Sclérodermie systémique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sclérodermie systémique
Classification et ressources externes
Systemic sclerosis finger.jpg
Clinical appearance of acrosclerotic piece-meal necrosis of the thumb in a patient with systemic sclerosis.
CIM-10 M34.0
CIM-9 710.1
OMIM 181750
DiseasesDB 12845
MedlinePlus 000429
eMedicine derm/677 
MeSH D012595
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La sclérodermie systémique (ScS) ou sclérodermie systémique progressive ou « sclérose systémique », est l'une des diverses formes de « sclérodermies ».

C'est une maladie rare, orpheline et incurable[1], dont la prévalence est mal connue dans les pays en développement, mais qui est « estimée entre 3 et 24 cas/100 000 habitants » dans les pays dits développés[2].

C'est une affection disséminée du tissu conjonctif, entrant dans le groupe des connectivites. Elle est caractérisée par une fibrose cutanée et vasculaire pouvant conduire à une défaillances d’organes vitaux (cœur notamment)[1].

Son origine est mal comprise, mais la maladie semble multifactorielle et avoir des causes au moins en partie environnementales[3], professionnelles[3] et occupationnelles[2].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une maladie relativement rare, dont la prévalence varie entre 7 et 500 cas par million d'habitants avec une nette prédominance féminine[4]. Selon certains auteurs, cette maladie est retrouvée plus fréquemment chez les personnes à peau noire, mais alors avec des caractéristiques immunologiques un peu différentes[5].

Causes et les mécanismes de la maladie[modifier | modifier le code]

Les causes de ces maladies restent mal comprises.

Les déterminants familiaux et auto-immuns ne sont pas convaincants[2].

L'exposition de l'organisme à des toxiques semble pouvoir aggraver (potentialisation) la maladie (son extension sur la peau, son degré d'« atteinte pulmonaire infiltrante » ou encore son « profil immunologique »...)[2]. Des facteurs environnementaux semblent souvent en cause [2],[6]. C'est ce que suggère l'existence de foyers sporadiques de plus forte prévalence. Les facteurs de risque avérés ou suspectés sont notamment :

  • L'exposition à la silice : c'est un des facteurs de risque suggéré dès 1917. Il est actuellement reconnue au tableau 25 bis des maladies professionnelles est l'exposition à la silice[2],[7],[8],[9],[10]. Selon une étude publiée en 1990, les hommes exposés à la silice voient leur risque de développer une sclérodermie augmenter de 25 fois que des hommes non-exposés[11].
    Le syndrome d'Erasmus est le nom qui a été donné à « l'association d'une sclérodermie générale progressive et d'une exposition à la silice avec ou sans silicose »[12].
  • implants de silicone et de paraffine (Implant mammaire notamment, et exposition externe au silicone[3] ; ce sont des facteurs de risque suspectés en raison de leur teneur en silice ;
  • l'exposition au chlorure de vinyle (le composé de base du PVC) ; C'est une source démontrée de syndrome de Raynaud[13].
  • L'ingestion de certaines huiles frelatée (syndrome de l'huile toxique[3]) ;
  • la prise de L-tryptophane adultéré[3] ; un syndrome de type myalgies-éosinophilie a été induite par l'ingestion de L-tryptophane produit en réacteur par des bactéries issues du génie génétique. Le produit était probablement dénaturé par un contaminant non identifié. La maladie a disparu avec le retrait du produit du marché.
  • certaines intoxications médicamenteuses[7], par exemple par bléomycine[3], pentazocine[3] ;
  • l'exposition à certains solvants, « incriminés dans plusieurs études cas-témoins de méthodologie rigoureuse leur conférant une imputabilité forte »[2].
  • l'exposition à divers polluants ou autres toxiques ; les résines époxy et fumées de soudage sont suspectées, mais leur responsabilité dans la survenue ou la facilitation d'une sclérodermie systémique n'est pas encore démontrée[2].
  • l'exposition à des vibrations, suspectée mais non démontrée[2]

Physio-pathologie[modifier | modifier le code]

La lésion initiale est une lésion des petits vaisseaux (artériole) avec anomalies de la couche cellulaire interne (endothelium entraînant une extravasation de cellules inflammatoires et de liquide autour du vaisseau[14]. Elle conduit à une fibrose responsable des signes de la maladie[15].

