Science spéculative

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme science spéculative, stricto sensu, désigne un corpus d'hypothèses (dites aussi conjectures) établies à partir des connaissances scientifiques contemporaines que l'état actuel des méthodes expérimentales ne permettent pas, ou pas encore, de tester.

À la différence des pseudo-sciences, la spéculation scientifique respecte les critères de scientificité. On peut même dire qu'elle fait partie intégrante des sciences « normales » puisque la spéculation sert parfois à alimenter la science en nouvelles théories. Enfin, dans certains domaines où l'expérimentation est difficile, la spéculation participe pleinement à la démarche scientifique sous forme d'expériences de pensée (comme dans la physique théorique).

La branche hard science de la science-fiction peut être considérée comme une forme de spéculation scientifique romancée.

Exemples[modifier | modifier le code]

  • La futurologie tente, à partir de nos connaissances sur le monde contemporain (sciences humaines et sciences sociales) de prédire son évolution à plus ou moins long terme.
  • La futurobiologie extrapole les processus de l'évolution biologique pour imaginer les espèces qui pourraient apparaître dans un futur relativement lointain.
  • L'exobiologie consiste à imaginer, à partir de la biochimie et de la biologie terrestre, la forme que la vie aurait pu prendre dans d'autres environnements que la Terre. Cette discipline fait aussi appel à l'astrophysique et à l'astrochimie pour mieux définir les milieux qui existent dans l'espace extraterrestre.
  • La xénopsychologie (ou exopsychologie) consiste à spéculer sur la psychologie d'êtres extra-terrestres. En combinant les données des sciences cognitives et de la théorie de l'évolution, il est possible d'imaginer comment ont pu évoluer la cognition d'entités dont le milieu physique ou social serait radicalement différent de celui de l'homme et d'autres espèces terrestres. Le terme xénopsychologie a été inventé par Robert Freitas à la fin des années 1970 en lien avec le concept de « quotient de sentience ».

Contre-exemples[modifier | modifier le code]

  • La cryptozoologie n'est pas exactement une science spéculative car elle s'intéresse à l'étude des animaux mystérieux. Elle ne repose donc pas sur la spéculation mais plutôt sur la collecte d'informations concernant ces phénomènes. On peut la classer dans les sciences paranormales.
  • L'ufologie, qui est l'étude des ovnis, est traversée par différents courants dont l'un est scientifique (aussi appelé ufologie sceptique). Toutefois, comme pour la cryptozoologie, l'approche scientifique en ce domaine ne repose pas véritablement sur la spéculation mais surtout sur l'interprétation qu'il est possible de faire de phénomènes rares et mal caractérisés. On peut donc aussi la classer dans les sciences paranormales.

Voir aussi[modifier | modifier le code]