plus à risque de paralysie cérébrale, de déficience intellectuelle, de troubles de la motricité fine, d’épilepsie, de diminution des performances dans les apprentissages, de troubles de comportement, du langage ou même de l’audition [2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Virginia Apgar, « A proposal for a new method of evaluation of the newborn infant », Curr. Res. Anesth. Analg., vol. 32, no 4,‎ 1953, p. 260–267 (PMID 13083014, lire en ligne)
  2. Ancel, Bonnier, Burguet, & al., 2004; Service des recommandations professionnelles, 2005; Vallée & Dellatolas, 2005

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ancel, P.-Y., Bonnier, C., Burguet, A., & al. (2004). Déficiences et handicaps d'origine périnatale. Dépistage et prise en charge. Paris.
  • Apgar, V. (1966). The newborn (Apgar) scoring system. Reflections and advice. Pediatric clinics of North America, 13(3), 645-650.
  • Collège national des gynécologues et obstétriciens français. (2007). Gynécologie Obstétrique, Abrégés. Connaissances et pratique.

Gassier, J., & de St-Sauveur, C. (2008). Le guide de la puéricultrice (3 ed.). Paris.

  • O'Reille, D. (2009). APGAR. Retrieved from http://www.nlm.nih.gov/medlineplus/ency/article/003402.htm
  • Service des recommandations professionnelles. (2005). Propositions portant sur le dépistage individuel chez les enfants de 28 jours à 6 ans, destinées aux médecins généralistes, pédiatres, médecins de PMI et médecine scolaires: Haute autorité de santé.
  • Vallée, L., & Dellatolas, G. (2005). Plan d'action pour les enfants atteints d'un trouble spécifique du langage. Paris.