Données cliniques[modifier | modifier le code]

Le phénomène de Raynaud[modifier | modifier le code]

Un syndrome de Raynaud s'observe dans 90 % des cas et le plus souvent il s'agit du symptôme inaugural. On estime que 5 à 10 % des patients présentant un syndrome de Raynaud complet, apparemment isolé, développeront une connectivite, le plus souvent une sclérodermie.

L'atteinte cutanée[modifier | modifier le code]

L'atteinte si caractéristique de la peau est l'élément-clef du diagnostic.

  • La sclérodactylie le plus souvent associée au syndrome de Raynaud, aboutit à des doigts effilés, durs et raides, sans aucune élasticité. L'atteinte gagne de proche en proche la main et le poignet. La sclérodactylie avec syndrome de Raynaud peut s'associer à des calcifications sous cutanées, des télangectasies et une atteinte œsophagienne pour former le Syndrome de CREST.
  • L'atteinte du visage commence autour de la bouche et au front, effaçant les rides et donnant un aspect de peau cartonnée, voire marmoréenne.
  • Dans la sclérodermie diffuse, l'infiltration atteint la racine des membres et le tronc. Cette forme est plus tardive, le pronostic en est moins bon. La peau est luisante, impossible à pincer, et le patient peut se trouver enserré dans une véritable cuirasse.

Le système locomoteur[modifier | modifier le code]

  • Atteintes ostéo-articulaires : Polyarthrites inflammatoires, tendinites, ostéolyse des extrémités,
  • musculaires : Faiblesse musculaire des ceintures, pouvant s'accompagner d'anomalies enzymatiques et électriques d'atteinte myogène,
  • neurologiques : Mononévrites, du trijumeau ou du canal carpien, voire polyneuropathies.

Les atteintes viscérales[modifier | modifier le code]

  • Digestives

L'atteinte œsophagienne concerne 75 % des patients, à plus ou moins longue échéance. Une paralysie progressive de la partie inférieure de l'œsophage provoque une dysphagie. Il existe un reflux provoquant une œsophagite parfois ulcérée. Il peut y avoir plus rarement des atteintes du même type au niveau de l'estomac et de l'intestin grêle, pouvant entrainer un syndrome de malabsorption. On a aussi décrit des télangiectasies digestives, sources d'hémorragies.

  • Pulmonaires

La sclérodermie peut atteindre le poumon avec évolution d'une fibrose interstitielle, plus ou moins fréquemment selon les séries publiées et le mode de diagnostic. Il peut aussi exister une hypertension artérielle pulmonaire, isolée ou non.

  • Cardiaques

Leur fréquence est très variable selon le type de séries publiées, cliniques, échocardiographiques ou anatomiques. Il n'y a pas d'atteinte endocardique. Les manifestations péricardiques sont classiques, mais c'est surtout l'atteinte myocardique qui est fréquente et sévère. À noter la possibilité de spasmes coronariens, véritables « Raynaud coronaires ».

  • Rénales

La « crise rénale sclérodermique » réalise une urgence vitale avec insuffisance rénale aiguë et hémolyse. La plupart du temps il s'agit cependant d'une insuffisance rénale chronique lentement progressive avec hypertension artérielle.

Les examens complémentaires[modifier | modifier le code]

  • Il existe souvent dans la sclérodermie systémique un syndrome inflammatoire biologique rarement intense.
  • Les anticorps antinucléaires sont positifs avec présence d'anticorps anticentromères, d'anti-ADN topoisomérase I et anti Scl 70.
  • La capillaroscopie est un élément important du diagnostic précoce.
  • La biopsie cutanée n'est pas nécessaire au diagnostic, et même déconseillée par certaines équipes du fait de possibles difficultés de cicatrisation.

Évolution et pronostic[modifier | modifier le code]

Le pronostic de la sclérodermie systémique est variable, fonction des complications, notamment pulmonaires, rénales et digestives. La maladie est à ce jour incurable, mais divers médicaments peuvent limiter une partie de ses effets néfastes sur l'organisme.

Formes « frontières »[modifier | modifier le code]

La maladie peut commencer par des œdèmes longtemps isolés qui font errer le diagnostic. Il ne faut pas confondre la sclérodermie systémique avec le syndrome de Shulman (ou fasciite à éosinophiles).

Formes associées[modifier | modifier le code]

La sclérodermie systémique peut être associée à un grand nombre de maladies, dont les plus fréquentes sont :

Traitement[modifier | modifier le code]

  • Traitements de fond.
    La plupart se sont avérés décevants. On peut citer la corticothérapie, la D-pénicillamine, le facteur XIII, l'interféron.
    Il semblerait qu'un traitement prolongé par les immunosuppresseurs classiques puisse s'avérer utile pour ralentir l'évolution de la maladie.
  • Traitements symptomatiques.
    Ils sont susceptibles d'être adaptés à chaque cas, en fonction des atteintes viscérales et de leurs complications.

Divers[modifier | modifier le code]

Le peintre Paul Klee (1879-1940) en était atteint et est décédé de cette maladie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Laure Gossec, Jérôme Avouac, André Kahan, Yannick Allanore (2010), Sclérodermie systémique : critères diagnostiques et de suivi Systemic sclerosis: Diagnostic and follow-up criteria ; Critères et indices en rhumatologie : 2ème partie ; Revue du Rhumatisme Monographies Volume 77, Issue 2, Avril 2010, Pages 103–107 (résumé)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i O Hallé, T Schaeverbeke, B Bannwarth, J Dehais" (1997), Les facteurs d'environnement et les éléments iatrogènes dans la sclérodermie systémique et les syndromes apparentés. Revue de la littérature Environmental and iatrogenic factors in systemic sclerosis and related conditions: review of the literature" ; La Revue de Médecine Interne ; Volume 18, Issue 3, March 1997, Pages 219–229(résumé)
  3. a, b, c, d, e, f et g Crépy, M. N., & Conso, F. (1994). Sclérodermie et facteurs professionnels (ou environnementaux). Archives des maladies professionnelles et de médecine du travail, 55(2), 111-118 (résumé)
  4. Chifflot H, Fautzi B, Sordet C, Chatelus E, Sibilia J, Incidence and prevalence of systemic sclerosis: a systematic literature review, Semin Arthritis Rheum, 2008;37:223-235
  5. Reveille JD, Ethnicity and race in systemic sclerosis: how it affects susceptibility, severity, antibody genetics, and clinical manifestations, Curr Rheumatol Rep, 2003;5:160-167
  6. Nietert PJ, Silver RM, Systemic sclerosis: environmental and occupational risk factors, Curr Opin Rheumatol, 2000;12:520-526
  7. a et b De la Espriella, J., & Crickx, B. (1991). Sclérodermies et états sclérodermiformes induits par la silice et des agents chimiques ou médicamenteux. In Annales de dermatologie et de vénéréologie (Vol. 118, No. 12, pp. 948-953). Masson.
  8. Koeger, A. C. (1994). Responsabilité de l'exposition à la silice dans les connectivites. La Presse Médicale, 23(1), 11-14.
  9. Orlowski, E., De Cremoux, H., Pairon, J. C., Merlet, C., Bignon, J., & Brochard, P. (1990). Exposition à la silice et maladies systémiques. Archives des maladies professionnelles de médecine du travail et de sécurité sociale, 51(8), 591-593.
  10. J.-B. Gaultier A. Hot P. Cathébras C. Grange J. Ninet H. Rousset (2008), Sclérodermie systémique chez l’homme ; La Revue de médecine interne 2008|29|3 ; 181-186 résumé)
  11. Granel, B., Zemour, F., Lehucher-Michel, M. P., Moulin, P., Disdier, P., Durand, J. M., ... & Frances, Y. (2008). Évaluation de l’exposition toxique professionnelle de patients atteints de sclérodermie systémique. Revue de la littérature et résultat d’un auto-questionnaire. La Revue de médecine interne, 29(11), 891-900. (résumé)
  12. Cointrel, C., Tillie-Leblond, I., Lamblin, C., Furon, D., TONNEL, A. B., & Wallaert, B. (1997). Syndrome d'Erasmus : caractéristiques cliniques, tomodensitométriques, fonctionnelles respiratoires et biologiques du lavage bronchoalvéolaire. Revue des maladies respiratoires, 14(1), 21-26. (résumé avec Inist/CNRS))
  13. Infos (Informations médicales), Syndrome de Raynaud et sclérodermie (Immunologie), consulté 2013-10-06
  14. Prescott RJ, Freemont AJ, Jones CJ, Hoyland J, Fielding P, Sequential dermal microvascular and perivascular changes in the development of scleroderma, J Pathol, 1992;166:255-263
  15. Gabrielli A, Avvedimento EV, Krieg T, Scleroderma, N Eng J Med, 2009;360:1989-2003

Liens externes[modifier | modifier le code]