Scipio Slataper

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Scipio Slataper

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Scipio Slataper

Activités essayiste, critique littéraire
Naissance 14 juillet 1888
Trieste
Décès 3 décembre 1915
Mont Podgora, Gorizia
Langue d'écriture italien
Genres essai, autobiographie, critique littéraire

Œuvres principales

Scipio Slataper est un écrivain italien, essayiste et critique littéraire, né le 14 juillet 1888 à Trieste (à l'époque en Autriche-Hongrie, aujourd'hui en Italie), et mort au combat pendant la Première Guerre mondiale près de Gorizia, le 3 décembre 1915.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Trieste, il étudie à Florence et signe une thèse sur l'auteur norvégien Henrik Ibsen. Il retourne ensuite à Trieste et épouse Gigetta Carniel en 1913.

Il se bat en tant qu'engagé volontaire dans l'armée de terre italienne lors de la Première Guerre mondiale, aux côtés du 1er régiment des grenadiers de Sardaigne. Il meurt le 3 décembre 1915 après avoir combattu sur le mont Podgora (ou mont Calvario en italien) au cours de la quatrième bataille de l'Isonzo entre le royaume d'Italie et l'Autriche-Hongrie.

Vie d'écrivain[modifier | modifier le code]

Scipio Slataper commence par collaborer à la jeune revue italienne La Voce, fondée en 1908. Il publie en particulier une série de cinq articles rassemblés sous le titre de Lettere triestine en 1909, dans lesquels il adopte un point de vue critique sur la culture de Trieste.

En 1912 paraît Il mio Carso, son œuvre la plus célèbre, dont Benjamin Crémieux propose une traduction française en 1921 sous le titre Mon frère le Carso. Le Carso évoqué dans le titre est un haut plateau calcaire qui s'étend du nord-est de l'Italie au nord-ouest de la Croatie.

Sa thèse sur Ibsen, qu'il avait remaniée après l'avoir soumise en 1912, fut publiée à titre posthume en 1916.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :